Di Grassi pénalisé, disqualifié, mais toujours classé !

Allan McNish, directeur d'Audi ABT Schaeffler, a défendu la manœuvre de Lucas di Grassi sanctionnée par la direction lors de la deuxième course de l'E-Prix de Londres.

Di Grassi pénalisé, disqualifié, mais toujours classé !

Le contact entre António Félix da Costa et André Lotterer dans la deuxième course de l'E-Prix de Londres a provoqué l'abandon du Champion du monde en titre et la sortie du Safety Car pour resserrer le peloton et permettre aux commissaires d'évacuer la Techeetah immobilisée. Lucas di Grassi évoluait alors dans les profondeurs du top 10, et le pilote brésilien a profité de cette neutralisation pour passer par la voie des stands.

Le champion 2016-17 de la discipline s'est brièvement arrêté devant le garage Audi avant de repartir de plus belle et rejoindre la piste en première position. Ses adversaires ont été dans l'obligation de ralentir en passant devant la scène de l'accident de Félix da Costa, tandis que di Grassi, dans les stands, n'a pas eu besoin de lever le pied.  

Les dépassements du pilote Audi sous régime de Safety Car ont été analysés par la direction de course et, assez tardivement, la sanction est tombée : le Brésilien avait trois tours pour effectuer un drive-through pour ne pas avoir respecté la procédure de voiture de sécurité.  Cependant, Audi a choisi de ne pas purger sa pénalité, ce qui a valu l'exclusion de di Grassi dans le dernier tour de course.

Lire aussi :

Le pilote a donc franchi la ligne d'arrivée en première position... mais il n'a jamais quitté le top 10. Bien qu'elle ait annoncé l'exclusion dans un message public, la direction de course n'a pas disqualifié di Grassi une fois la course terminée. Son drive-through a été maintenu, et comme celui-ci n'a pas été effectué pendant l'E-Prix, il a été transformé en pénalité de temps.

Au final, le Brésilien a été classé huitième, et selon Allan McNish, team principal d'Audi, aucune pénalité n'aurait dû être appliquée car le règlement n'a jamais été enfreint. "En fait, nous étions dans une situation assez unique ici, à Londres", a expliqué McNish. "La pitlane est assez courte et la voiture de sécurité était inhabituellement lente. Il était plus rapide de passer par la pitlane, ce que le règlement autorise."

Le quadruple vainqueur des 24 Heures du Mans a révélé que la direction de course avait estimé que di Grassi, qui s'était brièvement immobilisé en passant par les stands, ne l'avait pas fait assez longtemps, preuve à l'appui. Le pilote Audi a en effet été filmé mais un panneau publicitaire se dressait devant la caméra lors de l'arrêt éclair...

"Lucas s'est arrêté puis il est reparti", a assuré McNish. "Nous avons été assez surpris du temps gagné mais, malheureusement, les commissaires ont estimé qu'il ne s'était pas arrêté suffisamment longtemps. Nous pensons que c'est faux, ils pensent que c'est vrai. Donc, malheureusement, nous sommes dans une situation où nous devons passer en revue toutes les règles."

"Nous sommes [dans les stands] et [la direction de course] regarde les écrans", a-t-il poursuivi. "Les caméras sont derrière le panneau, donc il est très difficile de voir ce qui s'est passé, alors que nos gars avaient une vue dégagée. Nous connaissons très bien le règlement, et nous le respectons. Cependant, les commissaires pensent le contraire."

partages
commentaires
Di Grassi sème la pagaille et se fait exclure, Lynn vainqueur

Article précédent

Di Grassi sème la pagaille et se fait exclure, Lynn vainqueur

Article suivant

Di Grassi finalement bien exclu de l'E-Prix de Londres

Di Grassi finalement bien exclu de l'E-Prix de Londres
Charger les commentaires