Les enjeux F1 2015 - Combien de teams sur la grille en fin d'année?

Alors que le paddock se préparait à assister à une saison composée d'une grille de 18 autos seulement, Marussia est parvenu à sauver sa présence à la dernière minute sous son nom d'origineManor, grâce à l'apport conséquent de liquidités de...

Alors que le paddock se préparait à assister à une saison composée d'une grille de 18 autos seulement, Marussia est parvenu à sauver sa présence à la dernière minute sous son nom d'origine

Manor

, grâce à l'apport conséquent de liquidités de l'investisseur Stephen Fitzpatrick. Caterham connaît un destin autre, mais certaines équipes comme Lotus, Force India et Sauber présentent encore des difficultés à se positionner sur le long terme.

Le sauvetage de Manor, pour l'heure, ne peut être considéré comme quelque chose de définitif non plus.

Ainsi, Mark Webber, reconverti en LMP1 mais toujours observateur attentif du sport, estime que l'une des grandes questions de la saison demeure de savoir combien de teams arriveront au bout cette année.

Les difficultés des indépendants

Lotus, Force India et Sauber, de bonnes équipes avec un succès établi sur une longue période, sont à des niveaux de tension financière divers. Une fois que la compagnie privée possédant le sport a pris sa consistante part des vastes revenus F1 et que les énormes sommes nécessaires aux grandes équipes pour alimenter leurs installations gigantesques ont été rétribuées, il n'y a plus assez pour ces indépendants, forcés d'accepter une maigre part à la dure il y a quelques années, constate le magazine Motorsport, en réponse à la question de Webber.

Le scénario catastrophe? Si ces trois équipes mettent la clé sous la porte cette saison, c'est d'une grille à 12 autos que dispose la F1, avec des motoristes ne pouvant plus répercuter les coûts de leurs unités de puissance sur leurs clients réglant l'addition...

Le risque de voir le concept F1 voler en éclat est réel si les indépendants ne peuvent survivre, et il est fort probable que la triste thématique politico-économique ayant alimenté la fin de saison dernière ne soit de nouveau la grande trame de l'année 2015. L'échiquier politique des prochains mois dévoilera de façon claire les intentions de la F1 : sauver les petites équipes existantes, pousser pour une F1 à peu d'acteurs mais disposant de trois autos, ou création d'une F1 à deux vitesses avec l'injection de nouvelles petites structures disposant de budgets réduits et pouvant utiliser des technologies clientes...

Lotus est probablement dans l'état le moins critique, grâce à l'apport de PDVSA et l'exploitation semble-t-il saine, cette année, des ressources d'Enstone côté châssis et de Mercedes côté moteur. Le team espère ainsi réaliser une saison constante, et se porter de nouveau au niveau des équipes d'usine, et devant McLaren.

Chez Sauber, même si Felipe Nasr est un talent à suivre de près, difficile d'ignorer les consistants apports financiers du duo composé avec Marcus Ericsson, et trahissant les besoins sur le très court terme. Quant à Nico Hülkenberg et Sergio Pérez, ils n'auront qu'à souhaiter pouvoir afficher immédiatement un rythme solide, avant que le manque de trésorerie de Force India ne ralentisse le développement d'une auto déjà arrivée fortement en retard…

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Mark Webber , Nico Hülkenberg , Sergio Pérez , Marcus Ericsson , Felipe Nasr
Équipes McLaren , Mercedes , Sauber , Force India
Type d'article Actualités