Hugo Valente dans le doute à Marrakech

Victime de deux gros accidents lors des deux dernières manches du WTCC en Argentine, à chaque fois consécutives à des casses de freins, Hugo Valente (Chevrolet) n'est guère en confiance à l'heure d'aborder le deuxième rendez-vous de la saison, ce week-end à Marrakech, qui plus est sur un circuit exigeant pour les freins, et où tout écart se termine dans le mur en béton, comme il l'a confié à Motorsport.com.

Le pilote français est d'autant plus contrarié par cette double mésaventure sud-américaine qu'elle est survenue quelques jours seulement après une première grosse sortie de piste lors d'essais privés sur le circuit du Castellet, cette fois en raison d'une roue qui s'est détaché en plein appui. A l'heure d'aborder les 3e et 4e manches de la saison à Marrakech, le Francilien ne se présente pas avec de bonnes sensations.

Dès que je tape dans les freins, j'ai peur que ça casse. Et puis Marrakech, c'est quelque chose de particulier. Il y a cinq mètres de dégagement, ensuite c'est le mur, directement. Pour être honnête, cela ne me fait pas rêver.

Hugo Valente.

"Trois gros crashs en une semaine, dont deux consécutifs liés au même problème de freins, cela ne met pas forcément en confiance", a confié Hugo Valente à Motorsport.com. "D'autant que l'on avait prévu d'effectuer une journée de test à Barcelone mais que nous n'avons pu rouler que deux heures pour diverses raisons. J'ai effectué en tout et pour tout une dizaine de tours dans la voiture depuis mes accidents en Argentine, ce n'est de loin pas suffisant".

L'appréhension est d'autant plus grande que le WTCC aborde ce week-end le circuit atypique de Marrakech, fait de longues lignes droites, de gros freinages, et cerné de murs en bétons. "Je ne suis pas confiant à bord de la voiture", poursuit Valente. "Dès que je tape dans les freins, j'ai peur que ça casse, alors j'ai le reflexe de freiner deux fois pour garder une sécurité. Et puis Marrakech, c'est quelque chose de particulier. Il fait chaud, on a de gros freinages au bout de longues lignes droites. Et il y a cinq mètres de dégagement, ensuite c'est le mur, directement. Pour être honnête, cela ne me fait pas rêver, là..."

Pour ne rien arranger, Hugo Valente partira avec un handicap conséquent à Marrakech puisqu'il écopera d'une pénalité de dix places sur la grille de départ pour avoir changé de moteur suite à son accident lors de la course à Termas de Rio Hondo. "On avait pas trop le choix vu les dommages sur la voiture", poursuit le Tricolore. "Mais la FIA n'a pas considéré qu'il s'agissait d'un cas de force majeure, et on a surtout été pénalisés car il s'agit d'une évolution moteur, qui était certes déjà prévue pour Marrakech avant le début de saison".

"Le feeling n'est pas vraiment là pour l'instant", conclut Hugo Valente. "Il me faut surtout du roulage, beaucoup de roulage. Cela ira certainement mieux après les premiers essais libres".

A propos de cet article
Séries WTCC
Événement Marrakech
Circuit Circuit International Automobile Moulay El Hassan
Pilotes Hugo Valente
Type d'article Preview
Tags exclu, interview