Sainz salue l'avènement de la jeune génération en F1

Carlos Sainz est enthousiasmé par la prise de pouvoir progressive de la jeune génération aux avant-postes de la Formule 1.

Sainz salue l'avènement de la jeune génération en F1

Charles Leclerc, Lando Norris, George Russell et même Max Verstappen… Autant de pilotes qui ont signé des podiums à 23 ans ou moins lors de la saison 2021 de Formule 1. La nouvelle génération est bel et bien là, ce que Carlos Sainz voit d'un bon œil. Le pilote Ferrari a passé une bonne partie de l'année à lutter pour les places d'honneur face à son coéquipier Leclerc et au pilote McLaren qu'est Norris, et il espère que ces combats vont continuer aux avant-postes cette année, avec une hiérarchie qui devrait être chamboulée par la nouvelle réglementation technique.

"Je ne sais pas si je peux considérer que je fais partie de cette jeune génération", commente Sainz, qui fête en 2022 son 28e anniversaire. "Ce que je considère, c'est que je suis à un niveau très élevé et capable de me battre avec quiconque si besoin est. J'apprécie juste de me battre avec des gars comme Charles, Lando, et George quand il aura la Mercedes. Même si je n'ai pas exactement le même âge qu'eux, c'est une génération de pilotes avec qui j'apprécie juste de me battre."

"Je pense qu'ils sont à un très bon niveau, mais de telle sorte qu'ils arrivent à rester propres en piste et à faire de belles batailles. Si l'on regarde le milieu de tableau [en 2021] et la manière dont nous sommes parvenus à nous comporter et à faire la course, c'est un grand point positif. On verra l'an prochain si nous sommes capables de nous battre avec des enjeux plus élevés si nous pouvons continuer ainsi, car je prends beaucoup de plaisir personnellement. Mais je me sens capable de me battre avec quiconque, c'est certain."

Les pilotes de Formule 1 sont globalement de plus en plus jeunes. Parmi les 20 engagés en 2022, seuls deux ont fait leurs débuts à 23 ans ou plus : Valtteri Bottas et Nicholas Latifi. Il n'est toutefois pas facile pour les jeunes loups de composer avec le monde particulièrement exigeant – et parfois sans pitié – de la F1, comme se le rappelait Sainz l'an passé.

"Depuis un très jeune âge, nous sommes exposés dans un environnement de travail à des relations avec beaucoup de personnes plus âgées que nous", a souligné l'Espagnol. "Je me rappelle être arrivé en F1 à 20 ans et avoir dû m'entendre avec des personnes de 40, 50, 60 ans – dirigeants, ingénieurs. Cela fait vraiment gagner en maturité et savoir comment se battre pour ses propres intérêts bien plus jeune et bien plus tôt qu'on ne le ferait normalement."

"On apprend finalement à se comporter dans un environnement pour lequel on n'est probablement pas complètement prêt. Mais à un si jeune âge, on apprend et on mûrit peut-être plus tôt que la normale. C'est assez intéressant. Je me rappelle quand j'étais plus jeune, j'étais un peu plus timide dans toutes les conversations, je voulais toujours ne pas contrarier trop de gens – mais en grandissant on apprend et on devient meilleur de ce côté-là."

Propos recueillis par Luke Smith

partages
commentaires

Related video

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton
Article précédent

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

Article suivant

Alonso fatigué qu'on lui demande pourquoi il est heureux

Alonso fatigué qu'on lui demande pourquoi il est heureux
Charger les commentaires