Contenu spécial
Dossier

Contenu spécial

Combien de pilotes de F1 ont remporté les 24 Heures du Mans ?

Les 24 Heures du Mans sont l'une des courses les plus difficiles du sport automobile et requièrent un style de pilotage très particulier pour être remportées. Mais combien de pilotes de F1 ont gagné cette mythique épreuve ? Découvrez-le avec nous.

Combien de pilotes de F1 ont remporté les 24 Heures du Mans ?

La Formule 1 et les 24 Heures du Mans sont à peu près aussi différentes que possible : l'une est un sprint dans des voitures pilotées par un seul pilote lors d'événements organisés dans le monde entier et l'autre est une course d'un jour entier sur un seul circuit où l'objectif est de durer le plus longtemps possible et de couvrir le plus de terrain possible, dans des voitures un peu plus proche des voitures de tous les jours, pilotées par des équipages.

Malgré ces grandes différences, certains pilotes de Formule 1 ont réussi à faire la transition, en gagnant à la fois en Formule 1 et au Mans.

Ces Champions du monde F1 qui ont gagné les 24H du Mans

Mike Hawthorn

  • Départs en F1 : 45 (1952 – 1958)
  • Titre : 1 (1958)
  • Départs au Mans : 5 (1953, 1955 – 1958)
  • Victoire au Mans : 1 (1955)

Mike Hawthorn est le premier pilote à avoir remporté un titre en Formule 1 et une victoire au Mans.

Après avoir été disqualifié pour avoir ajouté du liquide dans le système de freinage avant d'y être autorisé en 1953, Hawthorn est revenu en 1955 au volant d'une Jaguar Type-D.

Dès le début de la course, Hawthorn s'engage dans une bataille titanesque avec la Mercedes de Juan Manuel Fangio, les deux hommes battant dix fois le record du tour au cours des deux premières heures de course. Alors qu'une édition fantastique se profile, une tragédie se joue après un peu plus de quatre heures.

En tentant de rentrer au stand, Hawthorn freine fort devant l'Austin-Healey de Lance Macklin, qui se décale alors pour éviter le contact, se mettant sur le chemin de la Mercedes-Benz 300SLR de Pierre Levegh. La Mercedes est envoyée dans les airs et vers les spectateurs, se désintégrant en percutant une barrière. Le moteur de la voiture, sa suspension, son radiateur et d'autres débris filent droit dans le public, le reste de la voiture prenant feu.

Lire aussi :

Levegh est tué, tout comme plus de 80 spectateurs, et 180 personnes sont blessées. Macklin se tire indemne de l'incident mais, à la suite d'un autre accident mortel la même année, il ne courra plus jamais.

Beaucoup de débats ont eu lieu sur le rôle joué par Hawthorn dans la tragédie, en dépit d'une enquête officielle qui n'avait pas conclu à sa responsabilité mais à un incident de course. Il retournera au Mans trois autres fois, sans jamais pouvoir faire mieux que sixième.

Son titre en F1 est intervenu en 1958, l'année précédant celle de sa mort dans un accident de la route. Même s'il n'a empoché qu'une seule victoire contre quatre pour Stirling Moss, il a fini plus de courses que son compatriote. Hawthorn, qui pilotait une Ferrari 246, a été titré pour un point.

Phil Hill

  • Départs en F1 : 49 (1958 – 1964, 1966)
  • Titres : 1 (1961)
  • Départs au Mans : 14 (1953, 1955 – 1967)
  • Victoires au Mans : 3 (1958, 1961, 1962)

Phil Hill a soit gagné les 24 Heures du Mans, soit abandonné. Sur ses 14 départs, il a été vainqueur trois fois et, à 11 reprises, n'a pas vu l'arrivée.

Sa première tentative était pour l'équipe américaine Rees T. Makins, au volant de l'OSCA MT-4, qui a tenu 80 tours avant un problème de transmission. Sont ensuite venues huit tentatives pour Ferrari, l'équipe à laquelle sa carrière au Mans est la plus associée. Ces huit courses ont donné des résultats mitigés : s'il a remporté la victoire au classement général à trois reprises, sa voiture n'a bouclé que deux tours lors de l'édition 1957 et 22 tours en 1960.

Lire aussi :

Ses cinq dernières tentatives l'ont vu alterner entre les voitures David Brown/Aston Martin Lagonda, Ford, Shelby-American et Chaparral.

La carrière de Hill en Formule 1 a également été marquée par trois victoires et un titre. Il l'a remporté en 1961 (la même année que l'une de ses victoires au Mans) au volant d'une Ferrari, la fameuse 156 à nez de requin.

Jochen Rindt

  • Départs en F1 : 60 (1964 – 1970)
  • Titres : 1 (1970)
  • Départs au Mans : 4 (1967 – 1967)
  • Victoires au Mans : 1 (1965)

Jochen Rindt a participé quatre fois au Mans, entre 1964 et 1967. Comme Hill, ces participations ont été marquées par des victoires ou des abandons pour l'Autrichien, le premier abandon s'étant produit avant même qu'il ne puisse boucler le moindre tour.

Sa deuxième participation lui a permis de remporter sa première et unique victoire au Mans, au volant d'une Ferrari 250 LM aux côtés de Masten Gregory. Ils ont franchi la ligne d'arrivée avec cinq tours d'avance sur la deuxième place, et huit sur la troisième.

Ses deux participations suivantes se sont également soldées par un abandon : la première après huit tours à la suite de problèmes de moteur sur sa Ford GT40, et la quatrième après 103 tours.

Lire aussi :

Rindt était également le "roi de la F2" et a prouvé qu'il pouvait affronter et battre les meilleurs pilotes du monde, même si sa première victoire en F1 n'est intervenue qu'en 1969.

Rindt a le titre malheureux de premier et, espérons-le, unique Champion du monde de Formule 1 à titre posthume. Courant pour l'équipe Lotus, il a remporté cinq des neuf courses auxquelles il a participé en 1970, avant d'être tué lors d'une séance d'essais du Grand Prix d'Italie. Même s'il restait quatre courses à disputer (y compris le GP d'Italie), Rindt en avait fait assez pour s'assurer le titre, battant finalement Jacky Ickx, deuxième, de cinq points.

Graham Hill

  • Départs en F1 : 176 (1958 – 1975)
  • Titres : 2 (1962, 1968)
  • Départs au Mans : 10 (1958 – 1966, 1972)
  • Victoires au Mans : 1 (1972)

Graham Hill est le seul homme à détenir l'illustre Triple couronne du sport automobile : victoires aux 500 miles d'Indianapolis, aux 24 Heures du Mans et au Championnat du monde/GP de Monaco de Formule 1.

Il a obtenu la première des trois victoires requises pour la couronne en glanant le premier de ses deux titres de Champion du monde en 1962 avec BRM et en l'emportant 1963 à Monaco. "Monsieur Monaco", comme on le surnomme, a remporté cinq victoires au total dans la Principauté.

Lire aussi :

La victoire à l'Indy 500 est venue en 1966. Le rookie Hill a évité le chaos au début de la course avec sa Lola Mecom et s'est imposé malgré la controverse liée au fait que l'équipe Lotus de Jim Clark estimait que son pilote avait gagné.

Le dernier joyau de la couronne est arrivé bien plus tard, en 1972. Ayant participé aux 24 Heures du Mans neuf fois auparavant, Hill avait pour meilleur résultat une deuxième place en 1964 (à cinq tours du vainqueur). Sa dixième et dernière participation s'est faite aux côtés du Français Henri Pescarolo, au volant d'une Matra-Simca MS670.

Le duo s'est battu dans des conditions difficiles pour remporter la victoire avec 11 tours d'avance sur la deuxième place, assurant ainsi le dernier succès nécessaire à la Triple couronne.

Fernando Alonso

  • Départs en F1 : 322 (2001, 2003 – 2018, 2021)
  • Titres : 2 (2005, 2006)
  • Départs au Mans : 2 (2018, 2019)
  • Victoires au Mans : 2 (2018, 2019)

Fernando Alonso n'a peut-être "que" deux titres mondiaux à son actif, mais il aurait sans doute pu en remporter davantage s'il n'avait pas fait de mauvais choix de carrière et joué de malchance.

Ses deux premiers titres mondiaux ont été remportés quatre et cinq ans après le début de sa carrière en F1, avec Renault en 2005 et 2006. Il passe ensuite une année chez McLaren, qu'il quitte après une saison (un an plus tard, Lewis Hamilton remporte le titre avec eux). Il termine trois fois deuxième du championnat par la suite, à chaque fois avec Ferrari, et il lui manque seulement quatre points en 2012 pour l'emporter.

Il est retourné chez McLaren en 2015, juste à temps pour leur déchéance spectaculaire lors de la collaboration avec Honda. Des problèmes de fiabilité et de puissance ont émaillé son passage chez McLaren, ce qui l'a en partie poussé à faire quelques activités extra-F1 en 2017 et 2018.

Le premier de ces événements a eu lieu en 2017, lorsqu'il s'est attaqué à l'Indy 500 (dans l'optique de devenir le deuxième pilote à remporter une Triple couronne). Si son rêve de victoire à Indianapolis n'est jamais devenu réalité, celui du Mans oui.

Alonso a fait équipe avec des anciens de la F1, Sébastien Buemi et Kazuki Nakajima, en 2018 et 2019, le trio pilotant la Toyota TS050 HYBRID. Ils ont remporté la victoire ces deux années, ne laissant plus que l'Indy 500 comme dernière branche manquante de la Triple couronne pour Alonso.

Ces vainqueurs en F1 qui ont gagné les 24H du Mans

Tous ceux qui gagnent au Mans n'ont pas été Champions du monde, et de nombreux vainqueurs de courses du Championnat du monde de Formule 1 ont également remporté des victoires au Mans.

Le pilote le plus capé dans les deux disciplines est Jacky Ickx, qui a gagné huit courses de F1 et s'est imposé six fois au Mans. Bien qu'il ne soit jamais devenu Champion du monde de F1, il a plus que prouvé ses aptitudes dans toutes les disciplines auxquelles il s'est attaqué, remportant également des victoires au Bathurst 1000 ou au Dakar.

Pilote

Départs en F1

Victoires en F1

Départs au Mans

Victoires au Mans

José Froilán González

26 (1950 – 1957, 1960)

2

4 (1950 – 19511 1953 – 1954)

1 (1954)

Maurice Trintignant

81 (1950 – 1964)

2

15 (1950 – 1962, 1964 – 1965)

1 (1954)

Ludovico Scarfiotti

10 (1963 – 1968)

1

8 (1960 – 1967)

1 (1963)

Lorenzo Bandini

42 (1967 – 1967)

1

5 (1962 – 1966)

1 (1963)

Bruce McLaren

100 (1958 – 1970)

4

8 (1959, 1961 – 1967)

1 (1966)

Dan Gurney

86 (1959 – 1968, 1970)

4

10 (1958 – 1967)

1 (1967)

Pedro Rodríguez

55 (1963 – 1971)

2

14 (1958 – 1971)

1 (1968)

Jacky Ickx

116 (1966 – 1979)

8

15 (1966 – 1967, 1969 – 1970, 1973, 1975 – 1983, 1985)

6 (1969, 1975 – 1977, 1981 – 1982)

Didier Pironi

70 (1978 – 1982)

3

4 (1976 – 1978, 1980)

1 (1978)

Johnny Herbert

161 (1989 – 2000)

3

8 (1990 – 1992, 2001 – 2004, 2007)

1 (1991)

Jochen Mass

105 (1973 – 1980, 1982)

1

11 (1972, 1978, 1981 – 1983, 1985 – 1989, 1991, 1995)

1 (1989)

Michele Alboreto

194 (1981 – 1994)

5

8 (1981 – 1983, 1996 – 2000)

1 (1997)

Ces pilotes sans victoire en F1 qui ont gagné les 24H du Mans

Bien sûr, gagner en Formule 1 n'est pas un exploit facile, et peut dépendre non seulement de la voiture que vous pilotez, mais aussi de votre équipe, du circuit et de nombreux autres facteurs. Certains pilotes ne montent jamais sur le podium en F1 mais le font au Mans.

Lire aussi :

L'un des plus remarquables est peut-être Nico Hülkenberg. L'Allemand détient le record du nombre de courses en Formule 1 sans podium, mais en 2015, il a conduit une Porsche 919 Hybrid à la victoire sur le circuit français, battant au passage l'ancien pilote de F1 Mark Webber.

Pilote

Départs en F1

Départs au Mans

Victoires au Mans

Louis Rosier

38 (1950 – 1956)

9 (1938, 1949 – 1956)

1 (1951)

Peter Walker

4 (1950 – 1951, 1955)

1 (1951 – 1956)

1 (1951)

Peter Whitehead

10 (1950 – 1954)

8 (1950 – 1955, 1957 – 1958)

1 (1951)

Hermann Lang

2 (1953 – 1954)

1 (1952)

1 (1952)

Tony Rolt

3 (1950,1953,1955)

7 (1949 – 1955)

1 (1953)

Duncan Hamilton

5 (1951 – 1953)

9 (1950 – 1958)

1 (1953)

Ivor Bueb

5 (1957 – 1959)

5 (1955 – 1959)

2 (1955, 1957)

Ron Flockhart

13 (1954, 1956 – 1960)

6 (1955 – 1957, 1959 - 1961)

2 (1956 – 1957)

Olivier Gendebien

14 (1955 – 1966, 1958 – 1961)

8 (1955 – 1962)

4 (1958, 1960 – 1962)

Carroll Shelby

8 (1958 – 1959)

2 (1954, 1959)

1 (1959)

Roy Salvadori

47 (1952 – 1962)

11 (1953 – 1963)

1 (1959)

Nino Vaccarella

4 (1961 – 1962, 1965)

11 (1961, 1962, 1964 – 1972)

1 (1964)

Masten Gregory

38 (1957 – 1963, 1965)

16 (1955, 1957 – 1966, 1968 – 1972)

1 (1965)

Chris Amon

96 (1963 – 1976)

8 (1967 – 1967, 1969, 1971 – 1973)

1 (1966)

Lucien Bianchi

17 (1959 – 1963, 1965, 1968)

13 (1956 – 1968)

1 (1968)

Jackie Oliver

50 (1967 – 1973, 1977)

3 (1968, 1969, 1971)

1 (1969)

Richard Attwood

16 (1964 – 1965, 1967 – 1969)

9 (1963, 1964, 1966 – 1971, 1984)

1 (1970)

Helmut Marko

9 (1971 – 1972)

3 (1970 – 1972)

1 (1971)

Gijs van Lennep

8 (1971, 1973 – 1975)

7 (1970 – 1976)

2 (1971, 1976)

Henri Pescarolo

57 (1968 – 1974, 1976)

33 (1966 – 1968, 1970 – 1999)

4 (1972 – 1974, 1984)

Gérard Larrousse

1 (1974)

8 (1967 – 1974)

2 (1973 – 1974)

Derek Bell

9 (1968 – 1972, 1974)

26 (1970 – 1983, 1985 – 1996)

5 (1975, 1981 – 1982, 1986 – 1987)

Vern Schuppan

9 (1972, 1974 – 1975, 1977)

16 (1973 – 1979, 1981 – 1989)

1 (1983)

Paolo Barilla

9 (1989 – 1990)

7 (1982 – 1986, 1988 – 1989)

1 (1985)

Hans-Joachim Stuck

74 (1974 – 1979)

18 (1972 – 1973, 1980 – 1983, 1985 – 1991, 1993 – 1998)

2 (1986 – 1987)

Lan Lammers

23 (1979 – 1982, 1992)

24 (1983 – 1984, 1987 – 1990, 1992 – 1993, 1996 – 2008, 2011, 2017 – 2018)

1 (1988)

Johnny Dumfries

15 (1986)

5 (1987 – 1991)

1 (1988)

Martin Brundle

158 (1984 – 1989, 1991 – 1996)

8 (1987 – 1988, 1990, 1997 – 1999, 2001, 2012)

1 (1990)

Volker Weidler

10 (1989)

5 (1987, 1989 – 1992)

1 (1991)

Bertrand Gachot

47 (1989 – 1992, 1994 – 1995)

6 (1990 – 1992, 1994 – 1995, 1997)

1 (1991)

Derek Warwick

147 (1981 – 1990, 1993)

5 (1983, 1986, 1991 – 1992, 1996)

1 (1992)

Yannick Dalmas

24 (1987 – 1990, 1994)

12 (1991 – 2002)

4 (1992, 1994 – 1995, 1999)

Mark Blundell

61 (1991, 1993 – 1995)

7 (1989 – 1990, 1992, 1995, 2001 – 2003)

1 (1992)

Mauro Baldi

36 (1982 – 1985)

12 (1984 – 1986, 1988 – 1989, 1991 – 1994, 1997 – 2000)

1 (1994)

JJ Lehto

62 (1989 – 1994)

10 (1990 – 1991, 1995 – 1997, 1999, 2002 – 2005)

2 (1995, 2005)

Alexander Wurz

69 (1997 – 2000, 2005, 2007)

9 (1996, 2008 – 2015)

1 (1996)

Stefan Johansson

79 (1980, 1983 – 1991)

15 (1983 – 1984, 1990 – 1992, 1997 – 2001, 2003, 2006 – 2008, 2012)

1 (1997)

Allan McNish

16 (2002)

14 (1997 – 2000, 2004 – 2013)

2 (1998, 2008)

Pierluigi Martini

118 (1984 – 1985, 1988 – 1995)

5 (1984, 1996 – 1999)

1 (1999)

Emanuele Pirro

37 (1989 – 1991)

13 (1981, 1998 – 2008, 2010)

5 (2000 – 2002, 2006, 2007)

David Brabham

24 (1990, 1994)

18 (1992 – 1993, 1996 – 2010, 2012)

1 (2009)

Marc Gené

36 (1996 – 2000, 2003 – 2004)

8 (2007 – 2014)

1 (2009)

Andre Lotterer

1 (2014)

11 (2009 – 2019)

3 (2011 – 2012, 2014)

Nico Hülkenberg

179 (2010, 2012 – 2020)

1 (2015)

1 (2015)

Brendon Hartley

25 (2017 – 2018)

9 (2012 – 2020)

2 (2017, 2020)

Sébastien Buemi

55 (2009 – 2011)

9 (2012 – 2020)

3 (2018 – 2020)

Kazuki Nakajima

36 (2007 – 2009

9 (2012 – 2020)

3 (2018 – 2020)

partages
commentaires
Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans
Article précédent

Comment une réparation de fortune a empêché Paul Newman de gagner au Mans

Article suivant

Guide des 24H du Mans 2021 : le programme et les engagés

Guide des 24H du Mans 2021 : le programme et les engagés
Charger les commentaires