John Filippi attend son heure

À peine remis d'une violente sortie de piste en essais officiels début mars, John Filippi (Chevrolet) est monté en intensité tout au long de la manche d'ouverture au Castellet, et attend davantage des prochaines courses en Slovaquie.

John Filippi attend son heure
John Filippi, Campos Racing, Chevrolet RML Cruze TC1
John Filippi, Campos Racing, Chevrolet RML Cruze TC1
John Filippi, Campos Racing, Chevrolet RML Cruze TC1
John Filippi, Campos Racing, Chevrolet RML Cruze TC1
John Filippi, Campos Racing, Chevrolet RML Cruze TC1
John Filippi, Campos Racing, Chevrolet RML Cruze TC1
John Filippi, Campos Racing, Chevrolet RML Cruze TC1

Après avoir détruit sa Chevrolet Cruze lors de la première des deux journées de tests début mars à Vallelunga suite à un problème de frein, sans dommage physique pour lui, John Filippi avait vu son programme de préparation fortement compromis en vue de sa troisième saison en WTCC.

Si l'équipe Campos Racing travaillait d'arrache-pied pour remettre la Cruze en état, le pilote tricolore ne pouvait effectuer qu'un court roulage de reprise en main avant de se lancer à l'assaut du premier meeting de la saison, le week-end dernier sur le circuit du Castellet. Malgré tout, l'appréhension s'est vite estompée une fois lancé dans le grand bain.

"En roulant, ça a disparu assez rapidement", confie le jeune Français à Motorsport.com. "Et l'équipe m'a rassuré en me montrant les améliorations qu'ils ont apportées sur la voiture pour remédier aux problèmes de freins rencontrés à Vallelunga, en rajoutant une housse sur la durite qui a explosé et qui fait office de double protection."

12e et 13e des essais libres, Filippi peinait en qualifications, qu'il concluait au 15e rang. En course, il faisait preuve de régularité mais ne pouvait accéder à la zone des points, se classant 12e des deux courses.

"J'ai mis du temps à me mettre en action ce week-end", reconnaît le natif de Bastia. "Et je le regrette car au final je ne finis pas trop loin des points, donc c'est dommage. Mon rythme de course était vraiment pas mal, sur la fin, je suis bien remonté sur Tom (Coronel), j'aurais même pu progresser encore plus."

"Cette année cela va être très difficile, il y a une grosse concurrence", poursuit le pilote corse. "On a vu que les voitures officielles étaient très rapides, que ce soit les Citroën, les Honda, les Lada ou les Volvo. Certains pilotes qui évoluaient sur Chevrolet et avec lesquels j'étais en bagarre l'année dernière sont passés sur Citroën et se sont montrés très rapides (Tom Chilton et Grégoire Demoustier NDLR). Il ne reste pas beaucoup de place, il va falloir s'imposer. Après deux courses, le lest de performance va être mis en application, cela ira mieux pour nous."

L'objectif pour la prochaine course sera de rentrer plus confiant lors des essais libres et d'attaquer dès le début du meeting.

John Filippi.

Et John Filippi entend bien rentrer en action dès ses premiers tours de roue lors du prochain rendez-vous, sur le Slovakiaring, où il visera ses premiers points de la saison.

"L'objectif pour la prochaine course sera de rentrer plus confiant lors des essais libres et d'attaquer dès le début du meeting", conclut Filippi. "D'ailleurs, la Slovaquie est un circuit qui nécessite d'être à l'attaque en permanence. Mais je suis certain que ma fin de weekend du Castellet me mettra en confiance pour mes premiers tours de roue lors de cette prochaine course."

"Il va aussi falloir travailler les réglages de course, continuer course après course et essayer de progresser pour qu'au final, même si on ne dispose pas de la meilleure voiture, je puisse être en mesure de me retrouver en bonne position."

partages
commentaires
Tarquini - "De bon augure pour le futur"

Article précédent

Tarquini - "De bon augure pour le futur"

Article suivant

Thompson sur la Chevrolet Münnich Motorsport en Slovaquie

Thompson sur la Chevrolet Münnich Motorsport en Slovaquie
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries WTCC
Événement Paul Ricard
Lieu Circuit Paul Ricard
Pilotes John Filippi
Auteur Emmanuel Rolland