Newey prédit une "année dure" pour Red Bull face à Ferrari et Mercedes

Red Bull Racing a dominé la saison 2022 de Formule 1, mais Adrian Newey ne s'attend pas à ce qu'il en soit de même cette année.

Newey prédit une "année dure" pour Red Bull face à Ferrari et Mercedes

Red Bull Racing a beau avoir remporté 17 des 22 Grands Prix au programme l'an passé, on est loin de crier victoire à Milton Keynes quant à la campagne à venir. Malgré une relative stabilité réglementaire – des ajustements sont apportés au plancher pour lutter contre le marsouinage – l'écurie au taureau se méfie de la menace que peuvent représenter Ferrari et Mercedes. La Scuderia était déjà très compétitive en 2022 mais a perdu gros en raison de problèmes de fiabilité, d'erreurs stratégiques et de fautes de pilotage, tandis que la Flèche d'Argent n'était initialement pas au niveau mais a grappillé du terrain au fil de la saison.

Red Bull va notamment être entravé par la règle du handicap aéro : depuis le 1er juillet 2022, l'écurie dispose de moins de tests en soufflerie et en CFD que ses rivales en vertu de sa position en tête du Championnat du monde, et ce sera le cas au moins jusqu'au 30 juin 2023, lorsque la situation sera réévaluée selon le classement du moment.

"La diminution des tests en soufflerie signifie que nous pouvons évaluer moins de pièces différentes, moins d'idées différentes", souligne Adrian Newey, Chief Technical Officer de Red Bull Racing. "Si nous sommes très malins et que nous mettons toujours les bonnes choses sur le modèle, alors évidemment ça ne fait pas une grande différence."

Adrian Newey

Adrian Newey

"Ferrari ne va pas rester les bras croisés, ils vont pallier leurs faiblesses. Ils ont eu quelques problèmes de fiabilité, ils ont commis quelques erreurs sur le muret des stands ; ils vont rebondir. Et bien sûr, on a vu Mercedes commencer avec une voiture qui était nettement plus lente et a évolué au point de remporter l'avant-dernière course. On sait qu'ils seront au rendez-vous. Alors ça va être une année dure, assurément."

L'an passé, Red Bull était en retrait lors des essais hivernaux avant de progressivement réduire l'écart puis dépasser la Scuderia Ferrari en matière de performance pure, les bolides rouges ayant remporté deux des trois premiers Grands Prix, deux des huit suivants, et aucun des onze derniers.

"Nous étions un peu inquiets avant d'arriver aux essais de pré-saison, alors nous avions déjà fait beaucoup de recherches et savions à peu près ce dont nous avions besoin pour améliorer ça", explique Newey dans le contexte de la révolution technique arrivée il y a un an. "Quand nous avons mis le package d'évolutions sur la voiture juste avant la première course à Bahreïn, cela nous a catapultés au niveau de Ferrari alors que nous étions clairement derrière."

"La voiture avait assurément des faiblesses en première moitié de saison. Nous en avons encore, évidemment. Mais nous avons réduit ces faiblesses, et lors de la seconde moitié, nous avions un package pleinement compétitif."

Propos recueillis par Luke Smith

Lire aussi :
partages
commentaires

La meilleure Mercedes dont vous n'avez jamais entendu parler

Quand Laffite et Ligier se prenaient à rêver du titre F1