La FIA veut recréer les F3 régionales

C'est fin 2014 que s'éteignaient deux compétitions emblématiques des formules de promotion : la F3 Allemagne et la British F3, deux des derniers championnats régionaux de Formule 3.

La FIA veut recréer les F3 régionales
Marvin Kirchhofer leader
Santino Ferrucci
Peter Li Zhi Cong
Martin Cao leader depuis le départ
Dan Wells
Egor Orudzhev
Alice Powell
Cameron Kaminsky et Max Marshall en bataille
Matt Rao, Peter Li Zhi Cong
Camren Kaminsky

En cause, des plateaux qui ne cessaient de diminuer : neuf pilotes ont disputé la saison complète de F3 Allemagne en 2014, avec le titre de Markus Pommer, tandis qu'en British F3, Martin Cao s'est imposé face à... trois autres concurrents sur l'ensemble de la campagne.

La conséquence a été vue lors de la saison 2015 de F3 Europe, avec de nombreux pilotes qui sont arrivés avec une seule saison d'expérience en monoplace, si tant est qu'ils ne venaient pas du karting. Les accidents furent nombreux, bien que ce fût également dû à la taille du plateau : 30 à 35 monoplaces à chaque course.

Il pose également problème que les centaines de pilotes courant dans les différentes F4 régionales n'aient pour option qu'un seul championnat en la F3 Europe, ce dont Stefano Domenicali, président de la Commission monoplace de la FIA, est bien conscient.

"Afin d'éviter de perdre en cours de route des jeunes talents, qui ont peut-être besoin de plus de temps pour mûrir ou qui n'ont pas les ressources pour immédiatement passer à la catégorie supérieure, nous essayons de créer un niveau intermédiaire entre les deux séries", explique Domenicali.

La solution la plus simple est donc de recréer des F3 régionales, dont le niveau sera théoriquement inférieur à celui de la F3 Europe, pour créer un palier entre les deux échelons.

"La suggestion qui est sur la table, et qui sera présentée au Conseil Mondial du Sport Automobile, c'est la création de championnats de F3 sur une base régionale, et ce dès 2017", confirme Domenicali. "De cette façon, les pilotes pourront accumuler plus d'expérience et progresser en courant dans une catégorie bien définie et réglementée."

Donner des opportunités en-dehors de l'Europe

L'Italien est par ailleurs revenu sur les efforts de la fédération pour créer une échelle logique de formules de promotion entre le karting de la Formule 1, avec notamment de grands efforts sur des championnats de Formule 4 implantés à travers le monde.

"Pour la FIA, ce qui se produit au niveau national est également d'une importance vitale et nous travaillons aussi avec l'ASN sur les différents championnats de Formule 4 ainsi qu'au niveau supérieur", poursuit Domenicali.

"Nous travaillons et contribuons à sa consolidation dans les zones possédant une forte tradition comme le Japon et l'Europe, mais aussi à son développement dans des zones où les opportunités données à ceux qui veulent devenir pilotes ne suivent pas un parcours défini. Je fais référence aux États-Unis, au sud-est asiatique, à l'Australie, l'Inde et la Chine."

Propos traduits par Léna Buffa

partages
commentaires
Regrets et amertume pour Giovinazzi après Macao

Article précédent

Regrets et amertume pour Giovinazzi après Macao

Article suivant

Le souvenir de Bertrand Fabi, 30 ans après

Le souvenir de Bertrand Fabi, 30 ans après
Charger les commentaires