Une déception de plus pour Randy de Puniet

partages
Une déception de plus pour Randy de Puniet
Par : Léna Buffa
12 mai 2015 à 14:42

Randy de Puniet, VOLTCOM Crescent Suzuki
Randy de Puniet, VOLTCOM Crescent Suzuki
Randy de Puniet, VOLTCOM Crescent Suzuki
Paul Denning, VOLTCOM Crescent Suzuki
Randy de Puniet, VOLTCOM Crescent Suzuki
Christophe Lambert et Randy de Puniet, VOLTCOM Crescent Suzuki

Les manches se suivent et les déceptions également, pour Randy de Puniet. Imola n'a pas permis d'inverser la tendance : comme à Assen deux semaines plus tôt, le Français a été contraint à un double abandon, par deux fois après une vingtaine de kilomètres à peine.

"Je suis très déçu," assène le pilote. "Imola a encore été un mauvais week-end pour moi. On a toujours du mal à trouver une base de set-up correcte pour le système électronique et cela a désormais gâché trois week-ends de course."

Effectivement, le nouvel ECU qu'utilise sa GSX-R1000 depuis Aragón ne donne toujours pas satisfaction, et ce des deux côtés du stand Suzuki. L'équipe ne ménage pourtant pas ses efforts, tant lors des week-ends de course qu'en dehors, mais la récompense n'arrive pas et les manches s'enchaînent sans que l'hémorragie ne puisse être endiguée.

En manque de confiance au guidon d'une machine qui n'a pas trouvé de réglages de base permettant de se montrer performante et stable, Randy stagne dans la seconde moitié de la hiérarchie et perd un temps de piste précieux à chaque chute ou caprice de sa moto. Une situation que n'arrangeait pas le circuit arpenté ce week-end, Imola étant à la fois un tracé très technique et peu connu par De Puniet qui n'y avait plus couru depuis... 16 ans! Il évoluait alors en 125cc, bien loin du caractériel bolide de 1000cc qu'il doit désormais dompter.

La plus grande frustration, c'est que les résultats des essais réalisés après Assen ne se sont pas traduits à Imola

Paul Denning, team manager

"Une journée très difficile," reconnaissait Paul Denning à l'heure de tirer le bilan des courses dominicales, dont le meilleur résultat pour Suzuki aura été une dixième place à mettre au profit d'Alex Lowes. "Toute l'équipe ne pourrait pas travailler plus dur pour trouver les solutions. Des techniciens en charge des pneus aux ingénieurs, tout le monde se donne à 100%."

"La plus grande frustration, c'est que les résultats très clairs des essais que nous avons réalisés après Assen ne se sont pas traduits à Imola," poursuivait le directeur de l'équipe. "Si une moto a des soucis d'allumage, de maniabilité et de contrôle du frein moteur, ceux-ci sont décuplés à Imola, qui est un tracé très technique, et c'est exactement ce qui est arrivé. De la même façon, quand on doit se concentrer sur ces problèmes de base, le travail classique sur les réglages du châssis prend du retard et les performances globales de la moto ne progressent pas comme elles le devraient."

Seule solution : aller de l'avant. Et c'est vers l'avenir que Randy de Puniet se tourne, cette semaine comme les précédentes : "J'espère vraiment que l'on pourra trouver une solution à Donington, pour commencer à construire notre saison à partir de là." Réponse dans une dizaine de jours.

Comptes-rendus : Course 1 | Course 2

Prochain article WSBK
Le Team Hero EBR doit abandonner l'aventure WSBK

Previous article

Le Team Hero EBR doit abandonner l'aventure WSBK

Next article

Niccolò Canepa convoqué en justice pour blessures involontaires

Niccolò Canepa convoqué en justice pour blessures involontaires

À propos de cet article

Séries WSBK
Événement Imola
Catégorie Course 2
Lieu Imola
Pilotes Randy de Puniet
Équipes Crescent Racing
Auteur Léna Buffa
Type d'article Résumé de course