Red Bull - Nous savons que Ricciardo est un meneur d'équipe

Estimant que le timing était le bon pour que Vettel quitte Red Bull et prenne la direction de la Scuderia Ferrari, Helmut Marko, conseiller Red Bull, n’est pas amer vis-à-vis de celui qui a gravi tous les échelons de sa carrière en sport auto grâce...

Estimant que le timing était le bon pour que Vettel quitte Red Bull et prenne la direction de la Scuderia Ferrari, Helmut Marko, conseiller Red Bull, n’est pas amer vis-à-vis de celui qui a gravi tous les échelons de sa carrière en sport auto grâce au vendeur de boissons énergisantes.

L’homme a suffisamment de bouteille pour connaitre l’attrait que peut représenter Maranello pour un pilote F1, et sait également que pour un Quadruple Champion du Monde, les aspirations financières ou de hiérarchie au sein d’un team ne peuvent parfois pas être satisfaites lorsque la politique maison est de maintenir un niveau technique exceptionnel du côté du matériel, pour compenser un salaire moins important qu’ailleurs -où l’équipement n’est pas forcément gagnant-.

"Je ne m’en suis pas décroché la mâchoire !", plaisante Marko, se remémorant pour le site officiel de la F1 le moment lors duquel Vettel a annoncé son intention de partir. "Je lui ai dit : "Dis-moi", et il l’a fait. C’était un fait, et ce fut noté. Il n’y a pas de mauvaises vibrations, mais nous ferons tout pour le battre l’an prochain !"

"J’ai prévenu Dietrich [Mateschitz, patron de Red Bull] que quelque chose se préparait. Et il ne s’agit pas d’une relation amoureuse. Il s’agit d’une relation de travail, et si l’on croit que l’herbe peut être plus verte ailleurs, alors, on peut prendre une telle décision. Et une nouvelle fois, je pense qu’il s’agissait d’un moment idéal pour Sebastian compte tenu de la situation dans laquelle est Ferrari".

Daniel Ricciardo, une relève plus que satisfaisante

Par ailleurs, Marko sait disposer en Daniel Ricciardo d’une digne relève de Vettel, et ne se fait ainsi aucun souci concernant la transition à venir pour l’équipe autrichienne.

"Oui, si nous n’avions pas un meneur d’équipe, la situation pourrait avoir l’air un peu différente. Mais nous savions que Daniel enfilerait ce costume, et les choses ont été beaucoup plus simples. Nous avons toujours su qu’il pouvait prendre la place de n’importe qui, et que tous nos pilotes sont traités en permanence de manière égale. La seule différence sera qu’entre lui et Daniil [Kvyat], l’an prochain, il aura plus d’expérience".

Marko ajoute que même si la décision de promouvoir le jeune Russe a été rapide, le team aurait considéré d'autres solutions extérieures s'il n'avait pas été convaincu de la capacité de Kvyat à faire ce qui est attendu de lui avec Red Bull Racing.

"Oui, nous aurions considéré cela. Nous ne souhaitons pas avoir le plus jeune, mais le plus victorieux", rappelle-t-il, balayant les critiques concernant la promotion également rapide de Max Verstappen chez Toro Rosso. "L'âge n'est plus un avantage".

"Nous sommes dans une situation confortable, qui est de disposer d’un bassin de formidables talents parmi lesquels nous pouvons choisir autant que nous le souhaitons. Et croyez-moi, nous ne l’aurions pas promu si nous ne croyions pas qu’il puisse délivrer des résultats !"

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Daniel Ricciardo , Max Verstappen
Équipes Red Bull Racing , Toro Rosso , Ferrari
Type d'article Actualités