Les plus belles courses de McLaren-Mercedes : France 2000

Beaucoup de pilotes ont construit leur carrière, voire leur légende avec McLaren

Beaucoup de pilotes ont construit leur carrière, voire leur légende avec McLaren. Outre les incontournables Prost et Senna – six saisons chacun – Mika Hâkkinen fait également fait partie des pilotes McLaren historiques, avec huit saisons complètes au compteur et deux titres mondiaux. Le Finlandais fit ainsi beaucoup d'ombre à son coéquipier de longue date, David Coulthard.

C'est pourtant bien l’Écossais qui resta le plus longtemps avec l'équipe de feu Bruce McLaren : de 1996 à 2004, pour un total de 150 courses. Un record seulement battu par Michael Schumacher – encore un – avec 180 courses pour la Scuderia Ferrari.

Si l'histoire retient surtout les deux années et demi de lutte pour le titre entre Häkkinen et Schumacher de 1998 à 2000, Coulthard a souvent fait mieux que se défendre face aux deux champions du Monde, ce que Häkkinen n'a jamais manqué de souligner. Que ce soit sur la piste comme en dehors d'ailleurs. N'ayant pas sa langue dans sa poche, DC n'hésita pas à monter au créneau pour dénoncer les manœuvres controversées qui émaillèrent la carrière de Schumacher.

Tout le monde garde en mémoire l'épisode de Spa 1998 lorsque Schumacher percuta de plein fouet Coulthard qui était à un tour, et la furie qui en résulta côté Allemand. Ils remirent le couvert fin 1999 au Japon, lorsque Coulthard, là encore à un tour, ne facilita pas la tâche à Schumacher, lequel devait aider son équipier Irvine pour le titre face à Häkkinen. Enfin, en 2000, il était surtout question de ses départs "en diagonale".

En effet, n'étant pas à cet instant un grand spécialiste du démarrage rapide, l'Allemand eut souvent le réflexe de se déporter sur la file opposée à la sienne pour bloquer son adversaire le plus proche. Ce dont Coulthard fut victime à Imola plus tôt dans l'année... et lors de ce Grand Prix de France dont il est question : en pole, Schumacher manqua son envol, coupa la route à Coulthard, permettant ainsi à l'Allemand et à son équipier Rubens Barrichello de prendre le commandement de la course.

Guère impressionné, l’Écossais allait alors damner le pion aux deux pilotes, de telle manière qu'aujourd'hui, Coulthard considère cette course comme la meilleure de sa carrière. Il se débarrassa d'abord de Barrichello après avoir patienté pendant une quinzaine de tours. Puis il s'attaqua à son vieux rival, à l'endroit le plus approprié du circuit pour dépasser : l'épingle d’Adélaïde. Il essaya par l'extérieur, mais Schumacher n'hésita pas à lui donner un coup de volant, lui signifiant qu'il n'allait pas lui faire de cadeau...

Toujours pas démonté, Coulthard répondit par un doigt d'honneur bien visible en caméra embarqué ! Les premiers ravitaillements n'y changèrent rien, c'était bien en piste que la McLaren allait devoir inverser les positions. Ce qu'il fit avec autorité, toujours à l'épingle d'Adelaïde, mais à l'intérieur cette fois. Malgré toute la bonne volonté de Schumacher et un contact des deux monoplaces, il dut s'avouer vaincu. Ceci avant que son moteur Ferrari ne le lâche en avance.

Coulthard remporta donc la victoire – sa troisième de l'année – devant Häkkinen qui assura donc le doublé pour McLaren. A cet instant, l'Ecossais était en meilleure position que son équipier pour empêcher Schumacher de remporter un troisième titre. Mais après un passage à vide, Häkkinen reprit le dessus, confortant Coulthard dans l'idée que, malgré les discours de Ron Dennis, l'équité n'était pas si évidente que cela chez McLaren...

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Michael Schumacher , Rubens Barrichello , David Coulthard , Mika Hakkinen , Bruce McLaren
Équipes McLaren , Mercedes , Ferrari
Type d'article Actualités