La FIM interdit les pilotes russes de compétition

Suivant en cela les recommandations du Comité international olympique (CIO), la Fédération internationale de motocyclisme a annoncé l'interdiction de participation à des événements FIM de tous les concurrents courant sous licence russe ou biélorusse.

La FIM interdit les pilotes russes de compétition

Alors que la guerre fait toujours rage en Ukraine à la suite de l'invasion du pays par la Russie, soutenue dans son offensive par la Biélorussie, les fédérations sportives continuent de se positionner et de dévoiler leurs mesures face à cette situation. Suivant les recommandations faites par le Comité international olympique en début de semaine, la Fédération internationale de motocyclisme (FIM) a annoncé ce samedi une série de dispositions à l'encontre des instances, officiels, équipes et pilotes russes et biélorusses, parmi lesquelles l'interdiction de toute compétition pour les licenciés de ces deux pays ou encore l'annulation de toute compétition organisée sous l'égide de la FIM.

"Après avoir examiné attentivement les recommandations du Comité International Olympique et les spécificités liées à notre sport, le Conseil de Direction [de la FIM] a condamné à l'unanimité l'invasion russe en Ukraine", peut-on ainsi lire dans un communiqué rédigé en français et publié à la suite d'une réunion extraordinaire du Conseil.

"Dès lors, les décisions provisoires d'urgence et de protection suivantes ont été prises. Elles prennent effet immédiatement et restent en vigueur jusqu'à nouvel avis :

  • Suspension, pour la Fédération de Motocyclisme de Russie (MFR) et la Fédération biélorusse de Sport motocycliste (BFMS), des émissions de licences FIM et des licences FIM déjà distribuées. Suspension des fonctions des personnes de la MFR et de la BFMS agissant en qualité d'officiels FIM et de membres des commissions/experts/agents de la FIM. En conséquence, aucun coureur, équipe ou officiel russe ou biélorusse ne peut participer à une quelconque manifestation ou activité FIM.
  • Suspension de l'inscription et annulation de toutes les manifestations FIM telles que les manifestations internationales FIM, les Championnats du monde et les prix FIM se déroulant en Russie, en Biélorussie et en Ukraine et, le cas échéant, déplacement de ces manifestations FIM dans un autre pays.
  • Interruption de toute autre activité FIM, y compris, mais sans s'y limiter, les séminaires, les réunions de commissions, les camps d'entraînement qui se déroulent en Russie, en Biélorussie et en Ukraine.

Le Conseil de Direction de la FIM recommande à l’unanimité à tous les membres affiliés et aux unions continentales d'appliquer ces mesures aux niveaux national et continental."

Cette position de la part de la FIM va plus loin que celle prise par son homologue en sport automobile, la FIA, qui n'a pas interdit aux pilotes sous licence russe et biélorusse la participation à des épreuves, à condition de neutralité et d'engagement à respecter un code de conduite strict en la matière.

Lire aussi :

Jorge Vargas, le président de la FIM, a déclaré : "Nous exprimons notre sympathie et notre solidarité à l'égard de tous ceux qui souffrent de l'invasion russe en Ukraine et restons en contact étroit avec notre membre affilié d'Ukraine. Je tiens à remercier les membres du Conseil de Direction de la FIM d'avoir décidé de prendre ces mesures dans l'intérêt du sport et de la paix."

"La FIM, ainsi que ses promoteurs et organisateurs, ont déjà agi en la matière et annulé les compétitions FIM prévues en Russie, en Biélorussie et en Ukraine. Les décisions annoncées aujourd'hui sont en adéquation avec les recommandations et les déclarations du Comité International Olympique, adaptées à la réalité de notre sport. La famille FIM suit l'évolution de la situation en Ukraine avec une grande tristesse et espère une issue rapide et pacifique."

La décision n'aura pas de conséquences directes pour le MotoGP, le WorldSBK et les catégories affiliées à ces deux championnats puisqu'aucun pilote de nationalité russe ou biélorusse n'y était engagé. Le circuit d'Igora Drive près de Saint-Pétersbourg en Russie était un circuit de réserve pour le MotoGP l'an dernier, mais l'annonce de samedi confirme qu'il ne gardera pas le même rôle en 2022.

partages
commentaires

Related video

Quartararo veut des garanties pour 2023 avant de prolonger chez Yamaha
Article précédent

Quartararo veut des garanties pour 2023 avant de prolonger chez Yamaha

Article suivant

Quartararo : "Je vais à la limite mais je ne suis pas ingénieur"

Quartararo : "Je vais à la limite mais je ne suis pas ingénieur"