WSS - Morais vainqueur au drapeau rouge, Mahias reste leader

En dépit du fait qu'il a été impliqué dans une lourde chute qui a précipité la fin de la course sur drapeau rouge, Lucas Mahias reste leader du Championnat du monde Supersport… pour un point !

Après quatre victoires consécutives de Kenan Sofuoglu, qui n'a connu qu'un seul échec depuis son arrivée tardive – due à une blessure – dans ce championnat 2017, le Supersport mondial mettait fin en Allemagne à une pause de deux mois, due à l'absence de la catégorie à Laguna Seca le mois dernier. Ne comptant plus que cinq points de retard sur le Français Lucas Mahias, leader depuis sa victoire en Aragón mais contraint à l'abandon lors de la dernière course en date, le Turc semblait en passe de retrouver son leadership sur le Lausitzring, où il s'était imposé l'an dernier.

Seulement, ce cru 2017 a prouvé à maintes reprises que la star de la série allait devoir ferrailler pour tenter de décrocher un sixième titre, face à des adversaires bien décidés à ne pas s'émouvoir de son palmarès. Seulement cinquième sur la grille – ce qui égale son plus faible positionnement de l'année –, Kenan Sofuoglu n'a pu dominer que le warm-up au cours de ce week-end, alors que Jules Cluzel, Sheridan Morais ou Lucas Mahias se partageaient le leadership des autres séances.

L'avertissement était clair et Sofuoglu a bel et bien retrouvé ces adversaires sur son chemin en course, ainsi que Federico Caricasulo, coéquipier de Mahias. Un groupe de cinq pilotes s'est immédiatement formé en tête à l'extinction des feux et, tour après tour, l'écart s'est creusé pour concentrer la lutte pour la victoire sur ce quinté. Tout s'est joué dans l'avant-dernier tour : alors que les attaques se multipliaient en vue d'une arrivée proche, Caricasulo a perdu le contrôle de sa moto en tentant de résister à Sofuoglu, tout juste passé en tête. La Yamaha en perdition a aussi envoyé au tapis celle de Mahias, troisième à cet instant et dans l'impossibilité d'éviter de heurter l'Italien au sol.

À cet instant, le podium était formé de Sofuoglu, Morais et Cluzel, tandis que Mahias, leader du championnat, semblait destiné à quitter l'Allemagne sans marquer de points. Seulement, l'intervention médicale nécessaire en bord de piste sur Federico Caricasulo allait provoquer la sortie des drapeaux rouges et l'arrêt prématuré de la course, qui ne pouvait repartir pour la courte distance restante. S'en est suivie une scène étonnante, avec quatre pilotes à l'arrêt dans la pitlane, attendant sur leur moto de savoir lesquels d'entre eux devaient se rendre au parc fermé et lequel n'obtiendrait pas de trophée. Après quelques minutes d'incertitude, le classement final a été annoncé sur la base de l'ordre occupé par les pilotes à la fin du tour précédent, le dernier à avoir été bouclé dans son intégralité comme le veut le règlement.

C'est ainsi que Sheridan Morais remporte à 32 ans sa première victoire toutes catégories confondues dans le Championnat du monde des dérivées de la série. "C'est génial. Ça n'est pas la façon dont je voulais gagner la course, mais j'ai le sentiment qu'on devait la gagner aujourd'hui. Je faisais le rythme aux avant-postes et je me sentais à l'aise. Je savais que ça se jouerait dans les derniers tours et j'y étais prêt", commente le vainqueur, qui avait déjà mis toutes les chances de son côtés samedi en signant sa première pole position.

Dans ces circonstances un peu particulières, Sofuoglu a obtenu la deuxième position, tandis que Mahias est parvenu à sauver la troisième place grâce au fait qu'il a pu remonter sur sa machine pour rejoindre les stands après son accident. Évacué vers le centre médical où toute risque de blessure importante a finalement été écartée, Caricasulo n'a pas été classé. Cluzel, auteur de trois podiums sur les quatre dernières courses, a obtenu pour sa part la quatrième place. Il conforte ainsi son quatrième rang au championnat, fort de la régularité affichée après ses deux abandons du début d'année.

Un point entre Mahias et Sofuoglu !

"En réalité, ça n'est pas le résultat réel et tout le monde le sait", souligne Kenan Sofuoglu, en tête au moment de l'accident mais classé deuxième compte tenu de sa position à la fin du tour précédent. "J'ai gagné la course, mais elle a été arrêtée sur drapeau rouge et cela a donné la première place à Morais. En tout cas, je suis content pour lui : il est sur une nouvelle moto, c'est une bonne personne et il mérite de gagner aujourd'hui, il a fait du bon travail tout le week-end."

Malgré une pointe de frustration face à une victoire qui lui échappe de peu, le Turc peut se féliciter de n'afficher plus qu'un point de retard sur Mahias, qui conserve donc de justesse la tête du championnat après cette huitième des 12 manches de la saison.

"Je ne suis pas très, très content du résultat", regrette le Français. "Il était possible de gagner, j'avais préparé et suivi mon plan qui était d'attaquer en fin de course. Devant, ça s'est bagarré et malheureusement Federico est tombé, je n'ai pas pu l'éviter, il était devant mes roues. Je suis reparti et il y a eu drapeau rouge, donc je suis quand même classé troisième. Je suis désolé pour lui. Le bon point c'est que je ne perds pas beaucoup de points sur Kenan, mais le mauvais point c'est que c'est une victoire que je laisse échapper et je suis un petit peu déçu pour ça. Merci beaucoup à Yamaha et à mon team pour le boulot qu'ils ont fait, et désolé pour ma moto, que j'ai encore cassée ce week-end – je n'aime pas trop ça !"

Le prometteur Niki Tuuli, coéquipier de Morais au sein du team Kallio Racing, fait son retour dans les points en se classant cinquième après être parti de la première ligne. Lorenzo Zanetti, ancien coéquipier de Cluzel chez MV Agusta, marque les points de la sixième place pour son retour en WSS. Alors qu'il avait pris le chemin de la série italienne, il remplace en effet Roberto Rolfo, vainqueur de la première course de la saison mais séparé de son équipe pendant la pause estivale.

Anthony West et Kyle Smith profitent de l'absence de Rolfo et d'une contre-performance de Kyle Ryde pour faire un bond de deux places au championnat. Séparés de seulement deux points, il se disputent la septième place, et ce avec seulement cinq et sept unités de retard respectivement sur Caricasulo. PJ Jacobsen conserve, lui, la cinquième place du championnat mais enregistre un nouvel abandon pour cause technique.

 WSS – Lausitzring - Course

 Pos. Pilote Moto  Temps/Écart
1  Sheridan Morais Yamaha  
2  Kenan Sofuoğlu Kawasaki 0.354
3  Lucas Mahias Yamaha 0.600
4  Jules Cluzel Honda 1.010
5  Niki Tuuli Yamaha 9.463
6  Lorenzo Zanetti MV Agusta 11.834
7  Kyle Smith Honda 14.175
8  Anthony West Yamaha 15.761
9  Thomas Gradinger Yamaha 21.846
10  Luke Stapleford Triumph 26.955
11  Christoffer Bergman Honda 28.740
12  Christian Gamarino Honda 28.860
13  Hannes Soomer Honda 30.470
14  Alessandro Zaccone MV Agusta 35.015
15  Michael Canducci Kawasaki 37.982
16  Kyle Ryde Kawasaki 38.186
17  Péter Sebestyén Kawasaki 42.414
18  Nacho Calero Kawasaki 45.043
19  Zulfahmi Khairuddin Kawasaki 45.535
20  Kazuki Watanabe Kawasaki 47.126
21  Lachlan Epis Kawasaki 48.127
22  Jaimie Van Sikkelerus Yamaha 1'04.701
23  Hikari Okubo Honda 1'13.606
24  Ken Eguchi Kawasaki 1'22.160
25  Stefan Hill Triumph 1'46.142
26  Giuseppe Scarcella Honda 1 tour
Ab.  Federico Caricasulo Yamaha  
Ab.  PJ Jacobsen MV Agusta  
Ab.  Gino Rea Kawasaki  
Ab.  Alex Baldolini MV Agusta  
Ab.  Marc Buchner Yamaha  
Ab.  Rob Hartog Kawasaki  
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WSBK
Événement Lausitzring
Sous-évènement Course Supersport
Circuit EuroSpeedway Lausitzring
Type d'article Résumé de course