Renault - Abu Dhabi représente un défi exigeant

Abu Dhabi marque le point final de cette saison 2014 de F1

Abu Dhabi marque le point final de cette saison 2014 de F1. Le tracé, long de 5,554 kilomètres, riche de 21 virages, est un défi pour les moteurs entre ses longues lignes droites et ses parties sinueuses. Rien que sur la plus longue ligne droite du circuit, entre le virage 8 et le virage 9, les moteurs sont à pleine charge pendant 14 secondes.

Rémi Taffin, directeur des opérations piste de Renault Sport F1, explique le défi qui attend le motoriste sur cette piste exigeante où chaleur et humidité ne font parfois qu'un.

"Le circuit de Yas Marina représente un défi exigeant, tout en offrant des installations dernier cri et un accueil chaleureux. Le tracé partageant plusieurs caractéristiques avec la piste de Melbourne qui ouvre le calendrier, ceci nous donnera l’occasion d’établir une comparaison pertinente, et de noter les progrès effectués au cours de la saison".


En 19 courses, le bloc Renault Energy F1-2014 a fait de grands progrès. Les plus significatifs concernent le groupe propulseur et la consommation de carburant, facteur important sur un circuit "gourmand" en essence.


"La longue ligne droite située à l’opposé du circuit soulignera à quel point nous avons appris en matière de récupération et distribution d’énergie", explique Rémi Taffin. "En Australie, nous demandions aux pilotes de lever le pied en bout de ligne droite pour réduire la consommation de carburant et d’économiser la batterie. Nous avons amélioré le rendement du groupe propulseur depuis, et pouvons désormais récolter suffisamment d’énergie via le MGU-K et le MGU-H pour éviter cette situation. En pratique, le pilote peut maintenant tirer la quintessence du groupe propulseur sur l’intégralité du tour".

Aussi, Rémi Taffin dresse un premier bilan de la saison, positif pour le motoriste français qui a su réagir face à la critique et la contre-performance du début de saison. Cette réaction a apporté déjà 3 victoires à Renault, toutes décrochées par Daniel Ricciardo au volant de la Red Bull.

"L’introduction des V6 turbocompressés représentait un véritable saut dans l’inconnu. Même si Renault Sport F1 jouit d’une histoire très riche avec ce type de moteur, les nouvelles technologies qui permettent de récupérer l’énergie produite par le turbo et le vilebrequin (l’ancien KERS) proposent un défi extrêmement différent".

"En offrant 90 000 kilomètres de roulage en piste à notre Renault Energy F1-2014, et en le faisant courir dans le championnat le plus relevé au monde, nous avons été en mesure d’atténuer les soucis de jeunesse inhérents à toute nouvelle technologie "moteur". Ceci nous a permis de mieux gérer la fiabilité, tout en modifiant certains composants pour les rendre plus robustes. L’une des autres avancées majeures s’explique par les évolutions apportées au niveau du moteur et du contrôle de la gestion d’énergie. La souplesse du V6 turbo hybride s’en est trouvée accrue, tout comme le rendement de la récupération/distribution d’énergie. Une situation qui a permis de délivrer la puissance maximale sur de plus longues périodes en ligne droite".

Enfin, Taffin a tenu à saluer le retour de l'équipe Caterham sur cette dernière épreuve de la saison.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Daniel Ricciardo
Type d'article Actualités