WTCC - Lopez : La C-Elysée était exceptionnelle !

En retrait à l'issue des qualifications samedi, José-Maria Lopez a bel et bien assumé son statut de leader du Championnat du Monde sur le tracé à haute vitesse du Salzburgring

En retrait à l'issue des qualifications samedi, José-Maria Lopez a bel et bien assumé son statut de leader du Championnat du Monde sur le tracé à haute vitesse du Salzburgring. Doté d'une confiance inébranlable depuis sa victoire inaugurale au Maroc, le pilote argentin est plus que jamais la surprise sortie du chapeau chez Citroën.

Capable d'exploiter à la perfection la supériorité de sa C-Elysée - malgré le lest de 60 kg par rapport à la concurrence -, Lopez fait montre d'une sérénité absolue. Alors, quand il a dû se "contenter" de la troisième place dans la

Course 1

, il a su attendre son heure pour briller dans la deuxième manche. Car oui, c'est bien Yvan Muller qui a concrétisé sa pole position dimanche matin en maîtrisant la meute derrière lui.

"Mon départ n’a pas été parfait, mais suffisamment bon pour que je conserve les commandes", explique le Français. "Je n’ai pas trop attaqué dans les premiers tours, je voulais que la pression des pneus monte doucement pour éviter d’être en difficulté à la fin. Petit à petit, j’ai creusé l’écart sur Pechito [Lopez], puis sur Tom Coronel. Même quand on est seul en tête, le Salzburgring reste un circuit très complexe."

Même poussé à l'erreur en Course 1, Lopez a donc assuré de gros points, avant de faire la grosse affaire dans la

Course 2

, profitant notamment de l'abandon de Muller, qui estime avoir été "tassé dans l'herbe" par l'Argentin au départ. Quoi qu'il en soit, l'opération comptable est parfaite pour le leader du championnat, qui compte désormais 41 longueurs d'avance en tête.

"Nous avons donc choisi des réglages aérodynamiques plus agressifs pour la course 2", a-t-il révélé. "Après le nouveau départ, j’ai pu déborder mes adversaires un par un. Ma Citroën C-Elysée était exceptionnelle avec ces réglages, elle n’en finissait pas de prendre de la vitesse dans la ligne droite ! Je ne me suis pas relâché jusqu’à l’arrivée, je suis vraiment heureux de gagner ici, sur un circuit que je découvrais totalement."

Bien que performant en qualifications, avec le troisième chrono, Sébastien Loeb a assisté à ces luttes avec retrait, terminant à chaque fois dans les points mais sans pouvoir jouer les premiers rôles. "Tom Coronel s’est infiltré avant de me pousser dans l’herbe. Rien à dire, c’était propre et c’est comme cela qu’il faut faire en touring car ! J’ai perdu la motricité et Pechito a réussi à passer", raconte-t-il alors qu'il avait pris un envol intéressant dans la Course 1.

Pour la deuxième manche, ce fut tout simplement le même motif et la même punition... "J’ai pris un excellent départ pour la course 2, en doublant plusieurs voitures dès les premiers mètres. Je me suis retrouvé dans un petit bouchon à la chicane et c’est encore Pechito qui en a profité ! Après l’interruption, je suis reparti derrière deux concurrents qui étaient impossibles à doubler dans la ligne droite"

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WTCC
Pilotes Tom Coronel , Sébastien Loeb , Yvan Muller , José María López
Type d'article Actualités