WTCC - Muller espère que la roue va tourner

Plutôt malchanceux lors des premières courses de la saison, Yvan Muller (Citroën) occupe le deuxième rang du classement derrière son équipier, l’inaccessible José Maria Lopez

Plutôt malchanceux lors des premières courses de la saison, Yvan Muller (Citroën) occupe le deuxième rang du classement derrière son équipier, l’inaccessible José Maria Lopez. Malgré un déficit de 39 points sur l’Argentin, le quadruple champion du monde de la discipline continue de croire en ses chances, si la réussite veut bien changer de camp.

Sur le papier, Yvan Muller pouvait faire figure de grandissime favori du championnat WTCC 2014 avant le début de la saison. Pilote le plus expérimenté du plateau, et le plus titré, le pilote alsacien venait en outre d’intégrer l’équipe Citroën dont les tests de développement de la nouvelle C-Elysée avait démarré plusieurs mois avant les autres équipes. Pourtant, à l’issue des sept premières étapes du calendrier, Muller n’occupe « que » le deuxième rang derrière José Maria Lopez, et à quelques encablures de Sébastien Loeb, qui disputent tout deux leur première saison complète en WTCC.

« Avoir le plus d’expérience n’était pas forcément un avantage cette saison, a confié Yvan Muller à ToileF1. Les voitures sont très différentes de celles de 2013, et se rapprocheraient d’ailleurs davantage de celles que « Pechito » Lopez avait l’habitude de piloter dans le championnat argentin. Et puis Citroën avait compté sur moi pour régler la voiture, et j’ai procédé à pas mal de tests de développement de la C-Elysée, plutôt que prendre mes propres repères au volant de la voiture, ce qu’ont fait au contraire mes équipiers. »

« Le seul avantage que j’aurais pu avoir est la connaissance des circuits, mais Lopez et Loeb en connaissaient déjà pas mal, et ont appris les autres sur le simulateur très performant de Citroën. Du coup leur handicap est assez limité… Bon, maintenant je commence à me sentir bien dans la C-Elysée, pas encore aussi bien que je le souhaiterais mais les résultats des dernières courses ont démontré que je suis désormais à l’aise. »

S’il a effectivement engrangé de gros points lors des deux derniers rendez-vous du calendrier, en Russie et en Belgique, Yvan Muller traînera jusqu’à la fin de la saison ces trois résultats nuls enregistrés à Marrakech, au Slovakiaring et à Salzbourg. « J’ai perdu un maximum de points sur ces trois courses, poursuit Muller. A Marrakech, je dois logiquement gagner avant mon crash au départ de la deuxième course et Lopez se classe deuxième au lieu de troisième (derrière Loeb NDLR). Après ma pénalité du Slovakiaring, je m’accroche avec Lopez au départ à Salzbourg. Moi j’abandonne, et lui il continue et il gagne… Lopez est un pilote très rapide, avec beaucoup de qualités, mais on peut dire également que la réussite était davantage de son côté que du mien ».

Désormais, la saison prend une nouvelle tournure avec les courses outre-mer, beaucoup plus espacées, et sur des terrains plus familiers à Muller qu’à Lopez, excepté bien évidemment la prochaine étape en terres argentines sur le circuit de Termas de Rio Hondo.

« Je ne connais pas suffisamment Lopez pour savoir comment il gèrera la pression devant son public, conclut Yvan Muller. Il va vouloir briller sur ses terres… Et moi je voudrais briller sur les siennes ! J’espère que la dernière partie de saison me sourira davantage… et qu’elle lui sourira moins ! De toute façon, sans abandon de sa part, il sera impossible de revenir sur lui à la régulière. Continuons à mettre la pression et cela pourra peut-être le faire… Sinon tant pis, c’est la vie… »

Rappelons qu’Yvan Muller compte quatre victoires cette saison. C’est une de moins que Lopez, mais deux de plus que Sébastien Loeb.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WTCC
Pilotes Sébastien Loeb , Yvan Muller , José María López
Type d'article Actualités