Tom Sykes "assez surpris" par la BMW

partages
commentaires
Tom Sykes
Par :
1 mars 2019 à 09:03

Pour son premier week-end avec BMW, Tom Sykes a pu véritablement se mesurer aux autres pilotes et constater le potentiel de sa machine en course. Si elle détient un gros point faible en ligne droite, elle a également de très bonnes bases qui rendent le Britannique optimiste.

Tom Sykes s’est mesuré à un nouveau challenge le week-end dernier en Australie, celui de réaliser ses premières courses avec BMW, qui refait son apparition sur la grille en tant qu'équipe officielle après six années d’absence. L’enjeu était de taille, mais les résultats se sont montrés encourageants.

Lire aussi :

Un potentiel bien présent

"Évidemment, certaines personnes parlent du négatif qui se voit clairement en piste, mais malgré cela, il y a beaucoup de points positifs", a déclaré le pilote anglais au site officiel du WorldSBK, avant de rappeler sa belle performance tout au long de la pré-saison. "Durant tous les tests d’hiver nous avons été discrets mais rapides en pneus course. Nous avons également été réguliers ici, nous avons terminé seconds du classement au test et avons continué sur notre lancée."

Habitué à la Kawasaki, c’était la première fois depuis 2010 que l'ancien Champion du monde courait sur le circuit australien au guidon d’une autre machine. Il a réalisé des essais solides en se classant systématiquement dans le top 10 à chacune des séances, parvenant même à s’emparer de la quatrième place en Superpole.

Ces résultats en essais, additionnés à ceux déjà très bons des tests, l’ont rendu très optimiste avant de prendre part à la première course de la saison. "Je suis assez surpris des progrès réalisés par l’ensemble du BMW Motorrad WorldSBK Team. Être si compétitif après seulement six jours de test est assez spécial", a-t-il expliqué. "Il n’y a aucun doute sur le fait que nous avons une bonne base de réglages concernant le châssis, l’électronique et les freins. Le potentiel est définitivement là."

Rester réaliste

S’il a conclu la première course au septième rang, juste deux dixièmes derrière la Kawasaki de Toprak Razgatlioglu, la journée de dimanche a été plus compliquée. Le pilote BMW n’a pu faire mieux que dixième au terme de la Course Tissot Superpole, où il a roulé plutôt seul, et 13e et dernier de son groupe en Course 2, battu par son jeune coéquipier, Markus Reiterberger.

"La journée a été difficile mais je dois dire que nos résultats ne reflètent pas là où nous sommes vraiment", a-t-il constaté. "Durant la course nous avons été en mesure de faire de bons dépassements mais nous avons ensuite reperdu dans les parties faciles de la piste. Nous avons montré que nous sommes capables de rouler dans le top 5 pendant les tests et les essais, et lorsque nous sommes seuls. Nous savons donc sur quelle partie nous devons travailler sur la moto."

La machine a en effet un point faible principal qui handicape encore beaucoup le pilote, mais ce dernier veut se montrer positif : "Malheureusement, je pense que tout le monde a vu combien nous perdons dans les lignes droites et à quel point c’est difficile de récupérer cela dans les virages." Il est vrai que l'écart de vitesse de pointe de la BMW de Sykes avec la Ducati, machine la plus rapide du plateau, s'est élevé jusqu'à 17 km/h en essais libres, et a diminué quelque peu pour passer à 12 km/h sur l'ensemble des courses. Une différence importante. "Mais je sens vraiment que nous faisons tout ce que nous pouvons avec le châssis. Le reste viendra donc naturellement", a-t-il cependant ajouté.

Lire aussi :

Tom Sykes est reparti d’Australie avec 12 points et la neuvième place du championnat. Son coéquipier s'est installé quant à lui en 15e position. Bien qu’il ait toujours évolué parmi les premières places depuis 2012, l'Anglais reste confiant : "Nous devons être réalistes. Je me concentre sur les objectifs que nous nous sommes fixés avant de venir à Phillip Island. En prenant en compte le fait que ce n’est pas l’un des meilleurs circuits pour moi, nous avons eu un bon week-end."

 
Article suivant
Ducati : "Travailler comme si on avait perdu la course"

Article précédent

Ducati : "Travailler comme si on avait perdu la course"

Article suivant

Ten Kate Racing "travaille vraiment dur" pour revenir en SBK

Ten Kate Racing "travaille vraiment dur" pour revenir en SBK
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries WSBK
Événement Phillip Island
Lieu Phillip Island Grand Prix Circuit
Auteur Charlotte Guerdoux
Be first to get
breaking news