24H du Mans : les risques de pluie "sont très forts"

Dans toutes les catégories engagées aux 24 Heures du Mans, on se prépare à un début d'épreuve qui pourrait être rendu très compliqué par les orages, plus particulièrement samedi après-midi...

24H du Mans : les risques de pluie "sont très forts"

Lancées jeudi dans un format hyper condensé, ces 24 Heures du Mans 2020 ont déjà quelque chose d'unique. Malheureusement, la crise du coronavirus a contraint à les reporter en ce mois de septembre, puis à instaurer le huis clos afin de limiter au maximum les risques sanitaires. Néanmoins, on peut se dire aussi que voir cette édition avoir lieu en cette terrible année tient déjà du petit miracle.

Lire aussi :

Côté piste, malgré ce contexte, les 59 concurrents qui sont au rendez-vous ont vite tourné toute leur attention vers l'aspect sportif. Les roulages se sont enchaînés, jusqu'à l'éclosion de ce nouveau format de qualifications plutôt réussi, avec en point d'orgue la première hyperpole de l'Histoire de l'épreuve. Certains nous rappelleront que Toyota reste un peu trop seul au monde en LMP1 avant le double tour d'horloge, en dépit des risques à gérer que le directeur technique Pascal Vasselon a déjà énumérés. Cette humilité est toutefois nécessaire, et mieux vaut s'y tenir quand on sait que le ciel manceau pourrait détenir la clé de la course, toutes catégories confondues…

Les prévisions météorologiques sont scrutées de près dans la Sarthe, et bien qu'il ne soit pas possible de jouer les Madame Irma, le fait que la pluie vienne jouer les trouble-fêtes à un moment ou un autre paraît désormais acquis dans l'esprit des équipes. "C'est toujours facile de lire les prévisions météo, et clairement, elles nous disent que les risques de pluie sont très forts au départ et dans la soirée de samedi", confirme Pascal Vasselon, interrogé par Motorsport.com. "Il semblerait que le risque dimanche soit en train de s'estomper quelque peu, mais le risque de pluie samedi est très, très fort."

On avait des doutes sur l'arrivée de la pluie, maintenant on en est sûrs.

Thomas Laurent, pilote Alpine

On peut faire confiance à l'écurie japonaise et à ses moyens pour disposer des meilleures prévisions possibles, elle qui travaille notamment avec Météo-France directement sur site. Un luxe que n'a pas l'équipe Risi Competizione de Sébastien Bourdais en LMGTE Pro. Toutefois, le pilote manceau sait à quoi s'attendre sur sa terre natale.

"On espère tous pouvoir s'en sortir, parce que si en plus de tout, il y a les conditions météo qui s'en mêlent comme ça a l'air d'être le cas, ça risque d'être une course assez… intéressante !", prévient le Français au micro de Motorsport.com. "Ça change toutes les deux heures. Nous n'avons pas de météorologue donc on aura les infos qu'on aura. C'est comme ça. De toute façon il faudra faire avec. La météo au Mans reste tellement imprévisible que c'est quand même bien difficile de faire des choix de pneus et de stratégie, vu que ça risque d'être mouillé à certains endroits et sec à d'autres. C'est toujours difficile.

Dans les rangs du LMP2, et plus particulièrement chez Alpine, on ne s'embarrasse même plus du conditionnel sur la question de la pluie. Pour l'heure, tout porte à croire que celle-ci, sous la forme d'orages, pourrait fortement perturber la première partie de course… "On avait des doutes il y a quelques jours sur l'arrivée de la pluie, maintenant on en est sûrs", affirme Thomas Laurent à Motorsport.com. "Quand ? On ne sait pas encore. Mais on en est sûrs, pendant la course on va avoir un petit peu d'eau, voire même avant la course, donc on pourrait partir sur une piste assez humide, ou sèche mais piégeuse."

partages
commentaires
ByKolles confirme et dévoile son projet d'Hypercar

Article précédent

ByKolles confirme et dévoile son projet d'Hypercar

Article suivant

Rebellion inquiète Toyota pour la victoire

Rebellion inquiète Toyota pour la victoire
Charger les commentaires