Deux voitures chinoises pour les Suisses d’adoption Muller et Ehrlacher

partages
commentaires
Deux voitures chinoises pour les Suisses d’adoption Muller et Ehrlacher
Par :
3 avr. 2019 à 15:23

La saison 2019 du WTCR, qui débutera ce week-end à Marrakech, sera marquée par l’arrivée de quatre voitures chinoises de la marque Lync & Co. Deux de ces voitures seront conduites par des pilotes domiciliés en Suisse: Yvan Muller (49 ans), quadruple champion du monde de voitures de tourisme, et son très talentueux neveu, Yann Ehrlacher (22 ans).

Yann Ehrlacher, Cyan Performance Lynk & Co 03 TCR
Yann Ehrlacher, Cyan Performance Lynk & Co 03 TCR
Yann Ehrlacher, Cyan Performance Lynk & Co 03 TCR
Yann Ehrlacher, Cyan Performance Lynk & Co 03 TCR
Yvan Muller, Cyan Racing Lynk & Co 03 TCR
Yvan Muller, Cyan Racing Lynk & Co 03 TCR
Thed Björk, Cyan Racing Lynk & Co 03 TCR, Yvan Muller, Cyan Racing Lynk & Co 03 TCR
Yvan Muller, YMR Hyundai i30 N TCR

Si Yvan Muller habite depuis une dizaine d’années dans le canton du Valais, tout d’abord à Haute-Nendaz et depuis deux ans à Crans-Montana, Yann Ehrlacher, le fils de l’ancienne pilote de Formule 3000 Cathy Muller, n’est domicilié en Suisse que depuis le début de cette année.

"J’habitais jusqu’ici à Magny-Cours, circuit où est également domicilié le Yvan Muller Racing au sein duquel je m’occupais de différents travaux de logistique après y avoir couru en LMP3 en European Le Mans Series, mais je réside désormais officiellement à Chardonne, au-dessus de Vevey, dans le canton de Vaud, depuis le 1er janvier 2019", nous a expliqué Yann Ehrlacher lors de la présentation officielle du championnat WTCR qui a eu lieu mercredi dernier à Barcelone.  

Yvan Muller, Cyan Racing Lynk & Co 03 TCR

Yvan Muller, Cyan Racing Lynk & Co 03 TCR

Photo de: WTCR

"Etant désormais pilote d’usine pour l’écurie Cyan qui fait courir les voitures chinoises Lync & Co, j’ai estimé qu’il était préférable de mettre tous les atouts de mon côté. Cela sous-entendait entre autres de me trouver relativement proche d’un aéroport international, en l’occurrence celui de Genève", a ajouté Yann Ehrlacher. "En habitant à Chardonne, commune où ma grand-mère réside depuis plusieurs années, je peux par ailleurs parfaire ma condition physique en allant m’entraîner avec mon oncle Yvan Muller. Nous effectuons ensemble du VTT dans les Alpes suisses."

Des Alpes suisses qu’Yvan Muller connaît également pour avoir participé en 2015 au Rallye du Chablais, une des principales manches du championnat de Suisse de la spécialité avec le Critérium jurassien et le Rallye international du Valais: "J’avais disputé le Rallye du Chablais au volant d’une Citroën DS3 R5. Malheureusement, j’avais déjà dû abandonner dans la deuxième épreuve chronométrée à la suite d’un début d’incendie", nous a rappelé Yvan Muller. 

Yann Ehrlacher, Cyan Performance Lynk & Co 03 TCR

Yann Ehrlacher, Cyan Performance Lynk & Co 03 TCR

Photo de: WTCR

Yvan Muller disputera-t-il un autre rallye en Suisse à l’avenir? "Rien n’est prévu pour l’instant. Mais pourquoi pas, si l’on me propose un volant intéressant", nous a répondu Yvan Muller qui fêtera son 50e anniversaire cet été. Le quadruple champion du monde de voiture de tourisme (2008, 2010, 2011 et 2013) est en effet né le 16 août à Altkirch, dans le Haut-Rhin, à une quinzaine de kilomètres de la frontière suisse. "Je suis né à Altkirch, c’est vrai, mais j’ai habité à Seppois qui est juste à côté de la frontière avec le canton du Jura. Quand j’étais enfant, j’allais me balader à vélo jusqu’à Bonfol, en Suisse voisine, et Yann en a fait de même", a tenu à nous raconter Yvan Muller afin de montrer que ses liens avec la Suisse étaient vraiment très étroits. 

Gabriele Tarquini, BRC Hyundai N Squadra Corse Hyundai i30 N TCR

Gabriele Tarquini, BRC Hyundai N Squadra Corse Hyundai i30 N TCR

Photo de: WTCR

A bientôt 50 ans, Yvan Muller, vice-champion en titre, n’est pas le pilote le plus âgé du WTCR. Gabriele Tarquini, champion en titre du WTCR, a en effet fêté ses 57 ans le 2 mars dernier. Comme l’année passée, le pilote italien pilotera une Hyundai et fera à nouveau partie des pilotes à battre. "J’ai prouvé l’année passée que je n’avais rien perdu de ma rapidité en remportant le championnat et il n’y a pas de raison que je sois moins rapide cette année", nous a avoué Gabriele Tarquini qui a disputé 38 Grands Prix de F1 entre 1987 et 1995 – pour Osella, Coloni, AGS, Fondmetal et Tyrrell – avec, comme meilleur résultat, une 6e place au Grand Prix du Mexique de 1989 qui avait vu les deux McLaren-Honda d’Ayrton Senna et d’Alain Prost terminer respectivement aux 1er et 5e rangs.

"En ce qui concerne mes rapports avec la Suisse, sachez que j’ai disputé les 24 Heures du Mans de 1985 avec une Porsche 956 de Walter Brun et que, chez Hyundai en 2017, j’ai eu le pilote genevois Alain Menu comme coéquipier. Alain, qui a pratiquement le même âge que moi, a prouvé lui aussi que l’on pouvait être très rapide même s’il on est âgé de plus de 50 ans", a ajouté Gabriele Tarquini. 

 

Toujours au niveau suisse, on relèvera que la manufacture horlogère neuchâteloise TAG Heuer fait partie des principaux sponsors du WTCR et que l’ancien pilote Marc Duez, titulaire aussi bien du passeport belge que du passeport suisse – ce dernier acquis après son mariage avec la pilote genevoise Florence L’Huillier – sera présent à toutes les courses du WTCR en tant que "Driver Advisor", à savoir en tant que juge-arbitre chargé de prendre – ou non – des sanctions contre les pilotes à la suite des différents accrochages en course. Et dans le WTCR, les accrochages peuvent être très spectaculaires à l’image du fameux carambolage qui s’était produit l’année passée à Villa Real et qui avait fait le tour du monde sur les réseaux sociaux. 

 
Article suivant
Loeb revient sur le divorce avec PSA et son programme 2019

Article précédent

Loeb revient sur le divorce avec PSA et son programme 2019

Charger les commentaires
Soyez le premier à recevoir toute l'actu