Trois constructeurs pour une électronique centralisée en Superbike

partages
commentaires
Trois constructeurs pour une électronique centralisée en Superbike
Oriol Puigdemont
Par : Oriol Puigdemont
25 mai 2017 à 07:30

Les représentants de Honda et de Yamaha se sont réunis à Imola pour aborder le thème de l'unification électronique en Superbike. Une mesure qui pourrait également intéresser Ducati.

Jonathan Rea, Kawasaki Racing
Jonathan Rea, Kawasaki Racing
Chaz Davies, Ducati Team
Chaz Davies, Ducati Team
Le vainqueur Chaz Davies, Ducati Team, le deuxième, Jonathan Rea, Kawasaki Racing, le troisième, Tom Sykes, Kawasaki Racing
Gigi Dall'Igna, Ducati Team
Jonathan Rea, Kawasaki Racing, Tom Sykes, Kawasaki Racing
Chaz Davies, Ducati Team, Tom Sykes, Kawasaki Racing
Tom Sykes, Kawasaki Racing

Comme a pu l'apprendre Motorsport.com, une réunion s'est tenue en marge de la cinquième manche de la saison 2017 de Superbike, sur le tracé d'Imola. L'objet de celle-ci était de solliciter la Fédération internationale de motocyclisme ainsi que la Dorna en vue de l'installation d'une unité centrale électronique dans la discipline, dans l'idée de réduire les coûts et de rapprocher les performances.

Participaient ainsi à cette réunion le responsable des activités sportives de Honda Europe, Robert Watherston, le directeur de la communication de la partie course de Honda, Carlo Fioriani, le directeur général de Yamaha Europe, Éric de Seynes, ainsi que le directeur sportif de Yamaha, Herbie Blash, qui fut jusqu'à l'an passé l'un des membres de la direction de course de la Formule 1.

Cette mesure, qui est en vigueur en MotoGP depuis la saison dernière, permet de réduire les dépenses des équipes de façon considérable, étant donné que certaines marques, telle que Ducati, ont pu appliquer et poursuivre le développement de l'électronique qui était utilisée en MotoGP sur leurs motos engagées en Superbike.

Réduction des coûts et des écarts 

La conséquence de l'actuelle escalade technologique d'un championnat qui est pourtant censé fournir des machines dérivées de la série a mené à un rapprochement des chronos avec les motos engagées dans la catégorie reine, mais aussi à un plus grand écart entre les équipes officielles et les équipes privées.

Ducati, qui n'était pas représenté à cette réunion, ne s'est pas prononcé contre cette mesure, comme le montrent les déclarations de Gigi Dall'Igna dans les colonnes de la Gazzetta dello Sport : "L'unité centrale fonctionne bien en MotoGP, et je dirais que le championnat en a bénéficié. Ce pourrait être une opportunité de prendre en compte les motos du Superbike, je ne suis pas contre. Mais il faut avoir à l'esprit les limites [d'une telle mesure], liées au fait que ces machines doivent toujours être en lien avec la production et participer au développement des motos de série. Ce lien est plus fort qu'en MotoGP, mais d'un point de vue sportif cela pourrait également bien fonctionner [en Superbike]."

Depuis la réunion et ces déclarations, Kawasaki et Aprilia, les deux constructeurs qui ont remporté les cinq derniers championnats, ne se sont pas prononcés sur le sujet. Si on prend en compte l'influence que peuvent avoir Honda, Yamaha et Ducati, qui ont remporté 21 des 29 derniers championnats, ainsi que l'intérêt de la Dorna pour réduire les coûts mais aussi pour améliorer la compétitivité et inciter d'autres constructeurs à rejoindre le championnat, il ne serait pas étonnant que cette mesure soit instaurée dans un futur proche. 

Article suivant
L'équipe d'Hayden va disputer la manche WSBK de cette semaine

Article précédent

L'équipe d'Hayden va disputer la manche WSBK de cette semaine

Article suivant

Le WSBK arrive à Donington le cœur lourd

Le WSBK arrive à Donington le cœur lourd
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries WSBK
Auteur Oriol Puigdemont