Whiting : Les calages en F2 sont désormais "de l'histoire ancienne"

partages
commentaires
Whiting : Les calages en F2 sont désormais
Par : Benjamin Vinel
8 août 2018 à 15:25

Les problèmes liés à l'embrayage de la Formule 2 sont de l'histoire ancienne. C'est ce qu'affirme Charlie Whiting, directeur de course.

Les débuts de la Dallara F2 2018, nouvelle monoplace dans l'antichambre de la Formule 1, ont été marqués par de nombreux calages à l'extinction des feux, si bien que les organisateurs du championnat ont décidé de démarrer les courses du Red Bull Ring et de Silverstone par un départ lancé.

Compte-rendu du Hungaroring :

En attendant, le département technique de la Formule 2 a travaillé sur des évolutions, que les équipes ont exceptionnellement pu tester lors d'essais de départ avant le meeting hongrois.

"Nous avons apporté une modification physique à l'embrayage, nous avons changé le système avec un nouveau diaphragme pour moins de friction", explique le directeur technique du championnat, Didier Perrin. "La deuxième modification est celle de la cartographie moteur, le moteur développe davantage de couple au point de patinage. De plus, nous avons fourni aux équipes un nouveau réglage de contrôle de l'embrayage qui est conçu sur mesure. L'amélioration est claire et le retour des écuries est positif."

Un sentiment étayé par Louis Delétraz dans sa dernière chronique pour Motorsport.com. En effet, le succès était au rendez-vous : sur le Hungaroring, tous les concurrents se sont élancés sans encombre.

"Je pense que nous avons désormais surmonté ce problème", déclare ainsi le directeur de course Charlie Whiting. "J'étais convaincu que nous pouvions faire un départ arrêté, même si nous ne pouvons pas empêcher les pilotes de commettre des erreurs. Nous avons vu deux départs propres, je ne pense pas que nous devrions en discuter davantage. C'est de l'histoire ancienne. Les changements apportés aux moteurs et à l'embrayage semblent avoir fonctionné."

 

Photo de:

 

Photo de:

"C'est le résultat d'un travail acharné", renchérit Bruno Michel, PDG du championnat pour Motorsport.com. "Il y a eu d'énormes progrès, nous les avons remarqués et les équipes aussi. Quand la voiture est nouvelle, cela prend parfois un peu de temps."

"Notre voiture est très complexe, et ce qu'il faut garder à l'esprit en permanence, c'est que nous fournissons une voiture qui est quasiment aussi performante qu'une Formule 1, mais à 1% du coût d'une F1. Elle est de plus en plus complexe, il y a davantage d'électronique, il y a le turbo, la technologie évolue beaucoup. La voiture est bien plus évoluée que la précédente, c'est un énorme changement. Dallara, Mecachrome et Hewland ont dû travailler tous ensemble pour que ça marche."

Après 16 courses sur 24, George Russell est en tête du championnat devant Lando Norris. Les prochains rendez-vous sont à Spa-Francorchamps et à Monza, fin août et début septembre.

Propos recueillis par Jack Benyon et Adam Cooper

Prochain article FIA F2
Chronique Louis Delétraz - Pas l'envol que j'espérais !

Previous article

Chronique Louis Delétraz - Pas l'envol que j'espérais !

Next article

Boccolacci débarque en Formule 2

Boccolacci débarque en Formule 2
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries FIA F2
Auteur Benjamin Vinel
Type d'article Actualités