Explorez la voiture de Fernando Alonso à l'Indy 500 en 3D !

partages
commentaires
Explorez la voiture de Fernando Alonso à l'Indy 500 en 3D !
16 mai 2017 à 11:00

Dans moins de deux semaines, le double Champion du monde de Formule 1 Fernando Alonso tentera d'ajouter son nom à la liste des vainqueurs des 500 Miles d'Indianapolis.

Pour mieux comprendre la McLaren-Honda-Andretti Autosport d'IndyCar que Fernando Alonso pilote à Indianapolis, les équipes de Motorsport.tv ont créé ce modèle 3D unique. Avec ceci, vous pouvez découvrir sous n'importe quel angle la machine de l'Espagnol.

1. Châssis : Les voitures d'IndyCar ont un châssis Dallara commun, avec des kits aérodynamiques fournis par les motoristes pour les circuits routiers et urbains, les ovales courts et les superspeedways, comme Indianapolis. Contrairement à la F1, le développement de ces kits est pour le moment gelé.

2. Réservoir d'essence : La capacité du réservoir d'essence d'une IndyCar est de 70 litres, soit un peu moins de 52 kg. La capacité des réservoirs en F1 n'est pas connue, mais elles ne peuvent pas utiliser plus de 105 kg par course. Les IndyCar roulent à l'E85 (85% d'ethanol, 15% d'essence), alors que les F1 roulent à l'essence, avec 5,75% de biomasse.

3. Boîte de vitesses : Les IndyCar utilisent une boîte à six rapports avec palettes au volant, fournie par Xtrac. Les boîtes de vitesses de F1 sont elles des boîtes à huit rapports avec palettes au volant, les ratios étant fixes pour la saison, et avec une technologie de passage de rapport "seamless".

4. Moteur : L'IndyCar d'Alonso utilise le V6 bi-turbo de Honda. La pression du turbo est limitée à 0,30 bar pour les superspeedways, avec une puissance d'environ 550 chevaux. Les F1 utilisent des moteurs V6 turbo 1,6L avec des systèmes de récupération d'énergie. Les moteurs de F1 les plus puissants produisent bien plus de 900 cv.

5. Pneus : L'IndyCar utilise des pneus Firestone, qui font 25 cm de large à l'avant et 35,5 à l'arrière. En F1, les pneus Pirelli ont une largeur de 30,5 cm à l'avant et 40,6 à l'arrière.

6. Aileron avant : En configuration superspeedway, l'aileron avant est composé d'un seul plan. En F1, le nombre de plans est illimité, certaines équipes en utilisant huit.

7. Ailette de nez : La Honda dispose d'une petite ailette disposée sur le nez, pour améliorer la stabilité lorsque la voiture part en tête-à-queue, et réduit les risques de la voir s'envoler.

8. Aileron arrière : Dallara fournit un aileron arrière standard, le développement étant centré sur la manière dont il est fixé au reste de la voiture, ainsi que les ailettes sur les pare-chocs arrière. Celles-ci agissent comme une extension de l'aileron arrière, même si il y a une interruption à cause des dérives de l'aileron.

9. Pare-chocs arrière : Contrairement à ceux des F1, dont les roues sont entièrement découvertes, les pneus arrière d'une IndyCar sont entourés de carrosserie devant et derrière. Tout cela pour réduire les risques d'envol si deux voitures se percutent.

10. Trou dans le fond plat : Depuis 2015, l'IndyCar interdit que le fond plat soit en une seule pièce derrière les roues avant, pour limiter les risques d'envol.

11. Volant : Le volant dispose du tableau de bord traditionnel, ainsi que de lumières pour le passage des rapports, et de boutons pour la radio, pour boire, et pour le limiteur de vitesse. Bien que les Formule 1 aient un volant très complexe, celui de l'IndyCar a deux fonctions qu'Alonso n'a pas sur sa McLaren MCL32 : l'ajustement des barres anti-roulis et la répartition de la masse.

Article suivant
EL1 - Marco Andretti donne le ton à Indianapolis

Article précédent

EL1 - Marco Andretti donne le ton à Indianapolis

Article suivant

Alonso satisfait malgré une "Happy heures" manquée

Alonso satisfait malgré une "Happy heures" manquée
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries IndyCar
Pilotes Fernando Alonso Boutique
Équipes Andretti Autosport