Le père de Jules Bianchi "moins optimiste" en l'absence de progrès

Neuf mois après son terrible accident survenu à Suzuka, lors du Grand Prix du Japon, Jules Bianchi est toujours dans le coma au CHU de Nice, où sa famille veille sur lui au quotidien. 

Régulièrement, son père Philippe Bianchi fait le point sur la situation dans les médias. Mais lorsqu’il a répondu aux questions de France Info ce lundi, il s’est montré très pessimiste, laissant filer l’infime espoir de voir son fils se tirer d’une situation médicalement très délicate. 

"C’est invivable, c’est une torture au quotidien, on a parfois l’impression de devenir fou parce que, pour moi, c’est certainement plus terrible que s’il était resté dans l’accident. Car on n’a pas le pouvoir de l’aider plus que ce qu’on peut faire", lâche Philippe Bianchi. 

Absence de progrès significatifs

Ce dernier rappelle que pour garder espoir, il faut constater des progrès importants dans les 6 premiers mois après un tel accident, ce qui n’est pas le cas pour Jules Bianchi. Si le pilote français serre parfois la main d’un proche, il est impossible pour son entourage de savoir quelle part de conscience ou de réflexe il peut y avoir dans ces quelques gestes. 

"Le temps passant, ça me rend moins optimiste que j’ai pu l’être deux ou trois mois après l’accident ou l’on pouvait espérer une évolution meilleure", confirme son père. 

L’espoir qu’a toujours cultivé Philippe Bianchi depuis le mois d’octobre laisse peu à peu la place à une certaine fatalité. "A un moment donné, il faut aussi avoir les pieds sur terre et se rendre compte de la gravité de la situation", souligne-t-il. 

La crainte des séquelles

Quant au miracle, si Jules Bianchi parvenait à sortir un jour du coma, son père le craint tout autant, en fonction des séquelles que pourrait conserver le Niçois. 

"S’il doit avoir des handicaps très lourds on est convaincu que ce n’est pas du tout ce que Jules voudrait. On en avait parlé. Il nous avait dit que s’il lui arrivait un jour un accident du type de celui de Michael Schumacher, s'il aurait eu ne serait-ce que le handicap de plus pouvoir conduire, il aurait beaucoup de difficulté à le vivre. Parce que c’était sa vie."

A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Jules Bianchi
Type d'article Actualités
Tags accident, bianchi, combat