Lom : "Nous n'avons pas renonc? ? rattraper Williams"

Fabrice Lom, quel regard portez-vous sur les deux dernières courses ?Les sentiments sont mitigés

Fabrice Lom, quel regard portez-vous sur les deux dernières courses ?
Les sentiments sont mitigés. D’un côté, la voiture a effectué de réels progrès en performance ces dernières semaines. Nous avions noté ce pas en avant lors de notre dernière séance d’essais privés, à Jerez, et il a été confirmé sur chaque roulage en configuration « sèche » dans le cadre des Grands Prix. Malheureusement, la moisson de points a été maigre alors que les possibilités de bien faire étaient nombreuses. Nous sommes toujours derrière Williams au championnat, nous nous devrions être devant aujourd’hui.

Tout a commencé avec l’incident qui a impliqué Mark Webber et Sebastian Vettel au Japon…
Exactement. Mark disposait alors d’une voiture exceptionnelle. Il nous l’a dit après la course, il pouvait revenir aisément sur la McLaren de Lewis Hamilton sous la pluie et il aurait tenté de dépasser. Connaissant la position de ce dernier au championnat, il n’aurait pas fermé la porte. La victoire était donc quasi certaine. Williams étant hors de points à Fuji, nous aurions pu inverser la tendance à cette occasion. Frustrant.

En Chine, que s’est-il passé ?
La voiture était extrêmement rapide sur le sec et, pour une raison particulière, elle semblait encore plus proche de ses rivales sous la pluie. Malheureusement, les conditions de piste ont joué contre nous. Lorsque vous entrez en Q3 et que vous vous qualifiez dans le Top10, votre niveau de carburant pour le premier relais est figé. S’il vous faut rester deux tours supplémentaires sur la piste pour attendre la fin de la pluie en course, mais que votre réservoir est vide, vous n’avez pas le choix : vous devez ravitailler. Et vous perdez des places.

Vous devez vous trouver dans une situation particulière : d’un côté, vous êtes frustrés de n’avoir pas encore rattrapé Williams mais, de l’autre, votre niveau de performance laisse augurer d’une bonne saison 2008…
C’est vrai. En ce qui concerne notre lutte avec Williams, nous n’avons pas renoncé. Il nous faut inscrire quatre points de plus au Brésil et cela n’est pas mission impossible. Pour l’année prochaine, nous restons prudents. Tout d’abord, les nouveautés seront nombreuses : fin de l’anti-patinage, boîtier électronique standard. Le report de performance d’une saison sur l’autre ne sera pas automatique. Ensuite, des équipes comme BMW ou Renault concentrent tous les efforts sur 2008 alors que Red Bull continue à développer pour 2007. Ces stratégies différentes faussent peut-être la hiérarchie actuelle. Cependant, l’équipe semble avoir un axe de développement clair, la voiture progresse à chaque course, nous restons donc confiants.

Où en sont les pilotes dans leur cycle d’utilisation moteur ?
Mark et David utiliseront des V8 neufs au Brésil.

Ces moteurs ne disputeront qu’une seule course. Pourrez-vous les utiliser différemment et en extraire davantage de performance ?
 Ce serait idéal, mais cela est impossible. Les spécifications de ces moteurs sont figées et leur régime maximum est limité : il serait difficile, dans ces conditions, d’augmenter leur rendement. Ensuite, nos pilotes utilisent déjà nos V8 au maximum de leurs possibilités pendant les week-ends de course. Nous ne pouvons donc même pas leur demander de "taper" dedans à Sao Paulo : ils le font déjà !

Source : ING Renault F1 Team

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Mark Webber , Lewis Hamilton , Sebastian Vettel
Équipes McLaren , Williams
Type d'article Actualités