USA - Pirelli entrevoit des stratégies à deux arrêts

Inauguré en 2012, le Circuit des Amériques, à Austin (Texas), est l’un des plus récents visités par la Formule 1

Inauguré en 2012, le Circuit des Amériques, à Austin (Texas), est l’un des plus récents visités par la Formule 1. Pour la première fois, Pirelli a sélectionné ici les P Zero Blancs "Medium" et Jaunes "Tendres", une combinaison différente de 2013 où "Durs" et "Medium" avaient été nominés.

Ce changement de stratégie résulte de la volonté de composer avec les différentes contraintes imposées par la piste, telles que les trois longues lignes droites et les nombreuses courbes très techniques. Le virage n°1, une épingle qui fait subir à la gomme des charges importantes, en est un exemple, tout comme plusieurs enchaînements qui ne sont pas sans rappeler Silverstone ou Suzuka.

Constitué de 20 virages et d’un important dénivelé, Austin ne laisse aucun répit au pilote, à qui il offre des challenges uniques, comme la portion en montée, après le départ, qui nécessite de définir très précisément son point de freinage. Tous ces paramètres en font une piste excitante, tant pour les concurrents que pour les spectateurs. Le Grand Prix des Etats-Unis marque également la dernière succession de courses, puisque dans la foulée, les équipes de F1 s’envoleront pour Interlagos, au Brésil, où elles disposeront à nouveau des mélanges "Medium" et "Tendres". La dernière étape du championnat restant bien entendu le Grand Prix d’Abu Dhabi, prévu le 23 novembre.

"Les Etats-Unis représentent un marché important pour une entreprise comme Pirelli. Nous sommes donc ravis de retrouver Austin, un endroit fantastique et une ville agréable", commente Paul Hembery, Directeur de Pirelli Motorspor.

La surface de la piste, désormais vieille de trois ans, doit théoriquement offrir plus de grip que lors des précédentes éditions.

"Même si nous ne pourrons le confirmer qu’à l’issue des essais libres, les pneumatiques Medium et Soft sont censés laisser entrevoir des stratégies à deux arrêts. Tout dépendra de la météo".

L’épreuve se déroule au mois de novembre, mais les températures sont assez élevées, les conditions variables, et la dégradation thermique devra être tout particulièrement surveillée.

"Dans quelle mesure cela influencera l’usure, et donc la stratégie, avec la nouvelle génération de monoplaces ? Nous ne le saurons qu’une fois sur place. Lors des deux premières éditions, la stratégie victorieuse était à un arrêt mais comme l’épreuve intervient relativement tard dans la saison, la plupart des écuries a maintenant compris comment tirer la quintessence de ces nouvelles voitures".

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités