WSBK - Règne britannique et photo finish à Phillip Island

Jonathan Rea s'emparait hier de la pole position avec un chrono établi en pneus course, au terme d'une Superpole interrompue sur drapeaux rouges. Ses adversaires rongeaient leur frein en attendant leur revanche, mais ils sont quelque peu restés sur leur faim. En dominant les deux courses du jour et en ne cédant l'une des victoires à son compatriote Leon Haslam que pour 0.010s, le nouveau pilote Kawasaki a en effet prouvé qu'il n'avait pas volé sa place.

God save Johnny et Leon !

Depuis la première place sur la grille, Jonathan Rea (Kawasaki Racing Team) n'a pas tremblé et, à chaque extinction des feux, c'est lui qui a signé le holeshot, emmenant dans son sillage Leon Haslam (Aprilia Racing Team - Red Devils) et Chaz Davies (Aruba.it Racing-Ducati SBK Team). S'il a manqué à ce dernier une petite marge d'accélération pour pouvoir jouer sa chance jusqu'au bout, ses adversaires se sont départagés au coude à coude dans ces deux premières confrontations de la saison.

Pilote le plus rapide de la Course 1 après une excursion dans le gravier, Haslam s'est incliné au terme d'un dernier tour riche de quatre dépassements entre les leaders et d'une ultime tentative vaine portée dans le dernier virage, Rea s'imposant pour 39 millièmes. En Course 2, Leon est parvenu à faire parler la vitesse de pointe décoiffante de son Aprilia pour s'imposer à son tour, au photo finish ! Les deux hommes quittent donc Phillip Island en co-leaders du championnat, alors que Chaz Davies empoche deux troisièmes places dans leur sillage. En Australie, les podiums WSBK étaient 100% British !

Cette seizième victoire de Johnny Rea est également la première qu'il signe à Phillip Island. Une entame de saison pour le moins efficace pour le Nord Irlandais, qui doit s'imposer chez Kawasaki en prenant l'avantage sur son impétueux coéquipier, Tom Sykes. "Je n'aurais pas pu rêver d'un meilleur week-end," se réjouit-il. "Vu le rythme de certaines autres motos, le team n'était pas très optimiste quant à nos chances de gagner ces courses ni même de monter sur le podium, mais on a travaillé très dur. Dans les deux courses le rythme de Leon était meilleur, si bien que la première victoire est un peu un cadeau. Ceci dit, je suis super content de marquer 45 points et de commencer la saison en force."

Avec ce succès, Leon Haslam retrouve les honneurs de la victoire après 5 ans de disette et s'impose comme l'un des pilotes à suivre en ce début de saison. "Cette course fait remonter de très bons souvenirs. Ma dernière victoire date Kyalami 2010, après une superbe bagarre contre Rea," rappelle-t-il. "Félicitations à mon équipe, qui a fait du très bon boulot tout le week-end. J'ai malheureusement commis une erreur en Course 1. J'étais encore plus motivé par la victoire au départ de la Course 2. Dans le dernier virage, j'ai mis les gaz au bon moment et c'est sur la ligne d'arrivée que j'ai réalisé que j'avais dépassé Rea. Je suis vraiment très heureux de faire mon retour sur la plus haute marche du podium !"

Quant à Chaz Davies, dont c'est le premier top 3 à Phillip Island, il a lui aussi affiché le potentiel d'un vainqueur mais paye le fait de n'avoir pas réussi à se positionner idéalement dans les derniers tours pour porter une attaque, quelque peu en difficulté en sortie de virage. "Enfin un podium ici à Phillip Island ! Ca fait des années que j'essaye et j'y suis enfin arrivé, dans les deux manches en plus. Bien entendu, j'aurais voulu faire plus mais ça n'a pas été possible au final. J'ai toujours un peu mal commencé le championnat, c'est donc un résultat très important pour moi, qui me confirme qu'on travaille dans la bonne direction."

Les places d'honneur

La 50e victoire d'Aprilia décrochée par Leon Haslam coïncide avec une manche traditionnellement très favorable à la marque de Noale, et pour cause. Sa RSV4 est parfaitement à l'aise sur le circuit le plus rapide du championnat où, malgré les changements de règlement, elle conserve une vitesse de pointe qui a de quoi faire rougir la concurrence. Le rookie Jordi Torres l'a démontré lui aussi et mérite une mention spéciale pour ses débuts de course fulminants, en particulier en Course 1. Enchaînant les meilleurs tours, il est parvenu à se hisser jusqu'au quatrième rang, au prix d'une attaque constante. En Course 2, il s'est longuement confronté au Champion du Monde 2013 Tom Sykes pour le gain de la cinquième place, jusqu'à chuter à cinq tours de l'arrivée. Au terme de son premier week-end, l'Espagnol assure avoir beaucoup appris sur la bonne façon de gérer une course en WSBK, des enseignements qu'il pourrait rapidement mettre en pratique.

Michael Van der Mark (PATA Honda) a également fait le show. Un temps en bagarre contre Torres dans le top 5 en Course 1, le Champion Supersport en titre a été jusqu'à occuper la place de leader dans la seconde épreuve, seul pilote en mesure de rivaliser avec le rythme des hommes du podium à la mi-course. Il finira par chuter à quatre tours de l'arrivée.

Sixième et quatrième, Tom Sykes (Kawasaki Racing Team) est apparu bien moins à son avantage que son coéquipier Jonathan Rea. En Course 1, il a payé cher sa confrontation contre Michael Van der Mark, le Néerlandais l'ayant tassé dans un dépassement au quatrième tour et ainsi poussé à sortir de la piste pour éviter la chute. En Course 2, c'est un manque de feeling dans son pneu avant qui l'a fait opter pour la prudence.

Véritable star ce week-end, Troy Bayliss (Aruba.it Racing-Ducati SBK Team) a régalé le public australien et un paddock entièrement acquis à sa cause. Douzième sur la grille, il s'est hissé jusqu'à la septième place dans les premiers tours des deux épreuves, se bagarrant notamment contre Randy de Puniet et Sylvain Guintoli. S'il leur a donné du fil à retordre, il a payé ses attaques au prix fort et vu ses pneus se dégrader très rapidement, au point de devoir passer par les stands en Course 2. Il termine treizième et seizième.

Résultats en demi-teinte pour les Français

Le meilleur bilan comptable du clan tricolore revient à Sylvain Guintoli (PATA Honda), auteur d'une septième et d'une cinquième places. Le Champion du Monde en titre n'est pourtant pas satisfait et continue de payer la lourde chute qui l'a privé de temps de piste lors des essais de Jerez, en janvier. Le mois de repos supplémentaire qui l'attend avant la prochaine manche sera le bienvenue pour récupérer de ses blessures.

Lui aussi en souffrance, Randy de Puniet (VOLTCOM Crescent Suzuki) a pourtant réussi à mener de belles bagarres contre les champions Bayliss et Guintoli pour ses premières courses dans la discipline. En Course 1, une touchette contre Leon Camier lui vaudra une grosse perte de temps et une dix-septième place loin de représenter son niveau réel. Installé dans la même partie du tableau en Course 2, il a cette fois été épargné par les ennuis et marque les points de la septième place. Un résultat encourageant pour le rookie, alors que sa lourde chute du début de semaine s'est traduite par des douleurs dans le dos et un "arm pump" (syndrome des loges).

Absent de cette manche l'an dernier pour cause de blessure, Sylvain Barrier (BMW Motorrad Italia SBK Team) a engrangé une expérience précieuse en ralliant l'arrivée des deux courses aujourd'hui. D'abord quinzième, il s'est hissé au douzième rang dans la seconde manche. Quant à Christophe Ponson (Grillini SBK Team), 19 ans, il fête sa première compétition à Phillip Island en marquant le point de la quinzième place dans la deuxième épreuve, après son abandon dans la première.

La deuxième manche de la saison se jouera dans quatre semaines en Thaïlande, sur le nouveau circuit de Buriram.

MEILLEUR TOUR : Chaz Davies, 1'31.725 (2e tour Course 2)

TOP 5 CHAMPIONNAT DU MONDE :
1. Leon Haslam : 45 points
2. Jonathan Rea : 45 points
3. Chaz Davies : 32 points
4. Tom Sykes : 23 points
5. Sylvain Guintoli : 20 points

A propos de cet article
Séries WSBK
Événement Phillip Island
Circuit Phillip Island Grand Prix Circuit
Pilotes Troy Bayliss , Randy de Puniet , Tom Sykes , Leon Haslam , Sylvain Guintoli , Chaz Davies , Jonathan Rea , Leon Camier , Johnny R , Sylvain Barrier , Jordi Torres , Phillip Island
Type d'article Résumé de course