Gel moteurs : Red Bull a bon espoir de conserver le bloc Honda

L'alignement des positions entre les rivaux de Red Bull sur un éventuel gel moteur a donné plus d'espoir à l'écurie de parvenir à un accord permettant de conserver les unités de puissance Honda à compter de 2022.

Gel moteurs : Red Bull a bon espoir de conserver le bloc Honda

Alors qu'Honda a décidé de se retirer de la F1 au-delà de 2021, Red Bull travaille toujours sur la suite à donner à son programme côté moteur. La firme autrichienne a toujours été claire sur son intention première, qui est de racheter la propriété intellectuelle du projet du motoriste nippon afin de pouvoir utiliser une motorisation "maison", évitant ainsi de redevenir un simple client.

Cependant, Red Bull n'ayant pas les moyens de concevoir et développer ses propres unités de puissance, mais simplement de les construire, il faudrait qu'un gel moteur réglementaire intervienne à partir de 2022 pour éviter que les écuries de la marque soient en difficulté.

L'idée d'un gel avait initialement été rejetée par Renault et Ferrari mais ces derniers ont récemment adopté des positions plus ouvertes sur la question, à la condition que la nouvelle réglementation moteur prévue en 2026 soit avancée à 2025. Mercedes a dès le départ fait part de son soutien au projet de Red Bull, tout en soutenant également il y a peu l'idée d'un avancement de la prochaine génération de blocs moteurs.

Lire aussi :

Mais dans ce contexte, l’obstacle principal à écarter est celui de la mise en place éventuelle d'une sorte de filet de sécurité permettant à tout motoriste qui serait nettement en retrait de pouvoir refaire son retard. Le directeur de Red Bull Racing, Christian Horner, a déclaré que des discussion étaient en cours sur le sujet et qu'une décision finale serait prise prochainement. "Il y a des discussions constructives en cours avec Honda et la FIA, et je pense que nous sommes proches d'arriver à une conclusion."

"La FIA consulte les autres équipes. Je pense qu'il y a un alignement concernant un gel. Simplement, doit-il y avoir un filet de sécurité si un motoriste perd du terrain d'une saison à l'autre ? Sinon, bloquer les performances pendant trois ans pourrait être très dommageable."

Honda est ouvert à l'idée de permettre à Red Bull de continuer à utiliser ses unités de puissance, tout en reconnaissant que parvenir à un accord n'est pas chose aisée, en raison de la fabrication de pièces qui se répartirait entre Milton Keynes et Sakura. 

Le directeur technique de Honda, Toyoharu Tanabe, a ainsi expliqué : "À Milton Keynes, nous développons puis fabriquons principalement la zone du système ERS, et le principal moteur à combustion interne est développé en R&D à Sakura au Japon. De toute façon, c'est une situation très compliquée, surtout chez Honda F1. La discussion est en cours. Il n'y a pas encore de conclusion, donc nous allons tenir compte de chaque circonstance dans notre projet."

Même si Renault est plutôt opposé à toute idée de convergence moteur, le directeur de Ferrari, Mattia Binotto, estimait récemment qu'il était important quoi qu'il en soit que les motoristes discutent de la question dès maintenant pour éviter d'être contraints et forcés à prendre une décision d'urgence en étant acculés plus tard.

"Je pense qu'il vaut mieux l'envisager maintenant.[Nous voulons] essayer de réfléchir à l'avance, au lieu de simplement attendre la situation et d'avoir des discussions folles à ce moment-là. Je pense donc qu'en gelant, il serait très responsable de simplement envisager un tel scénario et de s'assurer que nous y sommes préparés."

partages
commentaires

Related video

L'inattendu cadeau de départ de Racing Point à Sergio Pérez

Article précédent

L'inattendu cadeau de départ de Racing Point à Sergio Pérez

Article suivant

Alonso sera "désavantagé" en 2021, selon Renault

Alonso sera "désavantagé" en 2021, selon Renault
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Red Bull Racing
Auteur Fabien Gaillard