Top 5 : Rainer Schlegelmilch et les légendes de la F1

partages
commentaires
Top 5 : Rainer Schlegelmilch et les légendes de la F1
Charles Bradley
Par : Charles Bradley
20 juil. 2018 à 08:41

Le légendaire photographe de F1 Rainer W. Schlegelmilch revient sur cinq légendes qu'il a pu observer depuis la pitlane ou le bord de piste tout au long de ses 55 ans de carrière.

Schlegelmilch, dont les archives fabuleuses ont été acquises par Motorsport Network l'année dernière, a pu s'approcher en personne de ces héros du sport automobile et prendre des clichés à couper le souffle. 

Voici ce qu'il nous confie au sujet des ces personnages, de ce qui se cache derrière leur casque, avec à chaque fois une photo pour l'illustrer. Si vous le souhaitez, vous pouvez retrouver davantage de photos de légende sur le site internet Motorsport Images

Ayrton Senna

 

"Senna était un pilote très, très sérieux. Il pensait toujours à Dieu, et je me souviens que lors de sa dernière année [chez McLaren en 1993] il s'est battu avec Ron Dennis. Il voulait toujours gagner. Et il m'a montré son caractère, du bon côté, lorsqu'il a donné une victoire à son meilleur ami en Formule 1 : Gerhard Berger. C'était une surprise pour moi. Que quelqu'un avec un ego comme Senna et un autre comme Berger soient capable de partager ça, c'était très, très rare en Formule 1. La plupart des pilotes avaient un ennemi : leur coéquipier."

Jochen Rindt 

 

"C'était un Allemand fou qui habitait en Autriche, qui avait une licence autrichienne, et c'était un jeune chien fou quand il est arrivé ; il étai tellement concentré, juste pour piloter, pour gagner. J'ai même des photos de 1963. J'étais très impressionné par ce garçon et quelqu'un m'avait dit : "C'est un Autrichien et un jour, il deviendra un grand pilote". Et c'est arrivé. Vers la fin de sa carrière, à partir de 1968, ça a toujours été un playboy. C'était un pilote avec un état d'esprit moderne, pour le grand spectacle, avec une femme magnifique. C'était en quelque sorte le début d'un autre style de pilote."

Jackie Stewart

 

"Avec moi, il a toujours été très ouvert. Vous savez, étant allemand, j'étais toujours éloigné des collègues anglais, car la Formule 1 était très britannique durant cette période. Ce n'est qu'à travers mes contacts avec les journalistes britanniques que je me suis rapproché de ces garçons, et on m'a présenté Jackie, puis j'ai parlé avec [sa femme] Helen. C'était vraiment sympa, une amitié très familière, que nous conservons encore aujourd'hui. Je me souviens qu'il y a quelques années, il a dit : "Rainer, lorsque tu vas à Silverstone, viens chez moi, viens déjeuner avec nous". C'était incroyable pour moi. Aucun autre pilote n'a jamais dit ça, à part peut-être Jacky Ickx. C'est quelqu'un de très amical, et nous nous respectons énormément, nous nous aimons et nous sommes très proches. Bien sûr, l'une des raisons est que nous avons vieilli ensemble."

Jim Clark  

 

"Jim Clark était pour moi le héros de ma période en noir et blanc. Je me souviens lorsqu'il s'est tué à Hockenheim, c'était l'un des jours les plus sombres de ma vie, car Clark était un surhomme et personne ne pouvait imaginer qu'il puisse avoir un accident. C'était le meilleur pilote, il gagnait toujours et il était toujours ouvert et très heureux. Il était tellement normal lorsqu'il était sur le podium. C'était une journée si triste quand il s'est tué, et je ne comprenais pas comment je pouvais aimer un sport qui tuait les meilleurs. C'était très étrange. Tous les autres sports ne sont pas si dangereux. Mais une discipline qui tue ses meilleurs éléments, c'était... J'ai mis beaucoup de temps à m'en remettre."

Michael Schumacher  

"Au début, il était fantastique pour l'Allemagne, évidemment. Les Allemands avaient besoin de quelqu'un qui leur soit familier, et on l'a vu avec le nombre de gens qui regardaient la télévision à cette époque. Michael était génial, et aussi mystérieux. Même pour moi, c'était très difficile d'être en contact avec lui lorsqu'il était au sommet de sa carrière. C'est l'époque qui veut ça, l'argent, un véritable changement ; la différence entre les meilleurs pilotes et un photographe ordinaire."

Retrouvez l'incroyable travail de Rainer Schlegelmilch avec la bande-annonce de son film, Freezing Speed, qui est disponible à la demande sur Motorsport.tv.

Rainer Schlegelmilch sur le stand LAT
Article suivant
Officiel - Mercedes prolonge Valtteri Bottas

Article précédent

Officiel - Mercedes prolonge Valtteri Bottas

Article suivant

Pneus 18 pouces et interdiction des couvertures chauffantes en 2021

Pneus 18 pouces et interdiction des couvertures chauffantes en 2021
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Charles Bradley