Virage coupé : Rosberg veut des règles repensées

C'est au 25e tour que l'incident a lieu

C'est au 25e tour que l'incident a lieu. Nico Rosberg et Lewis Hamilton, roue contre roue, se livrent un duel acharné pour la tête du Grand Prix du Canada. Grâce à son DRS, Hamilton est en mesure de se hisser à la hauteur de son équipier dans la dernière chicane, mais Rosberg, amorçant un blocage de roue, coupe le virage et gagne quelques dixièmes dans l'affaire.

L'incident fait l'objet d'une enquête par les commissaires qui attribuent finalement un "dernier avertissement" à l'Allemand. Ce dernier estime n'avoir tiré aucun avantage de sa manœuvre.

"J'ai tiré tout droit, je n'en ai pas profité. J'y ai gagné au début, mais j'ai ralenti dans les deux premiers virages, comme c'est la norme", déclare Rosberg, relayé par Autosport. "Donc tant que je n'en profite pas, ça va. Et heureusement, c'est ce qu'ils en ont pensé".

Le pilote Mercedes affiche toutefois sa perplexité quant au fait que l'incident ait fait l'objet d'une enquête. "Il faut en discuter, car c'est un peu étrange que les commissaires s'en occupent", commente-t-il. "C'est quelque chose sur quoi on est tous d'accord entre nous, surtout que la première fois on reçoit éventuellement un avertissement, mais qu'on ne peut pas le faire trois fois d'affilée".

Lewis Hamilton, quant à lui, ne s'est pas montré critique envers la décision des commissaires de ne pas pénaliser son rival.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Lewis Hamilton , Nico Rosberg
Équipes Mercedes
Type d'article Actualités