Bilan saison - Kvyat a-t-il tout d'un Tsar ?

Titularisé chez Toro Rosso après son titre en GP3 en 2013, Daniil Kvyat a permis à la Russie de retrouver un pilote sur la grille de départ depuis le départ de Vitaly Petrov

Titularisé chez Toro Rosso après son titre en GP3 en 2013, Daniil Kvyat a permis à la Russie de retrouver un pilote sur la grille de départ depuis le départ de Vitaly Petrov. Une donnée importante alors que son pays allait accueillir la Formule 1 pour la première fois de son histoire, à Sotchi.

Aux côtés de Jean-Eric Vergne, Kvyat a également vécu une intersaison difficile, avec beaucoup d'incertitudes lorsque le bloc Renault posait des problèmes lors des essais privés. Mais l'équipe italienne a su travailler rapidement, et les deux hommes sont arrivés à Melbourne avec une monoplace fiable. On ne pourra pas en dire autant pour la suite de la saison…

Sur l'Albert Park, Kvyat s'est immédiatement fait remarquer en accédant à la Q3, avant de livrer une course solide lui permettant d'inscrire les 2 points de la 9e place. A 19 ans et 10 mois, il devient alors le pilote le plus jeune de l'histoire de la F1 à inscrire des points, délogeant un certain Sebastian Vettel, qu'il sera appelé à remplacer l'an prochain chez Red Bull.

La 9e place sera le meilleur résultat de Kvyat cette saison, à trois reprises, puisqu'il réitérera cette performance à Silverstone puis à Spa-Francorchamps ; des tracés aux noms prestigieux. Sur le plan comptable, le jeune russe affiche pourtant le pire total de points d'un pilote Toro Rosso depuis que la structure a été reprise par Red Bull sur les cendres de Minardi. Mais il faut avouer que le natif d'Oufa n'a pas été épargné par les ennuis techniques.

Des points marqués... en interne

Moins flamboyant en course qu'un Vergne survolté en fin de saison, il aura toutefois convaincu en interne, mais également publiquement si l'on se penche d'un peu plus près sur ses performances. Si le Français a marqué de plus gros points, il n'aura devancé le Russe qu'à 6 reprises en course compte tenu des nombreux abandons subis par les deux hommes.

Kvyat aura été contraint de mettre pied à terre par 5 fois, terminant également 5 fois dans le top 10, soit deux de moins que JEV. Sa vitesse en qualifications est indéniable, avec 8 entrées en Q3, une 5e place sur la grille à domicile à Sotchi et un score de 12-7 en sa faveur face à Vergne sur l'ensemble de l'année.

Sans concrétiser en points des performances globalement convaincantes, le pilote russe a su s'imposer comme un choix naturel aux yeux de Red Bull pour le promouvoir aussitôt l'annonce du départ de Vettel officialisée. Kvyat rejoindra ainsi Red Bull Racing dès sa deuxième saison en F1 aux côtés de Daniel Ricciardo. A l'heure du choix, nul doute que les performances pures ne sont pas les seules à avoir compté, mais tout simplement le fait qu'il faisait face à un coéquipier qui disputait sa troisième saison en F1. A expérience inégale, Kvyat a donc fait mieux que se défendre. Il devra désormais prouver qu'il a les épaules pour se faire une place au soleil dans un top team.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Sebastian Vettel , Vitaly Petrov , Daniel Ricciardo , Jean-Éric Vergne , Daniil Kvyat
Équipes Red Bull Racing , Toro Rosso
Type d'article Actualités