Les pilotes testent de nouveaux gants après le crash de Grosjean

Dans le cadre de recherche en matière de sécurité faisant suite à l'accident de Romain Grosjean à Bahreïn en 2020, la FIA a autorisé un certain nombre de pilotes de Formule 1 à utiliser de nouveaux prototypes de gants lors des essais du GP de Turquie.

Les pilotes testent de nouveaux gants après le crash de Grosjean

L'accident de Romain Grosjean lors du GP de Bahreïn 2020, dans lequel le Français s'est retrouvé pendant un peu moins d'une trentaine de secondes pris au piège au milieu de flammes, a déclenché une série de recherches afin d'aller encore plus loin en matière de sécurité. Les gants censés protéger les mains des pilotes sont parmi les éléments centraux de ces travaux, car Grosjean a subi d'importantes brûlures qui l'ont en partie empêché de reprendre le volant en F1 par la suite tout en lui laissant des séquelles légères mais durables.

La problématique de la protection par les gants n'est pas des plus aisées car ils doivent dans le même temps être suffisamment confortables et pratiques pour ne pas remettre en cause la sécurité en gênant le pilote dans ses sensations quand il est au volant. Afin de pouvoir travailler au mieux sur ces questions, les règles de la FIA ont évolué récemment pour permettre le test d'équipement non encore homologué dans le cadre de telles recherches.

Ce vendredi matin à Istanbul, les commissaires du Grand Prix de Turquie ont ainsi indiqué que cinq pilotes avaient reçu l'autorisation d'essayer des exemplaires de prototypes proposés par différents fabricants. Ainsi, Lewis Hamilton (Puma), Carlos Sainz (Puma), Daniel Ricciardo (Sparco), Sebastian Vettel (Alpinestars) et George Russell (OMP) étaient équipés lors des Essais Libres 1 de gants à protection renforcée, afin de recueillir des informations sur le niveau de confort qu'ils procurent par ailleurs.

"Depuis le début de l'année 2021, le département de la sécurité de la FIA mène un projet de recherche dont l'objectif est d'améliorer la protection des gants des pilotes contre la transmission de la chaleur", peut-on lire dans un document publié par les commissaires.

"Les changements particuliers dans les spécifications des gants nécessaires pour obtenir cette protection accrue doivent être équilibrés avec les niveaux de confort et de dextérité requis pour piloter la voiture en toute sécurité et pendant de longues périodes. On considère que les effets des changements de spécifications sur le confort ou la dextérité ne peuvent être évalués efficacement que lors d'essais en piste."

En temps normal, comme les commissaires l'ont indiqué, il serait formellement interdit pour les pilotes de ne pas porter les gants qui répondraient à la norme 8856-2018 de la FIA mais une règle permet toutefois de se passer de cette obligation.

"En mars 2017, le CMSA [Conseil Mondial du Sport Automobile] a approuvé une proposition qui définit un processus par lequel l'autorisation peut être donnée par la FIA pour l'utilisation d'équipements de sécurité prototypes pendant les séances d'essais officiels. Ces produits sont par définition innovants et ne peuvent donc pas encore être homologués tant que le règlement n'est pas approuvé par le CMSA."

"Les membres de la commission de sécurité ont récemment approuvé à la majorité une dérogation pour que les gants prototypes [...] puissent être utilisés lors des séances d'essais officiels et privés des épreuves de Formule 1, de Formule E, du Championnat du monde des Rallyes et du Championnat du monde d'Endurance, dans un but spécifique de recherche."

Dans son rôle de délégué à la sécurité de la FIA, Michael Masi supervise ces tests.

Lire aussi :

Avec Adam Cooper

partages
commentaires
EL1 - Hamilton démarre en fanfare

Article précédent

EL1 - Hamilton démarre en fanfare

Article suivant

Pourquoi Mercedes n'a pas changé le moteur entier de Hamilton

Pourquoi Mercedes n'a pas changé le moteur entier de Hamilton
Charger les commentaires