Tout n'est (peut-être) pas fini entre Aprilia et le WSBK

C'est le feuilleton de l'hiver : y aura-t-il, oui ou non, des Aprilia sur la grille de départ de Phillip Island, le 27 février, lorsque s'éteindront les feux de la première course de la saison WSBK ?

Tout n'est (peut-être) pas fini entre Aprilia et le WSBK

Au gré des projets - parfois embryonnaires - qui se sont succédé, l'espoir de conserver des RSV4 dans les rangs du Championnat du monde Superbike a tour à tour disparu et refait surface. De récentes nouvelles, encourageantes, ouvrent cependant la voie à ce qui semble être l'ultime chance de sauver le programme Aprilia, à moins d'un mois du coup d'envoi de la saison.

Plusieurs annonces, un peu précipitées, ont d'ores et déjà été démenties par les principaux intéressés. Pourtant Aprilia et le team Iodaracing poursuivent bel et bien leurs négociations, de façon d'autant plus rapide qu'elles ont débuté très tard.

Le but de la manœuvre ? Permettre à l'équipe italienne, actuellement engagée en MotoGP avec Alex de Angelis, de reprendre le programme WSBK du constructeur. Aprilia ayant décidé d'y cesser son engagement officiel, les RSV4 ont en effet besoin d'un repreneur privé pour retrouver la piste.

Les échanges actuels entre Giampiero Sacchi, directeur d'Iodaracing, et Romano Albesiano, responsable d'Aprilia Racing, ont pour but d'envisager de manière concrète ce projet, en analysant sa faisabilité aussi bien en termes de délais que de budget. Il semblerait désormais que les deux hommes n'aient plus besoin de grand-chose pour se mettre d'accord.

"[Giampiero] Sacchi a pris cette initiative et nous sommes très proches de conclure un accord avec lui", indique aujourd'hui Romano Albesiano à GPOne. "C'est une question de quelques jours à peine, d'autant plus que les motos devront partir pour l'Australie entre le 8 et le 10 février. C'est là qu'est la deadline."

Le fantôme JR Racing

Ce projet est le dernier d'une longue liste. Or, parmi ceux qui ont été précédemment étudiés, il en est un qui peut particulièrement surprendre, puisqu'il était lié à JR Racing, une structure qui n'a pas vraiment laissé de bons souvenirs dans le paddock WSBK…

Il y a un an, ce team basé en République Dominicaine défrayait la chronique en n'honorant pas son engagement, lui qui aurait dû faire office d'équipe principale de BMW. Le cœur du problème : des fonds qui n'ont jamais été versés. Malgré les grandes promesses et un programme très ambitieux, la propriétaire de l'équipe, Chary Robinson, n'a jamais concrétisé son projet.

L'affaire a fait d'autant plus de bruit qu'elle a eu des victimes collatérales : Troy Corser, qui s'est senti floué en sa qualité de directeur sportif, la team manager, les employés, et bien sûr les pilotes, Ayrton Badovini et Toni Elias. Seul le premier cité parviendra à trouver un guidon une fois la saison commencée.

Un an plus tard… bis repetita. JR Racing annonçait en décembre avoir engagé deux Dominicains, figures de proue de leur championnat national : les frères Waldis et Wayne Veras. "Fin janvier, ils se rendront en Espagne pour réaliser de premiers essais sur le circuit de Jerez. De là, nous les emmènerons en Australie, où ils réaliseront d'autres essais privés pour se familiariser avec la piste", expliquait alors Chary Robinson, lors d'une conférence de presse aux côtés du Vice Ministre des Sports dominicain.

S'il manquait à cette annonce toute précision sur les motos concernées, il apparaît que le team était précisément en discussion avec Aprilia... Le constructeur a fait preuve d'une méfiance bien avisée si l'on en croit le silence radio de JR Racing depuis plus d'un mois et l'invisibilité des 2,7 millions d'euros annoncés par Chary Robinson. "Ils n'ont rien payé du tout, pour nous ces gens n'existent donc pas." Voilà ce qu'en disait récemment un responsable de la Dorna, interrogé par Speedweek.

Les efforts de Motorsport.com pour permettre à Chary Robinson de s'expliquer sont restés vains et force est de constater que JR Racing est une nouvelle fois retombé dans le silence et l'oubli.

Le projet d'Iodaracing semble d'un autre acabit et correspond en cela aux critères d'Aprilia, qui souhaite confier ses machines à une structure économiquement viable mais aussi dotée d'une solide base technique. Et ce projet est d'autant plus enthousiasmant qu'il doit concerner deux pilotes et devrait impliquer Alex de Angelis, que l'on n'a plus vu en piste depuis le grave accident dont il a été victime en octobre.

Un accord et une annonce sont attendus incessamment. Les délais sont en effet particulièrement serrés, sachant que le plateau WSBK se retrouvera en piste les 22 et 23 février pour la traditionnelle dernière séance d'essais de l'intersaison organisée la semaine même de la première manche, à Phillip Island.

Rappelons qu'Aprilia n'a plus manqué le Championnat du monde Superbike depuis 2009 et que la marque a été couronnée trois fois chez les pilotes et quatre chez les constructeurs depuis 2010.

partages
commentaires
Essais Jerez - Sykes domine la dernière grosse séance européenne
Article précédent

Essais Jerez - Sykes domine la dernière grosse séance européenne

Article suivant

Hayden - "L'intersaison est passée trop vite"

Hayden - "L'intersaison est passée trop vite"
Charger les commentaires