Verstappen avec les commissaires, "une bonne chose" selon McNish

partages
commentaires
Verstappen avec les commissaires,
Par :
14 janv. 2019 à 14:31

Allan McNish salue la présence de Max Verstappen auprès des commissaires à l'E-Prix de Marrakech, jugeant qu'elle sera bénéfique au jeune Néerlandais.

B.V., Marrakech - Deux jours de travaux d'intérêt général. C'est la sanction infligée par les commissaires du Grand Prix du Brésil 2018 à Max Verstappen pour avoir bousculé Esteban Ocon à plusieurs reprises après la course, et la première tâche du pilote Red Bull a été de passer la journée auprès des commissaires de l'E-Prix de Marrakech, la FIA ayant adopté une approche résolument pédagogique à l'encontre du jeune homme de 21 ans.

Lire aussi :

Selon Allan McNish, directeur de l'écurie Audi Sport Abt Schaeffler en Formule E, imposer à Verstappen d'être présent au sein de la direction de course était une très bonne idée.

"Il est passé devant les commissaires à de nombreuses reprises, et pas forcément comme ça !" sourit McNish pour Motorsport.com. "En fait, je pense que c'est une bonne chose à faire pour un pilote, généralement. Quand j'ai pris ma retraite, j'ai été commissaire pilote en F1 plusieurs fois et cela m'a fait changer d'avis sur les commissaires. Je les avais toujours vus comme les méchants, un peu comme le directeur d'école qui est toujours un peu bourru et qui vous met une raclée si vous faites une bêtise – ce qui était toujours mon cas à l'école !"

"Mais en réalité, on voit le travail qu'ils font, on voit pourquoi ils le font et on voit le contexte et les circonstances que nous ne comprenons pas forcément tous. Parce que nous ne nous rendons pas compte qu'il y a des règles, une réglementation, et ce n'est pas comme s'ils pouvaient jeter ça par la fenêtre et dire 'dans cette situation, nous n'allons pas faire ça'. S'il y a une règle, ils appliquent la réglementation comme elle est écrite – et ce ne sont pas eux qui écrivent la réglementation, ce sont d'autres personnes."

"Je pense donc que c'est une bonne chose à faire. Les médias ont présenté ça différemment – il viendrait ici et ce serait une punition. Je ne pense pas que c'était censé être ça, c'était quelque chose de positif. On comprend mieux les mécanismes de ce sport, avec les commissaires que l'on voit toujours comme des policiers."

Propos recueillis par Alex Kalinauckas

Article suivant
Frijns, un résultat inédit et des (légers) regrets

Article précédent

Frijns, un résultat inédit et des (légers) regrets

Article suivant

Nico Müller : "On a encore de la marge"

Nico Müller : "On a encore de la marge"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1 , Formule E
Événement E-Prix de Marrakech
Auteur Benjamin Vinel