Bilans Saison 2021
Dossier

Bilans Saison 2021

Bilan 2021 - Valtteri Bottas, ultime année dans l'ombre de Hamilton

La saison 2021 de Valtteri Bottas aura été dans la continuité des précédentes : de rares coups d'éclat et une incapacité à répondre présent quand c'est nécessaire.

Bilan 2021 - Valtteri Bottas, ultime année dans l'ombre de Hamilton

Ces bilans 2021 sont aussi l'occasion pour vous de noter chaque pilote, grâce au module situé au bas de cet article.

Si un pilote de Formule 1 évoluant dans l'écurie septuple Championne du monde en titre ne visait pas le titre mondial, il n'aurait probablement pas sa place dans l'élite. Difficile, donc, de reprocher à Valtteri Bottas son ambition du début de saison 2021.

"Lewis a remporté le titre tous les ans depuis que nous sommes équipiers, mais tout de même, en abordant cette nouvelle année, en repartant de zéro et d'une feuille blanche, je crois tout à fait pouvoir me battre pour le titre", affirmait Bottas en mars dernier. "C'est évidemment le but ultime cette saison, et c'est mon objectif. Mais il y a un long chemin à parcourir, et il faut véritablement y aller pas à pas."

Or, sur les quatre premières saisons de leur collaboration, le rapport de force entre les pilotes Mercedes était clair : 37 poles positions à 16 et 42 victoires à neuf en faveur de Lewis Hamilton. Et ça n'a pas changé en 2021.

De surcroît, Bottas a dû composer avec une Flèche d'Argent qui n'était plus dominatrice puisqu'elle subissait la concurrence d'une Red Bull RB16B souvent aussi voire plus compétitive. Le Finlandais en a pâti, et les chiffres ne lui sont pas favorables : il a signé sa plus faible moyenne de points par course (10,27) et son plus petit nombre de tours en tête (79) depuis qu'il a rejoint la marque à l'étoile, concluant l'année certes troisième mais à plus de 160 longueurs de son chef de file au classement général, Hamilton ayant réalisé une saison digne des plus grands dans son duel de titans face à Max Verstappen.

Le vainqueur Valtteri Bottas, Mercedes, avec son trophée sur le podium

Valtteri Bottas remporte le Grand Prix de Turquie

Dans l'exercice des qualifications, malgré trois pole positions, Bottas a encaissé un 16-6 face à Hamilton, avec un déficit moyen dépassant les deux dixièmes de seconde sur piste sèche. En course, le nordique a réalisé quelques belles performances, sa victoire dominatrice en Turquie étant un exemple évident, avec dix autres podiums à se mettre sous la dent. La plupart du temps, il était toutefois bien trop loin de Hamilton et de Verstappen.

Il est vrai que l'écart entre les pilotes Mercedes au championnat est exacerbé par les sept Grands Prix dont Bottas est rentré bredouille. Ce n'était pas toujours de sa faute : il y a eu cette roue coincée à Monaco, cette touchette avec Daniel Ricciardo à Mexico et cette crevaison au Qatar. Cependant, Bottas est partiellement responsable de l'accrochage avec George Russell qui l'a éliminé à Imola – d'autant qu'il n'aurait jamais dû se retrouver dans cette position en matière de performance – et complètement à blâmer quant au strike qu'il a réalisé au départ du Grand Prix de Hongrie, celui-ci entraînant une pénalité sur la grille qui l'a éjecté des points lors du simulacre de course à Spa-Francorchamps.

La 12e place de Bottas à Bakou est un symbole des difficultés qu'il peut parfois rencontrer, lui qui a perdu quatre places en un tour lors d'un restart, successivement dépassé par Ricciardo, Sainz, Alonso et Räikkönen. "Je me sentais impuissant, à vrai dire, je me faisais dépasser par tous les côtés et je ne pouvais rien faire", a lâché celui qui ne devançait à l'arrivée que la Williams de Latifi, les Haas et son coéquipier sorti de piste dans l'avant-dernier tour. Une autre performance médiocre a été réalisée en Russie, où sa cinquième place à l'arrivée est l'arbre qui cache la forêt : servir de cobaye à Mercedes pour évaluer la transition aux pneus intermédiaires quand la pluie est arrivée lui a été favorable, puisqu'il végétait auparavant au 14e rang.

Valtteri Bottas, Mercedes W12, Yuki Tsunoda, AlphaTauri AT02, Nicholas Latifi, Williams FW43B, Mick Schumacher, Haas VF-21, et le reste des monoplaces au départ

Valtteri Bottas devance quelques concurrents au départ du Grand Prix de Russie, dont Max Verstappen, mais ce dernier prendra vite l'avantage

Surtout, c'est quand Hamilton avait le plus besoin de lui que Bottas n'a pas répondu présent. À Sotchi, on pouvait légitimement espérer qu'il entrave la remontée de Max Verstappen lorsque les deux hommes s'élançaient du fond de grille après avoir été équipés d'un moteur neuf ; le pilote Mercedes a toutefois cédé dès le premier assaut. À Abu Dhabi, la présence de Bottas aux avant-postes aurait empêché Verstappen de rentrer au stand pour chausser des pneus tendres neufs en fin d'épreuve et ainsi sauvegardé le titre de Hamilton ; il ne s'est toutefois qualifié que sixième, s'est retrouvé huitième au premier tour et accusait 72 secondes de déficit sur son coéquipier au moment de la neutralisation par la voiture de sécurité. C'est trop, bien trop.

S'il était précédemment parvenu à conserver son baquet lorsqu'il était menacé par Esteban Ocon, Valtteri Bottas n'a pas pu résister à la montée en puissance de George Russell, confirmé à sa place chez Mercedes début septembre. Bottas a toutefois immédiatement trouvé refuge chez Alfa Romeo. Sauf surprise, c'en est fini des avant-postes pour le Finlandais, mais avec dix victoires, 20 pole positions (un record pour un non-champion) et 67 podiums (plus que Nelson Piquet, Nigel Mansell, Niki Lauda ou Mika Häkkinen), il jouit quand même d'un palmarès que beaucoup lui envieraient.

partages
commentaires
Votez - Quels sont vos moments marquants de 2021 ?
Article précédent

Votez - Quels sont vos moments marquants de 2021 ?

Article suivant

Quiz - Les circuits sur lesquels Lewis Hamilton a gagné

Quiz - Les circuits sur lesquels Lewis Hamilton a gagné
Charger les commentaires