GP de Singapour - Hamilton sort une performance de Champion

Certes, la bataille Rosberg/Hamilton n'a pas eu lieu en piste, à Singapour, l'Allemand ayant été exclu de la course par un problème de fiabilité au niveau de l'électronique de sa Mercedes

Certes, la bataille Rosberg/Hamilton n'a pas eu lieu en piste, à Singapour, l'Allemand ayant été exclu de la course par un problème de fiabilité au niveau de l'électronique de sa Mercedes.

Mais Lewis Hamilton, désormais en tête du championnat du monde des pilotes à 5 manches de la fin de saison, est allé chercher son succès avec une poigne de grand Champion, après avoir dû creuser un écart de 27 secondes sur tous ses poursuivants, pour ne pas perdre la tête après l'entrée en jeu de la voiture de sécurité, lors de laquelle il avait été le seul à tenter le pari de rester en piste avec les pneus tendres, rapides mais peu endurants.

En sortant du chapeau une série de tours exceptionnelle, Hamilton a marqué les esprits à Singapour et relance son championnat de la plus belle des manières, tandis que Ricciardo et Alonso complètent le podium.

--

La préparation de la course est tendue du côté du garage de Nico Rosberg : le leader du championnat du monde est touché par des problèmes de nature électronique dont le team ne connaît pas l'étendue, mais qui se traduit par un changement de volant juste avant le départ de la course, ce qui semble n'être qu'une partie du problème. Il semblerait que l'Allemand ne dispose pas des bons réglages au niveau de la transmission, 15 minutes avant le départ.

Rosberg immobilisé sur la grille!

L'un des grands rebondissements de la saison intervient effectivement dès le tour de mise en grille! Nico Rosberg, immobilisé, ne peut s'élancer, en dépit de toutes ses tentatives d'activation de systèmes. Kamui Kobayashi immobilise également sa monoplace dans un dégagement sur le tour de mise en grille. Le Japonais ne pourra pas prendre le départ.

Rosberg bon dernier

Pendant que les deux Red Bull se neutralisent en se décalant au départ, Alonso parvient à s'infiltrer derrière Hamilton, leader, mais se positionne exagérément hors-piste au freinage. Conscient de son erreur, L'Espagnol laisse immédiatement Vettel repasser au virage 7, pour éviter une pénalité, tandis que Ricciardo place la Ferrari sous pression à son tour. P5, Räikkönen évolue devant Massa, Button, Bottas, Magnussen et Kvyat. Parvenu à partir de la pitlane, Rosberg boucle le premier tour bon dernier. Les commissaires examinent l'incident du départ d'Alonso mais ne prennent aucune sanction contre le pilote Ferrari, désormais P3. Une investigation impliquant Magnussen et Massa reste également sans suite.

Après 5 tours, Hamilton mène le GP avec une avance de 2s sur Vettel -tout en consommant moins de carburant que l'Allemand-, et de 7s sur Alonso. Rosberg pointe au 20ème rang, à 37 secondes de la tête. Le pilote Mercedes semble décidemment rencontrer des ennuis électroniques influençant la transmission. Bloqué derrière la Caterham d'Ericsson, l'Allemand passe directement du 3ème au 5ème rapport dans les montées.

Hamilton gère sa course, Rosberg abandonne

Au 10ème passage, l'avance de Hamilton est passée à 5 secondes et continue à augmenter avant la première valse des arrêts aux stands. Vettel, Alonso et Ricciardo s'arrêtent au terme du 12ème passage pour passer les tendres, tandis que le leader parvient à se maintenir en piste avec ses supertendres usagés. Vettel est informé du fait qu'il ne pourra pas prendre la tête à la faveur des arrêts. Le Britannique opère son changement de pneus dans le tour suivant et reprend le commandement.

Rosberg s'immobilise dans son stand au 14ème passage. Les mécaniciens tentent une intervention au niveau du volant pour relancer l'auto, statique, et toujours affectée par des ennuis électroniques. Les longues dizaines de secondes d'agonie de l'Allemand prennent fin lorsque le team prend la décision de le faire sortir de son auto. Le leader du championnat ne peut désormais plus qu'assister au cavalier seul de Hamilton, qui court après 25 points en tête. Les tapes sur l'épaule de Toto Wolff ne sont guère d'une grande aide.

Lutte Alonso/Vettel pour la seconde place

Au tiers de la course (20/61), Hamilton navigue 7.5s devant Vettel, et 10s devant Alonso. Ricciardo reste à 4s de l'Espagnol, mais dispose d'un coussin de 10s sur Massa, P5.

Vettel voit Alonso se rapprocher dixième par dixième pendant plusieurs boucles. Au 25ème passage, la Ferrari se trouve à 1s, dans la zone d'activation du DRS. L'Espagnol tente l'undercut, c'est-à-dire, un dépassement dans les stands, en passant dans la pitlane pour son second arrêt et en rechaussant les supertendres. Vettel réagit en rentrant dans la foulée, mais en choisissant les tendres. Alonso passe devant et signe les meilleures chronos en piste, mais devra défendre en seconde moitié de GP.

Voiture de sécurité à la mi-course!

Après son arrêt, Pérez a collecté des dommages à l'avant sur un contact avec Sutil : son aileron est coincé sous son auto, et les nombreux débris en piste imposent l'entrée en piste de la voiture de sécurité. Le taux de 100% de neutralisations depuis la création du GP est respectée!

L'avance de 6 secondes de Lewis Hamilton part en fumée. Alonso profite de la neutralisation pour entrer aux stands et passer le mélange pneumatique tendre, tout comme Button. Les Champions peuvent-ils aller au bout de la course sur ces pneus?
La course est neutralisée pendant 5 tours paraissant interminables. Les pilotes peuvent économiser leurs enveloppes et du carburant. La longueur de la neutralisation devient un réel problème pour Hamilton, qui dispose des supertendres et a besoin de se creuser un gros écart pour pouvoir sereinement repasser les tendres pour la fin de course sans être pris dans un immense trafic : tous ses poursuivants immédiats sont en effet en tendres!

Pour le restart, Hamilton se présente en tête, devant Vettel, Ricciardo, Alonso, Massa, Bottas, Button, Räikkönen, Vergne et Magnussen. Ricciardo est informé par radio que des soucis de puissance pourraient se manifester.

Hamilton part à l'attaque, la concurrence économise ses pneus

Obligé d'attaquer, Hamilton se détache immédiatement à une vitesse folle, prenant une seconde pleine à Vettel dans le second secteur uniquement. Son premier tour lancé est plus rapide que celui de Vettel de 2.5s. Après deux tours, l'avance est passée à 5.8s. Mercedes l'informe qu'il a encore 7 tours dans ses supertendres pour creuser l'écart. Hamilton a besoin de 27 secondes d'avance pour espérer ressortir devant.

Pour le pilote Red Bull, il est crucial de maintenir les tendres en forme pour la fin de course. L'Allemand, qui devance Ricciardo et Alonso dans 4 secondes, ne pense pas que cela sera possible sans repasser par les stands, mais son muret des stands insiste pour qu'il roule à l'économie. Le déroulement des stratégies en cette fin de course est fascinant et très difficile à prédire. Dans les cockpits, le physique commence à jouer. Beaucoup de pilotes sont arrivés au bout de leur fluide embarqué. "Je meurs là-dedans sans boisson", annonce Kvyat, au bout du rouleau.

Hamilton comme un champion, Vettel frustré

L'avance de Hamilton se creuse par poignées de secondes, mais de plus en plus lentement au fil de la durée de vie des supertendres. 13.5, 15.3, 17.3, 18.7, 20.3… Le Britannique est à l'attaque pure et cherche les 27 secondes salvatrices pour ressortir des stands avec des pneus frais devant Vettel.

Arrivé au 50ème tour, il devient plus difficile pour Hamilton de prendre un temps significatif, mais celui-ci ne lâche rien et parvient à trouver encore du jus dans ses enveloppes : son avance est de 22.7s et monte à 24.0s au 51ème tour. Vettel ne cesse de demander à passer aux stands à la radio.

Hamilton entre finalement dans les stands pour son dernier arrêt au terme du 53ème tour. Il ressort en pneus neufs une paire de secondes derrière Vettel, mais juste devant le nez de Ricciardo.

Hamilton n'a que Vettel à aller chercher en piste avec des pneus bien plus performants sur 8 tours, mais devra dépasser en piste. Le Britannique y va comme un grand au 54ème passage et reprend le commandement en moins d'un tour. La victoire lui tend les bras.

Séparés par une seconde seulement avec leurs pneus vieillissants, Vettel, Ricciardo et Alonso se livrent une bataille de tous les instants pour les dernières places du podium. Pérez, Räikkönen et Bottas, à l'agonie, se harcèlent également pour la 7ème position, qui revient au final au pilote Force India.

Formule 1 - Grand Prix de Singapour 2014
Pilote Ecurie Ecart Pts
01   L. Hamilton   Mercedes 60 tours 25
02   S. Vettel   Red Bull +13.534 18
03   D. Ricciardo   Red Bull +14.273 15
04   F. Alonso   Ferrari +15.389 12
05   F. Massa   Williams +42.161 10
06   J. Vergne   Toro Rosso +56.801 8
07   S. Pérez   Force India +59.038 6
08   K. Räikkönen   Ferrari +1:00.641 4
09   N. Hülkenberg   Force India +1:01.661 2
10   K. Magnussen   McLaren +1:02.230 1
11   V. Bottas   Williams +1:05.065
12   P. Maldonado   Lotus +1:06.915
13   R. Grosjean   Lotus +1:08.029
14   D. Kvyat   Toro Rosso +1:12.008
15   M. Ericsson   Caterham +1:34.188
16   J. Bianchi   Marussia +1:34.543
17   M. Chilton   Marussia +1 tour
Ab   J. Button   McLaren
Ab   A. Sutil   Sauber
Ab   E. Gutiérrez   Sauber
Ab   N. Rosberg   Mercedes
Ab   K. Kobayashi   Caterham
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Lewis Hamilton , Nico Rosberg , Kamui Kobayashi , Toto Wolff
Équipes McLaren , Toro Rosso , Mercedes , Sauber , Williams , Force India , Ferrari
Type d'article Actualités