Matt Parry, l'apprentissage avec humilité

Si vous êtes un lecteur assidu de ToileF1, vous avez peut-être déjà entendu parler de Matt Parry

Si vous êtes un lecteur assidu de ToileF1, vous avez peut-être déjà entendu parler de Matt Parry. L'un des principaux espoirs de Caterham depuis 2011, le jeune Gallois gravit les échelons des formules de promotion avec réussite : deux titres en InterSteps Championship et en Formula Renault 2.0 NEC ont été couronnés par le prestigieux McLaren Autosport BRDC Award à la fin de la saison 2013.

Parry a débarqué en Eurocup Formula Renault 2.0 avec l'ambition de remporter le championnat, mais à l'image de Sebastian Vettel en Formule 1, celui qui était habitué à tout gagner est en train de manger son pain noir : les résultats ne sont pas au rendez-vous en ce début de saison. ToileF1 l'a rencontré lors du dernier meeting de World Series by Renault, à Spa-Francorchamps, pour tenter d'en savoir davantage.

ToileF1 : Tout d'abord, pouvez-vous nous parler du début de saison ?

Matthew Parry : Le début de saison a été délicat, c'est le moins que l'on puisse dire. À Imola [lors d'une pige en FR2.0 Alps], nous étions solides et j'ai commis une erreur stupide en qualifications, ce qui signifie que notre meilleur temps a été supprimé car j'ai provoqué un drapeau rouge. Nous avons simplement commis quelques erreurs et manqué de chance, ce qui nous a empêchés d'obtenir les résultats que l'équipe et moi méritons. Désormais, il nous faut juste faire profil bas, continuer à travailler d'arrache-pied, rester optimiste, essayer d'obtenir les résultats que nous méritons vraiment et revenir dans la bataille pour le championnat.

À quel point est-ce un avantage d'être resté chez Fortec ?

C'est ma troisième année avec eux, et l'équipe est très organisée. Par ailleurs, j'ai les mêmes coéquipiers que l'an dernier. De ce côté-là, c'est fantastique, vous savez. Nous avons de très bonnes relations de travail avec tout le monde, et nous travaillons vers le même but : essayer d'obtenir ce titre en Eurocup, ce qui était l'objectif au début de la saison. Nous avons un peu de retard à l'heure actuelle, mais comme je l'ai dit plus tôt, il nous faut continuer à travailler comme nous savons pouvoir travailler, comme nous l'avons fait en [FR2.0] NEC et en Formule BMW [InterSteps]. Nous travaillons pour parvenir à ce succès, et je suis certain que nous y parviendrons ; bientôt, je l'espère.

Donc, vous croyez encore en vos chances de titre ?

Il me faut y croire ! C'est l'objectif ; du moins, ça l'était au début de la saison. Les trois derniers résultats nous ont vraiment mis en difficulté. J'ai fini septième de la première course, j'en reste très déçu. L'abandon de la deuxième course n'était en aucun cas idéal, et la course d'aujourd'hui s'est encore soldée par un abandon. Il faut résoudre les problèmes en qualifications, ceux-là sont pour moi. Nous avons une très bonne voiture, il faut juste que nous assemblions les pièces du puzzle et que je signe des tours propres en qualifications, puis que nous réalisions des courses également propres. Ainsi, nous pourrons être à nouveau dans un cercle vertueux et commencer à gagner des courses, c'est ce que nous avons prévu de toute façon. Nous verrons bien comment ça se passe.

Pensez-vous qu'il serait juste de comparer vos progrès à ceux de Jake Dennis, étant donné que vous suivez le même parcours : champion d'InterSteps chez Fortec, champion de FR2.0 NEC chez Fortec...

Oui, c'est sûr, ainsi que d'avoir gagné le McLaren Autosport BRDC Award comme Dennis. J'imagine que nous devons faire en sorte d'être en ligne avec ses résultats. Je pense que nous sommes un petit peu en retard sur lui pour être honnête. Évidemment, à la base, ce n'était pas l'objectif. À la base, l'objectif, c'était de gagner le championnat, c'était le principal, on n'a vraiment pas envie de finir quatrième. Désormais, j'ai fait l'expérience de la difficulté que cela représente. Dennis a réalisé une première saison vraiment bonne, et si nous pouvions faire aussi bien, ce serait fantastique.

Comment votre relation avec Caterham se développe-t-elle ?

Très bien. Je fais beaucoup de simulateur désormais, je devrais être dans le sim' Caterham lundi. Je pense que notre relation professionnelle se renforce, et ils ont toujours été géniaux avec moi : l'environnement est amical, je vais très souvent à l'usine à Leafield. Notre relation est très forte mais évidemment il faut que j'obtienne les résultats sur la piste, et ce n'est pas le cas en ce moment. Je dois améliorer ça pour que la relation reste forte. Espérons que j'y arrive et que j'obtienne les résultats dont nous avons besoin.

Qu'en est-il de l'avenir ? Avez-vous la moindre idée de ce qui se passera l'an prochain pour vous ?

Non. Évidemment, tout dépend de cette année, c'est la clé. J'adorerais monter en Formule Renault 3.5 l'an prochain, c'était l'objectif. Mais si nous ne faisons pas un assez bon travail, peut-être que nous resterons pour une deuxième année, ou que nous passerons en GP3 ou en Formule 3, nous verrons bien. Mais mon objectif, pour le moment, et je reste concentré là-dessus, est de remporter ce titre, c'est ce que je dois faire, ou en tout cas, de faire le meilleur travail possible, puis nous verrons où nous en sommes à la fin de l'année. Comme beaucoup de gens le savent, en sport automobile, c'est très difficile de trouver des budgets, et ils sont très serrés, donc il faut que j'obtienne des résultats, la pression est sur moi pour y arriver. Nous verrons comment cela se passe.

En ce qui concerne le budget, pouvez-vous nous donner un pourcentage de la contribution de Caterham au vôtre et nous dire comment vous trouvez le reste ?

Caterham trouve plus ou moins la majeure partie de mon budget, presque l'intégralité. Le reste vient de sponsors locaux du Pays de Galles avec Sport Wales. Toute l'aide et le soutien de la Team UK et du programme BRDC Superstars est fantastique quant à trouver des sponsors. Cela ne passe vraiment que par ces sponsors locaux, et Caterham est le sponsor principal, c'est pour ça que ma voiture est entièrement peinte avec la livrée Caterham. Et Sport Wales, comme je viens de le dire, ils sont fantastiques, c'est la quatrième année qu'ils me soutiennent. Mais comme je l'ai dit, il faut que j'obtienne les résultats, c'est important, donc essayons de nous concentrer sur les résultats.

Matt Parry incarne l'humilité : rares sont les pilotes capables de mettre leur ego de côté et d'admettre leurs erreurs ainsi. Spa fut un nouveau weekend difficile : le pilote Fortec, qui avait signé une victoire et une deuxième place sur ce circuit l'an dernier en NEC, est reparti avec seulement un point de plus au compteur. Mais si Parry parvient à surmonter cette période de vache maigre, il n'en sera que plus fort.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes McLaren
Type d'article Actualités