Sébastien Loeb - "Le WTCC correspond à ce que je cherche"

E.R., Nürburgring - Pour sa deuxième saison simplement en WTCC, Sébastien Loeb peut se vanter de rivaliser avec les spécialistes des courses en berline. S'il est dominé, comme l'ensemble des autres pilotes du plateau, par son équipier José Maria Lopez, le nonuple champion du monde n'en occupe pas moins un bon deuxième rang du championnat, juste devant son équipier Yvan Muller, accessoirement quadruple champion du monde de la discipline.

A l'occasion des deux manches du Nürburgring, lors desquelles Loeb s'est classé 2e et 5e, Motorsport.com a rencontré le champion français, qui dresse un bilan de son parcours dans la discipline. 

Au regard de votre début de saison, pensez-vous avoir franchi un palier au niveau pilotage, et performances, en WTCC ?

Cette année pour l’instant ça va, je suis plutôt dans le coup. C’est vrai que Lopez est très dur à battre mais les autres pilotes sont dans le même cas que moi. Sinon au niveau du rythme par rapport à la moyenne des pilotes, pour un gars qui vient du rallye ce n’est plutôt pas trop mal. J’ai pris de l’expérience au sein du peloton aussi, etc. Donc oui, c’est plutôt bien, mais aller chercher Lopez n’est pas évident. Il a un bon feeling, tout qui va bien. Difficile de savoir exactement quoi, mais il est capable de tout mettre bout à bout, tout optimiser pour faire des tours parfaits.

Avec le recul, pensiez-vous être à ce niveau de performance lorsque vous avez effectué vos débuts en WTCC il y a un an ?

Je ne savais pas trop où je serais. Déjà, on ne pensait pas que Lopez serait devant tout le monde à la base car on ne le connaissait pas vraiment ! Pour moi, pouvoir être en bagarre avec Yvan qui est quatre fois champion, je ne rêvais pas mieux. Pour l’instant je rivalise, c’est plutôt bien. Maintenant, Lopez, personne ne l’attendait trop, mais il montre qu’il a un très gros niveau.

J’essaie, si à un moment donné je comprends que je n’y arriverais jamais j’aurais peut-être envie de faire autre chose, pour l’instant ce n’est pas le cas.

Sébastien Loeb.

Est-ce que votre avenir même en WTCC peut dépendre des résultats que vous pourriez avoir ? Ne pas réussir à être champion du monde vous inciterait-il à aller voir ailleurs ?

Honnêtement, je n’en sais rien. Voir ailleurs, cela dépend pour quoi faire. Aujourd’hui je n’ai pas encore envie de rester chez moi à rien faire, j’ai envie de courir. Arrêter le WTCC, ça dépend pour quoi, il faut avoir quelque chose d’intéressant. Pour l’instant, cela me plaît, cela correspond à ce que je cherche. J’essaie, si à un moment donné je comprends que je n’y arriverais jamais j’aurais peut-être envie de faire autre chose, pour l’instant ce n’est pas le cas.

On parle beaucoup d’une éventuelle participation Dakar. Ce programme serait-il compatible avec une implication en WTCC ou faudra-t-il alors faire un choix ?

Je n’en sais rien. Faire les deux n’est pas impossible, après tout dépend du temps de préparation que demandera une participation au Dakar.

 

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WTCC
Pilotes Sébastien Loeb
Type d'article Interview