Vila Real, une épreuve culte

Avec le WTCC, le circuit urbain de Vila Real a accueilli en 2015 un Championnat du monde pour la première fois après 84 ans d'existence. En 2016, le tracé portugais va perpétuer une importante tradition de course automobile.

Vila Real, une épreuve culte
Sébastien Loeb, Citroën C-Elysée WTCC, Citroën World Touring Car team
Yvan Muller, Citroën C-Elysée WTCC, Citroën World Touring Car team
Mehdi Bennani, Citroën C-Elysée WTCC, Sebastien Loeb Racing
Une vue d'ensemble du paddock
Départ
Mehdi Bennani, Citroën C-Elysée WTCC, Sebastien Loeb Racing
Sébastien Loeb, Citroën C-Elysée WTCC, Citroën World Touring Car team
Jose Maria Lopez, Citroën C-Elysée WTCC, Citroën World Touring Car team
Sébastien Loeb, Citroën C-Elysée WTCC, Citroën World Touring Car team
Yvan Muller, Citroën C-Elysée WTCC, Citroën World Touring Car team
Sébastien Loeb, Citroën C-Elysée WTCC, Citroën World Touring Car team
Tom Chilton, Chevrolet RML Cruze TC1, ROAL Motorsport
Tom Coronel, Chevrolet RML Cruze TC1, ROAL Motorsport
Stefano D'Aste, Chevrolet RML Cruze TC1, ALL-INKL.COM Münnich Motorsport
Jaap van Lagen, Lada Vesta WTCC, Lada Sport Rosneft, Nicky Catsburg, Lada Vesta WTCC, Lada Sport Rosneft et Rob Huff, Lada Vesta WTCC, Lada Sport Rosneft

Le circuit de Vila Real existe depuis 1931. Fer de lance du sport automobile portugais, le tracé situé dans la ville éponyme de 50 000 habitants au Nord du pays, principalement connue pour sa production de vin, a précédé l'existence de très nombreux autres circuits en ville au Portugal.

Cette passion portugaise pour les circuits en ville a été perpétrée, entre autres, par les circuits de Monsanto, dans la banlieue de Lisbonne, et Boavista, dans le centre de Porto, qui ont alterné l'accueil du Grand Prix du Portugal de Formule 1 dans les années 1950.

Le Circuito internacional de Vila Real avait toutefois quelques particularités bien à lui : situé au milieu des collines, le long du fleuve Rio Corbo, son relief ainsi que son revêtement très irrégulier rendaient la tâche difficile aux pilotes qui y roulaient. Pendant de nombreuses années, le tracé chevauchait une voie ferrée à deux endroits différents.  Le parcours portugais est encore aujourd'hui composé de nombreuses courbes à hautes vitesses qui le caractérisent, et qui en font un des circuits urbains les plus rapides.

Années 1930

Le tout premier événement automobile disputé à Vila Real a vu la victoire du duo Ercilio Barbosa et Gaspar Sameiro sur une Ford A. Le frère de Sameiro, Vasco, remporta l'édition 1933 et devint une figure du sport automobile portugais au point que l'une des avenues situées sur le circuit porte désormais son nom, tout comme le circuit permanent de Braga, situé quelques kilomètres plus loin.

Après quelques éditions dans les années 1930, la course a été interrompue en raison de la Seconde Guerre mondiale. Après 1949, le Circuit de Vila Real a vu sa popularité décoller, notamment grâce a sa course réservée aux voitures de sport, remportée par un certain Stirling Moss sur Maserati en 1958 devant Jean Behra, autre grande figure de l'époque.

Courses d'endurance et tourisme

La course est interrompue pendant plusieurs années et reprend dans les années 1960. Les épreuves principales sont alors des courses de Formule 3 et de voitures de tourisme, puis une course d'endurance de 6 heures est organisée en tête d'affiche en 1969. Les organisateurs projetaient alors de faire venir le Championnat du monde des marques, sans succès.

La course fut réduite à 500 kilomètres l'année suivante, mais, au bout de quelques années, l'épreuve et, plus globalement, le pays connurent de nombreux problèmes. En 1974, le circuit perdit sa licence et son statut international. De plus, le Portugal rencontrait une crise pétrolière majeure dans un contexte politique compliqué (Révolution des Œillets).

La course fit son retour en 1979 et, durant les années 1980, le circuit s'inscrivit dans une dynamique plus locale en accueillant des championnats nationaux portugais, notamment les voitures de tourisme Groupe A. Sur ce circuit urbain, bordé d'arbres, d'habitations, fréquenté par de très nombreux spectateurs et qui accueillait des véhicules de plus en plus rapides et puissants, la sécurité devint un problème majeur. En 1993, le pilote Pedro Carvalho perdit le contrôle de sa Clio et fonça dans la foule, tuant quatre spectateurs.

Renaissance

Cette tragédie sembla sonner l'arrêt de mort du circuit. Finalement, en 2007, l'Automobile-Club de Vila Real décida d'organiser une course avec des véhicules d'époque sur un tracé raccourci. La taille du circuit passa de 7 à 4,6 kilomètres et court-circuita une grande-partie des zones dites dangereuses du tracé. La ligne de chemin de fer avait été entre-temps été fermée, et des rails de sécurités furent installés le long de la piste. Certaines parties rapides allaient être conservées, notamment le secteur de Mateus.

Le tracé et ses compétitions historiques furent rapidement rejointes par le plateau du championnat portugais des voitures de tourisme jusqu'en 2010, date à laquelle la course disparu une énième fois du calendrier.

Venue du WTCC

Une nouvelle association s'est créée en 2014 dans le but d'accueillir le WTCC l'année suivante. Vila Real succède alors à Porto, Estoril et Portimao en tant que terre d'accueil de la Race of Portugal et le circuit international accueille son premier Championnat du monde, près de 84 ans après sa création.

Les deux manches du WTCC 2015 sont remportées par les Citroën de José Maria Lopez et Ma Qing Hua. En 2016, le circuit, toujours caractérisé par ses courbes rapides, ses chicanes, ses lignes droites à travers les vignes, sa piste large et ses stands situés sur un parking, accueillera pour la première fois la Coupe d'Europe des voitures de tourisme en ouverture du WTCC, avec quelques pilotes portugais en vedettes.

partages
commentaires
Citroën prêt à relever le challenge de Vila Real

Article précédent

Citroën prêt à relever le challenge de Vila Real

Article suivant

La deuxième Honda du Zengo Motorsport enfin en piste à Vila Real

La deuxième Honda du Zengo Motorsport enfin en piste à Vila Real
Charger les commentaires