Internet devient aussi important que la TV pour les teams

Mercedes est l’équipe F1 poussant le plus pour faire monter son nombre de fans sur les réseaux sociaux

Mercedes est l’équipe F1 poussant le plus pour faire monter son nombre de fans sur les réseaux sociaux. Si l’équipe communique de façon plus politiquement correcte que ne l’ont fait récemment Lotus ou Caterham -adeptes du second degré-, le succès du team dominateur de cette saison 2014 est également solide hors-piste.

A l’heure où la F1 se pose la question avec la FIA de savoir comment attirer un public jeune, l’équipe Mercedes compte la plus grande communauté de fans sur sa page officielle, s’apprêtant à passer le cap des 7 millions de followers. Un gouffre par rapport à Red Bull ou Ferrari, qui ne comptent respectivement « que » 3,7M et 2,8M de fans sur la Toile.

On peut dès lors comprendre l’irritation de Toto Wolff devant le peu d’efforts consentis par la FOM pour promouvoir la F1 sur les réseaux sociaux : pour l’Autrichien, le sport a beaucoup à gagner d’une présence plus massive et soutenue stratégiquement parlant. Mais la partie n’est pas gagnée avec Bernie Ecclestone, qui ne cache pas son indifférence pour un concept ne pouvant être converti immédiatement en espèces sonnantes et trébuchantes.

« J’ai eu une discussion animée assez longue avec Bernie lors d’une réunion », révèle Wolff. « Nous parlions ensemble de tout et de rien, et disions que nous avions perdu 30% d’audience TV en Italie, et perdu de l’audience en Allemagne, en dépit du fait que l’intérêt soit croissant en Grande-Bretagne ».

La raison repose bien entendu dans la part plus importante de diffusion sur des canaux payants en Europe, et de récentes décisions sportives et techniques peu populaires. Internet est également devenu une façon pour les fans de combler leur manque de nouvelles sur les chaînes TV, comme ToileF1 peut s’en rendre compte avec sa croissance progressive chaque année.

« Par la suite, on se demande pourquoi l’audience ne grandit pas, et diminue si l’on vend les droits des TV gratuites aux canaux payants », poursuit Wolff. « C’est totalement normal ! Mais l’autre chose que j’ai mentionnée est que nous avons une croissance explosive sur nos activités en ligne, avant que Bernie ne dise ‘ces gens ne paient pas et la moitié de nos profits sont télévisuels’ ».

Pour autant, les teams ont besoin de se connecter avec leurs fans pour satisfaire leurs investisseurs.

« Il est certain que le business model ne fonctionne pas encore, comme l’on ne peut pas le monétiser, mais je peux dire à chacun de mes sponsors que l’audience voit son logo grandir, même si les chiffres TV sont à la baisse. Même les grands acteurs comme Twitter n’ont pas trouvé comment monétiser cela, mais c’est une question de temps avant que ça ne soit le cas ».

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Toto Wolff , Bernie Ecclestone
Équipes Mercedes , Ferrari
Type d'article Actualités