Réduction des coûts : Sauber entre espoir et inquiétude

Après avoir annoncé le probable abandon des budgets plafonnés pour 2015, puis s’être attiré le courroux des petites équipes, le président de la FIA Jean Todt a finalement convié l’ensemble des équipes à une réunion qui aura lieu demain

Après avoir annoncé le probable abandon des budgets plafonnés pour 2015, puis s’être attiré le courroux des petites équipes, le président de la FIA Jean Todt a finalement convié l’ensemble des équipes à une réunion qui aura lieu demain.

L’objet de la réunion doit être de trouver une solution pour la mise en œuvre d’une réduction des coûts en Formule 1. Refusée par le Groupe Stratégique de la F1, l’idée des budgets plafonnés est plus que jamais menacée mais d’autres mesures peuvent être prises.

C’est ce que réclame Monisha Kaltenborn, directrice de l’écurie Sauber et qui n’a de cesse de tirer le signal d’alarme. Selon elle, le temps presse plus que jamais sur ce sujet brûlant.

« Nous avons suffisamment parlé. Le moment de prendre une décision est dépassé, mais il n’est jamais trop tard », regrette-t-elle. « Si l’on regarde le spectacle et les courses fantastiques que nous avons, personne ne peut dire que [la F1] est un produit dépassé. C’est encore une plate-forme fantastique, mais nous allons la ruiner nous-mêmes si nous n’agissons pas. Les gens attendent des actes de notre part. »

Pour Kaltenborn, il faut absolument qu’un projet soit appliqué dès la saison prochaine pour aller vers une réduction des coûts visibles, et ce pour deux raisons : d’abord pour la survie des équipes indépendantes et de la F1 en général, mais aussi pour la crédibilité de la FIA qui avait annoncé la mesure des budgets plafonnés après un Conseil Mondial avant de la retirer trois mois plus tard. Une décision « soudaine et incompréhensible ».

Chez Sauber, on attend donc beaucoup de la rencontre de demain, non sans la crainte de voir cette réunion déboucher sur un statuquo qui serait alors un très mauvais signal.

« J’ai l’espoir que la réunion qui arrive le 1er mai débouchera sur une certaine conclusion et que ce ne sera pas simplement une réunion comme nous en avons eues auparavant sans avancée significative », insiste Kaltenborn. « Le temps presse et nous sommes bientôt à la moitié de l’année. Nous devons prendre une décision car il faut que ce soit en place au début de l’année prochaine. C’est important pour la crédibilité des acteurs clés de la discipline, car il y a eu des annonces publiques pour dire que nous voulions mettre cela en place l’année prochaine. »

Et Kaltenborn de conclure que les grandes équipes n’ont aucun intérêt à voir les concurrents les moins riches du plateau en grande difficulté.

« Je ne peux pas imaginer que les équipes qui sont en bonne santé auraient le même type de revenus et d’exposition s’ils suivaient d’autres concepts comme celui d’avoir quatre équipes ou seulement des équipes A et B. Je ne pense pas que ça fonctionnerait. En sport, et dans les affaires, à travers les règles et les lois, on veut de la diversité, une compétition saine, un business viable et responsable. […] Nous n’attendons pas de miracles, nous voulons juste une ligne claire. »

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Jean Todt
Équipes Sauber
Type d'article Actualités