La Toyota #7 surgit après la pluie et s'impose à Fuji

partages
commentaires
La Toyota #7 surgit après la pluie et s'impose à Fuji
Par : Basile Davoine
14 oct. 2018 à 08:02

Dans une course qui a débuté sous la pluie, Mike Conway, Kamui Kobayashi et José María López ont décroché leur première victoire de la saison, emmenant un doublé Toyota.

Elle avait épargné les concurrents tout au long du week-end, mais elle n'a pas failli au rendez-vous ce dimanche matin : la pluie est venue pimenter le départ des 6 Heures de Fuji. Sans être d'une intensité forte, elle a a suffi pour détremper la piste et contraindre la totalité du plateau à s'élancer en pneus pluie.

Ces conditions méteo toujours délicates à gérer ont au moins eu le mérite d'animer le premier tiers de l'épreuve, même si le départ s'est déroulé sans incident majeur. La Toyota #8 a conservé les commandes tandis que la #7, partie depuis la huitième place après son déclassement de la veille en qualifications, s'est rapidement portée au second rang.

Lire aussi :

Derrière les deux TS050 Hybrid, les quatre prototypes de SMP Racing et Rebellion se sont livré une bagarre de chiffonniers durant le premier relais. Et c'est l'équipe russe qui a cédé la première, lorsque la roue avant gauche de la BR1 de Stéphane Sarrazin s'est échappée… Le Français a pu regagner son stand mais l'équipage a perdu de nombreux tours dans la mésaventure.

Quasiment dans la foulée, le pneu de la Ferrari #70 du MR Racing, alors pilotée par Motoaki Ishikawa, a explosé en pleine ligne droite et semé des débris importants.

 

 

La direction de course a logiquement déployé la voiture de sécurité, dans un moment qui devenait crucial puisque l'amélioration progressive de la piste avait déjà poussé quelques concurrents à tenter le passage aux pneus slicks. La Toyota #7 a d'ailleurs été la première à prendre ce pari, décalant du même coup sa stratégie par rapport à la voiture sœur.

Durant cette neutralisation, c'est Rebellion qui a perdu gros avec la #3 puisque Gustavo Menezes s'est laissé surprendre en remettant les gaz. En perte de contrôle dans l'herbe, l'Américain n'a rien pu faire pour éviter un crash fatal à la R13 et un abandon coûteux pour le trio qui occupait la deuxième place du championnat.

 

 

"C'était une erreur stupide, ça ne devrait pas arriver", regrette Menezes. "Nous avons perdu énormément de température pneumatique derrière la voiture de sécurité, c'était un peu exagéré dans les deux derniers tours, je ne sais pas pourquoi. Nous étions sous Safety Car, mais ça fait partie de la course. Personne d'autre n'a fait d'erreur. J'ai appuyé sur l'accélérateur, les roues ont patiné, et ça a envoyé la voiture dans le mur."

Le marathon de Kobayashi

Le bref retour d'une pluie légère a semé le doute lorsque le drapeau vert a été brandi en fin de première heure, mais la piste s'est ensuite asséchée à vitesse grand V. Au volant de la Toyota #7, Kamui Kobayashi a pris la tête aux dépens de Kazuki Nakajima et a ensuite creusé l'écart, mais il a dilapidé une partie de son avance dans le trafic, non sans quelques frayeurs.

Le Japonais aura effectué un relais de 2h35 avant de transmettre enfin le témoin à Mike Conway. C'est après la mi-course qu'une réelle décision s'est faite entre les deux Toyota : d'abord grâce à l'arrêt bénéfique de la #7 sous régime de Full Course Yellow, qui était entré en vigueur pour évacuer la BR1 #17 de SMP, victime à son tour d'un problème mécanique. La Toyota #8 des leaders du championnat a quant à elle souffert de problèmes d'équilibre et de sous-virage, jusqu'à un changement de bloc arrière qui a semblé redresser la situation.

Le départ de la course
#3 Rebellion Racing Rebellion R-13: Mathias Beche, Gustavo Menezes, Thomas Laurent, #1 Rebellion Racing Rebellion R-13: Andre Lotterer, Neel Jani, Bruno Senna

Dès lors, le mano a mano entre les deux prototypes hybrides s'est achevé comme il avait débuté, avec les deux pilotes japonais de Toyota, Kobayashi et Nakajima, en piste pour célébrer le doublé du constructeur à domicile. 

En dépit des deux ajustements successifs de l'EoT ces derniers jours, les machines non hybrides n'ont jamais été dans le coup pour la victoire. Encore une fois, c'est la fiabilité qui a coûté cher à SMP Racing, permettant à Rebellion de gérer la course de Jani-Lotterer-Senna pour s'octroyer définitivement la troisième place. La BR1 de Button-Petrov-Aleshin a pu remonter jusqu'au quatrième rang, au prix d'un beau dernier relais du Champion du monde 2009 de Formule 1. 

ByKolles accroche une jolie cinquième place dans cette épreuve, avec une belle régularité affichée tout au long des six heures de course, alors que l'Enso CLM P1/01 à moteur Nismo s'est retrouvée privée de turbo dès les premiers tours.

Lire aussi :

Jackie Chan DC Racing double la mise

Une fois n'est pas coutume, la catégorie LMP2 a été relativement peu animée. Auteur de la pole position samedi, DragonSpeed a payé un passage probablement trop précoce aux pneus slicks dans la première heure de course, avant de rencontrer des problèmes mécaniques sur son Oreca 07.

#37 Jackie Chan DC Racing Oreca 07 Gibson: Jazeman Jaafar, Weiron Tan, Nabil Jeffri
#36 Signatech Alpine Matmut Alpine A470: Nicolas Lapierre, Andre Negrao, Pierre Thiriet

La hiérarchie de Silverstone s'est ainsi confirmée avec un Jackie Chan DC Racing qui a clairement mis le doigt sur la bonne recette. L'équipe chinoise signe le doublé, avec cette fois-ci une victoire de l'Oreca #37 des pilotes malaisiens Jazeman Jaafar, Weiron Tan et Nabil Jeffri. L'Alpine monte sur la troisième marche du podium, devant le TDS Racing.

Porsche tient sa revanche

En GTE Pro, les bagarres roue contre roue n'ont pas été aussi nombreuses que lors des manches précédentes, mais le suspense était tout de même au rendez-vous. On a notamment assisté à plusieurs changements de leader. À l'orée de la dernière heure, Ferrari était en bonne position avec la #71 d'AF Corse, mais un contact en piste a coûté un temps précieux à Davide Rigon et Sam Bird.

#66 Ford Chip Ganassi Racing Ford GT: Stefan Mucke, Olivier Pla, #71 AF Corse Ferrari 488 GTE EVO: Davide Rigon, Sam Bird
#92 Porsche GT Team Porsche 911 RSR: Michael Christensen, Kevin Estre

Si Aston Martin avait décroché la pole position, c'est finalement entre Porsche et BMW que s'est jouée la victoire finale dans la dernière heure de course, avec Ford en arbitre. Très critique envers la BoP à l'issue des qualifications, Kévin Estre a retrouvé le sourire et décroche la victoire aux côtés de Michael Christensen en devançant la BMW #82 de Tom Blomqvist et António Félix da Costa

En GTE Am, la Porsche 911 RSR du Team Project 1 s'est imposée avec à son volant Jörg Bergmeister, Patrick Lindsey et Egidio Perfetti

Japan 6 Heures de Fuji

P. # Pilotes Équipe Cat. Trs Écart Arrêts
1 7 Japan Kamui Kobayashi 
United Kingdom Mike Conway 
Argentina José María López 
Toyota Gazoo Racing LMP1 230   9
2 8 Spain Fernando Alonso 
Japan Kazuki Nakajima 
Switzerland Sébastien Buemi 
Toyota Gazoo Racing LMP1 230 11.440 9
3 1 Germany André Lotterer 
Brazil Bruno Senna 
Switzerland Neel Jani 
Rebellion Racing LMP1 226 4 tours 10
4 11 United Kingdom Jenson Button 
Russian Federation Vitaly Petrov 
Russian Federation Mikhail Aleshin 
SMP Racing LMP1 219 11 tours 9
5 4 United Kingdom Oliver Webb 
France Tom Dillmann 
United Kingdom James Rossiter 
ByKolles Racing LMP1 219 11 tours 8
6 37 Malaysia Nabil Jeffri 
Malaysia Weiron Tan 
Malaysia Jazeman Jaafar 
Jackie Chan DC Racing LMP2 217 13 tours 8
7 38 China Ho-Pin Tung 
Monaco Stéphane Richelmi 
France Gabriel Aubry 
Jackie Chan DC Racing LMP2 217 13 tours 8
8 36 France Nicolas Lapierre 
France Pierre Thiriet 
Brazil André Negrao 
Signatech Alpine Matmut LMP2 217 13 tours 8
9 28 France Jean-Éric Vergne 
France François Perrodo 
France Matthieu Vaxiviere 
TDS Racing LMP2 216 14 tours 9
10 50 France Romano Ricci 
France Erwin Creed 
Japan Keiko lhara 
Larbre Compétition LMP2 211 19 tours 8
11 92 Denmark Michael Christensen 
France Kévin Estre 
Porsche GT Team GTE PRO 207 23 tours 7
12 82 Portugal António Félix da Costa 
United Kingdom Tom Blomqvist 
BMW Team MTEK GTE PRO 207 23 tours 6
13 67 United Kingdom Harry Tincknell 
Guernsey Andy Priaulx 
Ford Chip Ganassi Team UK GTE PRO 207 23 tours 6
14 51 United Kingdom James Calado 
Italy Alessandro Pier Guidi 
AF Corse GTE PRO 207 23 tours 6
15 91 Italy Gianmaria Bruni 
Austria Richard Lietz 
Porsche GT Team GTE PRO 207 23 tours 7
16 66 Germany Stefan Mücke 
France Olivier Pla 
Ford Chip Ganassi Team UK GTE PRO 206 24 tours 6
17 95 Denmark Nicki Thiim 
Denmark Marco Sørensen 
Aston Martin Racing GTE PRO 206 24 tours 6
18 81 Netherlands Nick Catsburg 
Germany Martin Tomczyk 
BMW Team MTEK GTE PRO 206 24 tours 6
19 97 Belgium Maxime Martin 
United Kingdom Alex Lynn 
Aston Martin Racing GTE PRO 206 24 tours 6
20 31 United Kingdom Anthony Davidson 
Venezuela Pastor Maldonado 
Mexico Roberto Gonzalez 
DragonSpeed LMP2 205 25 tours 9
21 29 Netherlands Giedo van der Garde 
Netherlands Nyck de Vries 
Netherlands Frits van Eerd 
Racing Team Nederland LMP2 204 26 tours 11
22 71 United Kingdom Sam Bird 
Italy Davide Rigon 
AF Corse GTE PRO 202 28 tours 8
23 56 Germany Jörg Bergmeister 
United States Patrick Lindsey 
Norway Egidio Perfetti 
Team Project 1 GTE AM 201 29 tours 6
24 88 Italy Matteo Cairoli 
Italy Giorgio Roda 
Japan Satoshi Hoshino 
Dempsey-Proton Competition GTE AM 201 29 tours 7
25 90 United Kingdom Jonathan Adam 
Turkey Salih Yoluc 
Ireland Charlie Eastwood 
TF Sport GTE AM 201 29 tours 7
26 98 Portugal Pedro Lamy 
Canada Paul Dalla Lana 
Austria Mathias Lauda 
Aston Martin Racing GTE AM 201 29 tours 7
27 86 United Kingdom Michael Wainwright 
United Kingdom Ben Barker 
Austria Thomas Preining 
Gulf Racing GTE AM 201 29 tours 6
28 54 Italy Giancarlo Fisichella 
Italy Francesco Castellacci 
Switzerland Thomas Flohr 
Spirit of Race GTE AM 200 30 tours 6
29 61 Ireland Matt Griffin 
Singapore Mok Weng Sun 
Japan Keita Sawa 
Clearwater Racing GTE AM 200 30 tours 7
30 77 Germany Christian Ried 
Australia Matt Campbell 
France Julien Andlauer 
Dempsey-Proton Competition GTE AM 176 54 tours 6
31 10 United Kingdom Ben Hanley 
Australia James Allen 
DragonSpeed LMP1 179 51 tours 9
32 17 France Stéphane Sarrazin 
Russian Federation Matevos Isaakyan 
Russian Federation Egor Orudzhev 
SMP Racing LMP1 132 98 tours 5
33 3 Switzerland Mathias Beche 
France Thomas Laurent 
United States Gustavo Menezes 
Rebellion Racing LMP1 23 207 tours 2
34 70 Monaco Olivier Beretta 
Italy Eddie Cheever III 
Japan Motoaki Ishikawa 
MR Racing GTE AM 14 216 tours  
Article suivant
Rétro - Quand Jaguar était Champion du monde à Fuji

Article précédent

Rétro - Quand Jaguar était Champion du monde à Fuji

Article suivant

Comment la Toyota #7 a pris le dessus sur la #8 à Fuji

Comment la Toyota #7 a pris le dessus sur la #8 à Fuji
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries WEC
Événement 6H de Fuji
Catégorie Course
Lieu Fuji International Speedway
Auteur Basile Davoine
Type d'article Résumé de course