Sykes : "Kawasaki a très bien réagi, voire même trop bien"

Contrairement à son objectif poursuivi, la nouvelle réglementation sur les régimes moteur a plutôt tendance à avantager encore plus les Kawasaki, selon le pilote anglais.

Sykes : "Kawasaki a très bien réagi, voire même trop bien"
Tom Sykes, Kawasaki Racing
Tom Sykes, Kawasaki Racing
Tom Sykes, Kawasaki Racing
Tom Sykes, Kawasaki Racing
Tom Sykes, Kawasaki Racing
Tom Sykes, Kawasaki Racing
Tom Sykes, Kawasaki Racing
Tom Sykes, Kawasaki Racing
Tom Sykes, Kawasaki Racing
Tom Sykes, Kawasaki Racing
Tom Sykes, Kawasaki Racing
Tom Sykes, Kawasaki Racing
Tom Sykes, Kawasaki Racing
Tom Sykes, Kawasaki Racing
Tom Sykes, Kawasaki Racing
Tom Sykes, Kawasaki Racing

Faire oublier 2017 pour mieux rebondir en 2018 ? Telle est la mission de Tom Sykes alors que la première manche de la saison de Superbike, qui se déroulera à Phillip Island du 23 au 25 février prochains, approche désormais à grand pas.

Car avec deux victoires seulement au compteur contre 16 à son coéquipier de triple Champion du monde Jonathan Rea, et une troisième place au général derrière Chaz Davies, difficile de trouver des motifs de satisfaction pour celui qui a remporté, faut-il le rappeler, la couronne en 2013.

Une pente glissante que le numéro 66 serait bien inspiré de remonter en 2018, alors qu'il met ses déboires sur le compte des nouvelles réglementations, qui tendent ces dernières années vers toujours plus de standardisation des pièces fondamentales des motos.

"Mon style de pilotage est un peu plus exigeant", a-t-il expliqué au cours d'une interview avec Motorsport.com. "Je dirais que c'est plus un style de compétition. Et malheureusement, les machines de Superbike sont de plus en plus standardisées, et effectivement cela ne convient pas à mon style. Mais à présent je pense vraiment qu'avec l'aide de Kawasaki et des suspensions Showa, nous pouvons venir à bout de ces limitations."

Si le règlement n'a pas été dans le sens de l'Anglais récemment, que dire des nouvelles mesures applicables cette année, visant à limiter les régimes moteur, et dont le but avoué est de rompre l'hégémonie de Kawasaki, en vigueur depuis 2013.

La nouvelle réglementation ? Un pétard mouillé pour l'instant

Comme Chaz Davies, son homologue de chez Ducati, Sykes se montre défavorable à toute nouvelle règle qui vient restreindre le champ technique proposé aux équipes, mais aussi désavantager les pilotes les plus rapides.

Pourtant, c'est paradoxalement le contraire qui s'est passé lors des premiers essais d'intersaison, lors desquels les Verts ont une nouvelle fois asséné leur domination, toujours plus prégnante. "Kawasaki a très bien réagi, voir même trop bien", s'amuse-t-il. "Nous avions toujours eu un manque de puissance dans une certaine, disons, plage de régime, mais avec ce changement, nous avons bien sûr fait évoluer la puissance. En fait, nous pouvons probablement sortir des virages encore mieux que nous le faisions par le passé. Nous avons vraiment pris un coup au niveau du régime moteur, mais je pense que Kawasaki a fait du bon travail, tout comme le reste de l'équipe, et aussi à présent les pilotes. Nous avons fait le tour de la question et sommes devenus plus forts."

De fait, si Rea a tenu son rang lors de la deuxième séance de tests, à Portimão, c'est bien Sykes qui a tiré le premier à Jerez une petite semaine plus tôt, avec un meilleur chrono et plus d'une demi-seconde d'avance sur le Nord-Irlandais. Et quand on sait que Sykes n'est pas encore totalement remis de sa luxation et de sa fracture de l'auriculaire de la main gauche, consécutives de sa lourde chute à Portimão en septembre dernier lors des essais libres, sa performance n'en prend que plus d'ampleur.

En attendant l'ultime séance d'essais qui aura lieu sur le tracé de Phillip Island en préambule de l'ouverture de la saison, en Australie, Kawasaki a d'ores et déjà eu l'occasion de passer en revue les nouveautés prévues en 2018.

Les pneus Pirelli bien sûr, mais aussi un nouveau bras oscillant, dont l'équipe s'est montrée satisfaite. À l 'exception de celles-ci, peu d'améliorations sont à constater sur la nouvelle Ninja, indique Sykes : "Pas grand-chose, vraiment. Simplement le régime et le caractère du moteur, mais hormis cela c'était vraiment du raffinement et, pour parler franchement, nous avons trouvé quelques bonnes petites astuces en novembre. Je suis donc très content."

Les derniers essais avant le lever de rideau du championnat à Phillip Island seront peut-être l'occasion de voir de plus amples évolutions sur la Kawasaki qui repartira en campagne pour briguer un quatrième titre de suite. 

Interview de Lewis Duncan

partages
commentaires
Davies admet une certaine "interrogation" sur les nouvelles règles
Article précédent

Davies admet une certaine "interrogation" sur les nouvelles règles

Article suivant

Ducati modifie son organisation technique en WSBK

Ducati modifie son organisation technique en WSBK
Charger les commentaires