Grosjean est pessimiste mais pas résigné

L'humeur de Romain Grosjean n'est pas au beau fixe après les essais hivernaux très délicats menés par Lotus

L'humeur de Romain Grosjean n'est pas au beau fixe après les essais hivernaux très délicats menés par Lotus. Absente à Jerez fin janvier, l'équipe d'Enstone est loin d'avoir pu boucler un programme convenable à Bahreïn, et elle apparaît pour le moment comme l'équipe la plus en difficulté parmi celles motorisées par Renault.

Avec un temps de piste très réduit, le pilote français ne peut pas aborder Melbourne avec optimisme, mais il refuse de baisser les bras et de partir résigné. Pour lui, le premier Grand Prix en Australie reste une course lors de laquelle il faut jouer toutes ses cartes.

"Ce n'est pas une sessions d'essais", prévient-il. "Nous devons essayer et marquer des points. Être là-bas juste pour courir c'est bien, mais ce n'est pas ce que nous voulons. Nous ne sommes pas dans une bonne situation mais cela ne signifie pas que c'est terminé. Si nous pouvons sauver autant de points que possible en début de saison, ensuite nous pourrons nous rattraper."

La première victoire pour Grosjean serait de voir l'arrivée sur le circuit de l'Albert Park la semaine prochaine, non seulement pour marquer quelques points mais aussi pour comprendre davantage le fonctionnement de la monoplace sur une distance de course.

"Le Grand Prix d'Australie ne sera pas agréable, mais c'est la situation à laquelle nous faisons face. Tout ce que nous devons faire, c'est essayer d'être aussi bons que possible et découvrir comment on court à 300 km/h avec seulement 100 kg de carburant."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Romain Grosjean
Type d'article Actualités