Test convaincant pour Girolami, dans la Volvo dès Motegi ?

Performant lors de son test sur la Volvo S60 lundi à Termas de Rio Hondo, Nestor Girolami pourrait être au départ des courses de Motegi sous les couleurs du constructeur suédois.

Test convaincant pour Girolami, dans la Volvo dès Motegi ?
Thed Björk, Polestar Cyan Racing, Volvo S60 Polestar TC1
Nestor Girolami
Robert Dahlgren, Polestar Cyan Racing, Volvo S60 Polestar TC1 and Thed Björk, Polestar Cyan Racing, Volvo S60 Polestar TC1
Thed Björk, Polestar Cyan Racing, Volvo S60 Polestar TC1

Vu l'an passé en WTCC pour deux piges au volant de la Honda Civic du NIKA Racing – en Slovaquie et au Portugal – mais également en test avec l'équipe Lada, Nestor Girolami œuvre pour retrouver le plateau du WTCC au plus vite.

Plus d'une seconde plus rapide que les pilotes titulaires ?

Le lendemain des deux courses de Termas de Rio Hondo, le pilote argentin a eu l'occasion d'effectuer un test sur ce même circuit au volant de la Volvo S60. Un test visiblement plus que concluant pour le Sud Américain, qui aurait signé un chrono seulement neuf dixièmes plus lent que celui de José Maria Lopez en qualifications. On rappellera qu'en Q1, les pilotes titulaires Volvo, Thed Björk et Robert Dahlgren – qui découvraient certes le tracé de Termas de Rio Hondo –, avaient échoué à respectivement 2,2 et 2,3 secondes du meilleur temps alors signé par la Chevrolet d'Esteban Guerrieri, et s'étaient classés aux 16e et 17e rangs sur la grille.

Si Volvo prépare un passage à trois voitures en 2017, le constructeur suédois pourrait aligner sa voiture de test pour Denis Girolami à Motegi le 4 septembre prochain.

Girolami, 27 ans, a été sacré lors des deux dernières saisons du championnat Super TC2000 argentin. Il dispute cette saison le championnat de Stock Car brésilien. 

Avec Esteban Guerrieri, voici un autre Argentin prêt à prendre la succession de José Maria Lopez dans un futur proche.

partages
commentaires
Après sa déroute en Argentine, le clan Lada cherche à comprendre

Article précédent

Après sa déroute en Argentine, le clan Lada cherche à comprendre

Article suivant

Le WTCC ne veut pas de DRS, mais des "vraies courses"

Le WTCC ne veut pas de DRS, mais des "vraies courses"
Charger les commentaires