La FIA officialise ses mesures contre le marsouinage

Le Conseil Mondial du Sport Automobile vient de ratifier l'évolution de la réglementation technique pour les saisons 2022 et 2023 de Formule 1, notamment au niveau du marsouinage.

Depuis le début de la saison 2022 de Formule 1, le marsouinage est un sujet majeur dans le paddock. Ces oscillations verticales répétées du châssis sur les suspensions ont donné des maux de tête aux ingénieurs mais surtout des douleurs physiques aux pilotes, plusieurs d'entre eux ayant demandé à la fédération d'agir à ce sujet.

Bien que la situation se soit améliorée depuis le moment le plus critique qu'a été le Grand Prix d'Azerbaïdjan, la FIA a pris le sujet au sérieux et vient désormais de présenter ses mesures, à commencer comme prévu par une redéfinition de la rigidité exigée pour la planche et le patin à partir de la Belgique.

En ce qui concerne les monoplaces 2023, les bords du plancher seront élevés de 15 mm, ce qui constitue un compromis par rapport aux 25 mm précédemment envisagés. La gorge du diffuseur sera également rehaussée, le communiqué de la fédération précisant que "le soin a été pris d'éviter tout impact sur le design des pièces mécaniques par les équipes". Le bord du diffuseur va être rigidifié, et un capteur supplémentaire sera imposé afin de surveiller le phénomène de marsouinage plus efficacement.

Les conclusions de l'accident de Zhou

L'Alfa Romeo C42 de Zhou Guanyu après son crash

L'Alfa Romeo accidentée de Zhou Guanyu, dépourvue de son arceau

La FIA a également présenté les conclusions de son enquête sur le spectaculaire accident de Zhou Guanyu au départ du Grand Prix de Grande-Bretagne, lors duquel l'arceau de l'Alfa Romeo s'était arraché dès son premier contact avec le sol. Selon la fédération, cette défaillance est due au fait que le contact ait eu lieu avec le sommet pointu de l'arceau et que la formulation de la réglementation permette aux écuries de passer des crash-tests avec des forces insuffisantes par rapport à l'esprit de cette même réglementation.

Par conséquent, sur les monoplaces 2023, le sommet de l'arceau va être arrondi, une hauteur minimale du point d'application sera définie pour le test d'homologation, et un nouveau crash-test va être mis en place avec une force appliquée vers l'avant. Les tests seront ensuite revus en profondeur pour 2024 afin que l'arceau résiste à des charges nettement plus fortes.

"La sécurité est la priorité absolue pour la FIA, et nous avons consacré un temps et des ressources significatifs pour analyser et résoudre le problème du marsouinage", déclare le président de la FIA, Mohammed Ben Sulayem. "J'ai évoqué personnellement cette question avec chacune des équipes et chacun des pilotes, et même s'il y a naturellement certaines divergences d'opinions menant à différentes positions, il est évident que la FIA a la responsabilité d'agir et de garantir que les pilotes ne soient pas soumis à un risque excessif de blessure en raison de ce phénomène."

"Il était évident que de nouvelles normes étaient nécessaires pour les arceaux de sécurité après l'accident de Zhou Guanyu à Silverstone, et même si cet incident nous a montré à quel point les systèmes de sécurité de la Formule 1 sont remarquables, il a une nouvelle fois prouvé que nous devons continuer à innover et à rechercher des mesures de sécurité sans compromis."

Avec Vincent Lalanne-Sicaud

Lire aussi :
partages
commentaires

Related video

Le règlement moteur 2026 de la F1 officiellement approuvé
Article précédent

Le règlement moteur 2026 de la F1 officiellement approuvé

Article suivant

Moteurs 2026 : ce qui va changer en F1

Moteurs 2026 : ce qui va changer en F1