Tom Sykes réduit l'écart

Ce n'est pas une entame de saison facile que vit actuellement Tom Sykes. Ces deux dernières années, il était le patron dans un team Kawasaki avec qui il a été titré en 2013 avant de se contenter de la place de vice-champion du monde l'an dernier. En 2015, il pensait repartir à la conquête de la couronne suprême avec, à nouveau, le costume de leader. Mais ça, c'était avant l'installation d'un Jonathan Rea venu de chez Honda. Et qui est loin de regretter son choix !

Bilan, après huit meeting, le transfuge mène la danse avec cent-quatre-vingt-dix points alors que Tom Sykes comptabilise quatre-vingt huit unités, synonyme de quatrième place au général. Encore un peu, et on parlerait de déculottée : "Jonathan a toujours été un bon pilote et il a trouvé une Kawasaki bien mise au point et compétitive" commente sur ce sujet sensible celui que l'on surnomme le "grinner". "Pour ma part, j'ai commencé plus lentement que prévu mais nous progressons. J'espère un bon résultat à Imola."

Nous travaillons d'arrache-pied depuis Aragon pour résoudre pas mal de soucis dont celui des pneus. La mi-course passée, j'ai des problèmes d'adhérence.

Tom Sykes

Une belle performance qui viendra à condition de résoudre un problème récurrent : "Nous travaillons d'arrache-pied depuis Aragon pour résoudre pas mal de soucis dont celui des pneus. La mi-course passée, j'ai des problèmes d'adhérence. On ne peut pas tirer le meilleur du pneu arrière. Il nous faut trouver un meilleur équilibre sur la moto, et nous sommes sur la bonne voie pour l'obtenir."

Tom Sykes aime tout autant le tracé d'Imola que son redoutable équipier. En 2013, il y avait connu la victoire. L'année de son titre mondial. Il finit cette première journée second à 173 millièmes de la moto sœur. Pas encore de quoi déprimer !

A propos de cet article
Séries WSBK
Événement Imola
Circuit Imola
Pilotes Tom Sykes
Équipes Kawasaki
Type d'article Résumé d'essais
Tags italie, jonathan rea, kawasaki