Ehrlacher : "Poursuivre sur la même dynamique"

Vainqueur de sa première course en WTCC lors de la dernière étape du championnat en Argentine il y a… trois mois, Yann Ehrlacher (Lada) affiche des ambitions élevées pour la reprise ce week-end en Chine.

Mi-juillet, Yann Ehrlacher devenait le premier pilote français à s'imposer en WTCC depuis octobre 2016, et la victoire de son oncle Yvan Muller sur Citroën. En Argentine, le jeune Alsacien, qui pilote une Lada du RC Motorsport, a parfaitement mis à profit sa pole position décrochée grâce à la règle inversée, pour s'imposer de main de maître après la pénalité de Tom Chilton (Citroën).

Dans la deuxième course, Ehrlacher se classait huitième mais se distinguait une nouvelle fois en contrant les assauts du champion du monde Rob Huff (Citroën) du départ à l'arrivée.

Après trois mois de pause, le pilote alsacien s'apprête à retrouver le WTCC, toujours aussi motivé. "Il est clair que trois mois de pause du championnat, c'est très long", a-t-il expliqué à Motorsport.com. "Je n'ai plus roulé en WTCC depuis trois mois, mais je ne suis pas resté pour autant inactif car j'ai récemment couru quatre week-ends d'affilée, ce qui ne m'était jamais arrivé avant."

De fait, Yann Ehrlacher s'est offert une première pige en Lamera Cup à Jarama, puis une autre lors des 500 Nocturnes sur l'Anneau du Rhin dans son Alsace natale, où il s'est imposé au volant d'une Renault RS01 en compagnie de Nicolas Armindo. Une semaine plus tard, il était au volant de la Norma M30 LMP3 du Yvan Muller Racing dans le cadre de l'ELMS à Spa-Francorchamps, avant de retrouver la Lamera Cup à Jarama il y a une semaine. Le voici affûté pour retrouver le volant de sa Lada Vesta TC1 en WTCC. "Je ne suis pas inquiet", poursuit-il. "Bien sûr, la Lada est une traction et cela changera de tout ce que j'ai piloté durant la trêve, mais le feeling va revenir rapidement j'en suis sûr."

On a réalisé que l'on était capable de le faire.

Yann Ehrlacher 

Ce week-end, le WTCC abordera de surcroît un tout nouveau circuit, avec le tout nouveau Ningbo International Speedpark qui accueillera pour la première fois le Championnat du monde de Supertourisme, et qui recevra par ailleurs ses toutes premières compétitions ce week-end. "Ce n'est pas plus mal de reprendre sur un circuit qui sera nouveau pour tout le monde", estime le pilote tricolore. "Pour l'instant, la seule chose que je connaisse du Ningbo International Speedpark, c'est une image satellite que j'ai trouvé sur Google. A priori, c'est un tracé assez complet, il y a de tout, nous devrions être pas mal là-bas."

Surtout, Yann Ehrlacher arrivera avec le souvenir de son premier succès en Argentine, qu'il compte bien répéter s'il en a l'occasion. "Décrocher cette première victoire, c'était un grand moment. Surtout, on a réalisé que l'on était capable de le faire. Que l'on était capable de garder derrière nous des pilotes de premier plan. Ce n'était pas quelque chose que nous pensions pouvoir faire avant cela, mais cela nous a donné confiance. Et nous sommes prêts à poursuivre sur la même dynamique et à saisir notre chance si cela se représente encore.

 
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WTCC
Événement Ningbo
Circuit Ningbo International Speedpark
Pilotes Yann Ehrlacher
Équipes RC Motorsport (France)
Type d'article Interview
Tags lada