Van der Mark et le MotoGP? "Je suis disponible!"

A 22 ans, Michael Van der Mark est promis à un avenir radieux à en croire ses employeurs, séduits par son talent et une personnalité très propre.

Il a beau être le fils d'un vainqueur des 24 Heures du Mans moto - Henk Van der Mark, en 1984 - Michael n'avait jamais piloté de moto avant de faire ses débuts en compétition. Il a alors 12 ans et, d'emblée, il fait des étincelles dans la Junior Cup nationale. Passé en Open 125cc, il voit sa carrière décoller en 2008 avec une wild-card en Championnat du Monde et le titre dans sa série nationale. Bis repetita l'année suivante avec, en parallèle, des expériences tout aussi prometteuses en Allemagne et en Espagne.

En 2010, Michael Van der Mark croit tenir l'opportunité de s'installer sur la scène internationale. Las, sa première saison de titulaire en Championnat du Monde 125cc tourne court lorsque son équipe se retire. Il passe alors au Superstock 600 et la machine est lancée. Il y est titré en 2012, un tremplin qui lui permet de passer au Supersport dont il met deux ans à remporter le titre.

C'est dans cette continuité qu'il a fait cette année ses débuts en WSBK, au guidon d'une Honda qui ne lui offre que peu d'opportunités de briller mais avec laquelle il a néanmoins réussi à se mettre en évidence lors de sa manche nationale, à Assen.

Je pense que tous les jeunes pilotes rêvent de courir en MotoGP. S'il y a une bonne opportunité, j'irai.

Michael Van der Mark

Il a la possibilité de faire son trou en dérivées de séries, pourtant il l'avoue : le MotoGP reste sa cible. "Je suis un pilote jeune. Je pense que tous les jeunes pilotes rêvent de courir en MotoGP," déclare-t-il au site officiel du WSBK. "Nous verrons comment ça se passera. S'il y a une bonne opportunité, j'irai. Sinon, je resterai en WorldSBK parce que je me fais plaisir ici."

Une opportunité, il en a eu une fin juin, alors que le MotoGP s'apprêtait à disputer le Grand Prix des Pays-Bas et que Karel Abraham manquait à l'appel, blessé. Les négociations étaient bien engagées, mais Michael Van der Mark a fini par annoncer lui-même qu'elles n'avaient pas abouti.

"Je crois qu'il y a eu un gros malentendu," explique-t-il. "C'était la décision du team. C'était une question de budget. Le HRC, Honda Europe et mon team s'étaient mis d'accord pour que je pilote mais le team a décidé de ne pas prendre le risque que je chute et je ne pouvais rien faire pour changer ça."

Est-ce donc partie remise? "Je suis disponible !" s'empresse de préciser le Néerlandais, bien décidé à saisir sa chance si un autre guidon MotoGP devait lui être proposé en cours de saison.

 

A propos de cet article
Séries WSBK , MotoGP
Pilotes Michael van der Mark
Équipes Ten Kate Racing
Type d'article Actualités
Tags Michael van der Mark, avenir, honda, motogp, superbike, wsbk