WTCC - Entretien François Ribeiro : "Le TC1, une idée de Jean Todt"

Dans un entretien exclusif pour ToileF1, François Ribeiro, directeur d’Eurosport Events (promoteur du championnat du monde de supertourisme WTCC), explique la genèse de la nouvelle réglementation TC1 mise en application en 2014, dresse le bilan de...

Dans un entretien exclusif pour ToileF1, François Ribeiro, directeur d’Eurosport Events (promoteur du championnat du monde de supertourisme WTCC), explique la genèse de la nouvelle réglementation TC1 mise en application en 2014, dresse le bilan de cette saison écoulée, et évoque les perspectives d’avenir pour cette série en plein développement. Première des trois parties de cet entretien…

Quand et pourquoi a-t-il été décidé de passer à une réglementation TC1 pour le WTCC ?

En fait, la décision remonte à 2012. Les cycles de réglementation sont en général assez longs : cela faisait dix ans que nous étions sur la base de la réglementation S2000. Mais celui qui nous a ouvert les yeux sur la nécessité de changer la donne fut à l’époque Jean Todt, le président de la FIA, qui trouvait que le WTCC était un beau championnat, avec un format idéal pour la télévision et un bon calendrier, notamment.

Le seul point faible d’après lui était que les voitures ne faisaient pas rêver. Nous avons écouté ses conseils, mais notre philosophie a toujours été de rester proches des voitures de production, et nous voulions conserver cet esprit. Nous avons alors commencé à réfléchir, à partir des modèles de production, comment rendre les voitures plus "sexy", en agissant sur trois points : l’augmentation de la puissance par l’entremise des brides turbo, l’allègement du poids, et ajouter de l’appui avec des appendices aérodynamiques. Mais ces changements étaient initialement prévus pour rentrer en vigueur en 2015.

Pourquoi alors avoir avancé à 2014 la mise en application de ces nouvelles règles techniques ?

En 2012, Citroën nous avait confié réfléchir à rejoindre le WTCC, sous l’impulsion de Sébastien Loeb, qui voulait mettre un terme à sa carrière en rallye. Leur arrivée était alors prévue en 2014, mais il était évidemment compliqué pour eux d’imaginer développer une toute nouvelle voiture de réglementation S2000 pour un an seulement, puis plancher sur un autre projet TC1 dès la saison suivante.

Nous avons fait un tour de table avec les autres constructeurs et tout le monde était d’accord pour avancer les choses d’une année. Fin 2012, décision a donc été prise de lancer la réglementation TC1 pour 2014. Un projet excitant, même si nous nous sommes mis sur le dos un challenge technique effroyable… On a pris un gros risque, mais au final, c’est évidemment une chose positive pour le WTCC.

Compte tenu du timing extrêmement serré pour les équipes, avez-vous craint un trop faible nombre d’inscrits pour 2014 ?

Nous avons beaucoup investi pour les écuries privées, afin de les aider à acheter les voitures, et notamment les trois écuries (ROAL Motorsport, Campos Racing et Münnich Motorsport NDLR) alignant chacune deux Chevrolet Cruze construites et développées dans les ateliers de RML en Angleterre.

Avec les voitures d’usines, Citroën, Honda et Lada, le compte y était pour présenter un plateau raisonnablement étoffé. Sachant que, l’an prochain, on devrait retrouver une Honda de plus (celle des Suédois du NIKA Racing NDLR), et une, voire deux Chevrolet Cruze supplémentaires. Même avec la disparition l’an prochain des anciennes voitures de réglementation TC2, qui n’étaient que trois ou quatre par courses cette saison, le WTCC conservera un nombre suffisant de voitures au départ en 2015.

(Entretien à suivre)

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WTCC
Pilotes Sébastien Loeb , Jean Todt
Type d'article Actualités