La FIA explique l'absence d'enquête sur la bataille Hamilton/Pérez

La bataille entre Lewis Hamilton et Sergio Pérez à Istanbul n'a pas fait l'objet d'une enquête des commissaires malgré un moment litigieux. Michael Masi explique pourquoi.

La FIA explique l'absence d'enquête sur la bataille Hamilton/Pérez

Au 34e tour du Grand Prix de Turquie, un Lewis Hamilton en pleine remontée s'est hissé au niveau de Sergio Pérez au freinage du virage 12 avant que les deux monoplaces n'abordent l'ultime enchaînement du circuit côte à côte, Hamilton laissant suffisamment peu de place à Pérez pour que ce dernier soit contraint à passer de l'autre côté de la quille délimitant le début de l'entrée des stands avant de revenir en piste aussitôt.

Le pilote Mercedes était-il coupable d'avoir tassé son rival hors de la piste ? Celui de Red Bull avait-il commis une infraction en passant de l'autre côté de la quille sans rentrer au stand, Hamilton ayant lui-même reçu une réprimande pour cette faute au Grand Prix d'Allemagne 2018 ? Il n'y a justement pas eu la moindre enquête de la part des commissaires.

"J'ai étudié ça, absolument", confie Michael Masi, directeur de course. "Mais comme l'indique notre réglementation dans les notes [envoyées aux écuries avant chaque Grand Prix], il faut rester à gauche de la quille seulement si l'on est engagé à rentrer au stand. Rien à signaler, donc. C'était une bonne bataille, dure, entre eux deux. D'ailleurs, aucune écurie n'a soulevé la question, ni Mercedes, ni Red Bull."

Pérez s'était pourtant plaint à la radio, lançant : "Il m'a poussé dehors". Son ingénieur de course Hugh Bird avait simplement répondu : "C'est noté Checo, belle défense". Or, Red Bull n'a manifestement pas tenté d'influencer les commissaires. "L'équipe n'a pas relayé un mot [de ce qu'a dit Pérez]", révèle Masi. "Nous n'écoutons pas la radio de tous les pilotes. Et généralement, si les équipes veulent qu'un problème soit examiné, comme vous [journalistes] en êtes tous bien conscients, la radio s'allume très vite !"

Pérez a de toute façon nuancé son point de vue après la course : "Le premier relais a été très difficile pour moi, surtout vers la fin, et Lewis était assez rapide. Je pense qu'il était, à ce moment-là, la voiture la plus rapide sur la piste, donc le retenir à ce stade a été assez difficile. On s'est bien battus, j'ai même dû éviter le plot à l'entrée des stands. Mais c'était une bonne bagarre dans l'ensemble, et j'ai réussi à rester devant."

Lire aussi :

Propos recueillis par Adam Cooper

partages
commentaires
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Article précédent

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Article suivant

Les simulations confortent le choix stratégique de Mercedes

Les simulations confortent le choix stratégique de Mercedes
Charger les commentaires